Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Lisons au coin du feu (10 novembre 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 
'Ça se déroulait toujours de la même manière. Une voix appelait sur mon cellulaire, tard le soir ou tôt le matin. Elle demandait à me rencontrer en tête-à-tête. Et donnait la phrase rituelle:
"En souvenir d'André."
Je me rendais à l'adresse indiquée et là, je rencontrais un homme, parfois seul, parfois avec une autre personne, de son âge ou plus jeune. On ne faisait pas de présentations. Ils connaissaient mon nom, ils m'avaient donné leur prénom. Lorsque le malade souffrait trop, l'autre personne était là pour m'expliquer. Je l'arrêtais très vite.
"Je vais d'abord m'occuper de la douleur."'
 
Le narrateur de ce roman a été l’un des premiers médecins, dans un pays européen non précisé, à assister les personnes qui demandaient à mourir - clandestinement d’abord, puis plus ouvertement, à mesure qu’une certaine tolérance s’installait et que les lois s’adaptaient à la situation.
Après avoir maîtrisé les techniques qui permettent aux hommes et aux femmes de quitter la vie sans souffrance et sans angoisse, il a découvert, au gré de son histoire personnelle, que cette assistance technique ne suffisait pas. Que l’accompagnement d’une personne qui a décidé de mettre fin à ses jours passe par une démarche personnelle plus profonde. Et que cet accompagnement, d’autres que les médecins peuvent l’assurer.
Au moment où lui-même se retrouve en fin d’évolution d’une maladie mortelle, le narrateur raconte à un interlocuteur invisible et silencieux son itinéraire de soignant et les histoires que des personnes en fin de vie lui ont confiées ; et à son tour, il lui livre un secret.
 
Marc Zaffran, né le 22 février 1955 à Alger, est un médecin français, connu sous l'unique pseudonyme de Martin Winckler, comme romancier et essayiste. Évoquant souvent la situation du système médical français, il est également critique de séries télévisées.
 
En souvenir d'André
de Martin Winckler - Editions P.O.L
208 pages - 16 euros - ISBN 978-2_8180-1692-3
 
********
Cette histoire commence de manière banale. Dans le Nord de la France, à Cousolre, à quelques centaines de mètres à peine de la frontière belge, le maire d'une petite commune, gifle un garçon qui l'a insulté et menacé. Réflexe, mesure d'autorité, geste de père de famille ou manière de rappeler tout simplement les principes de respect, de civisme et de politesse, cette tape symbolise tout cela à la fois.
Cela aurait pu s'arrêter là, mais le père du jeune garçon a porté plainte, et le maire a été condamné en première instance en février 2012. Ce jugement a mis le feu aux poudres et déclenché dans le bureau du maire un afflux jamais vu de lettres de soutien, venant de la France entière, écrites par des maires, collègues du premier magistrat de Cousolre, des parents ou des grands-parents, des enseignants, des éducateurs, mais aussi des jeunes.
Tous unanimes à protester contre la condamnation du maire. Cette affaire révèle les questionnements qui sont au cœur de la société française d'aujourd' hui : comment marquer son autorité ? Pourquoi faut-il le faire ? Elle nous fait tous réfléchir, parents, grands-parents, représentants de l'autorité... Donner une gifle à son fils, est-ce se comporter en mauvais père ou mauvaise mère ? Faut-il interdire la fessée ? Pourquoi tant de parents sont-ils désemparés face aux difficultés qu'ils rencontrent pour élever leurs enfants dans la France du début du XXIe siècle ? Un livre qui interroge en profondeur la légitimité des principes qui fondent notre société, éducation, respect, autorité, civisme.
Un livre qui parle à chacun d'entre nous.
 
Maurice Boisart, maire de Coursolre, dans le Nord, est plus connu sous le surnom du "maire gifleur".
 
Tout ça pour une gifle
de Maurice Boisart - Editions Jacob-Duvernet
228 pages - 20 euros - ISBN 978-2-84724-426-7
 
********
 
Dossier comprenant entretien, souvenirs, articles, lettres, autour de Pierre Jean Jouve et de sa deuxième épouse, Blanche Reverchon-Jouve, figure particulièrement importante de la vie et de l'oeuvre d'Henry Bauchau.
"En 2004, l'Université catholique de Louvain a organisé un colloque Jouve-Bauchau. Cela m'a beaucoup troublé, et j'ai pensé que me comparer à lui aurait semblé à Pierre une offense. Quant à Blanche, elle souhaitait rester dans la vie secrète. Mais puisque, depuis lors, Jean Starobinski, malgré les interdictions formelles de Jouve, a décidé de publier les OEuvres complètes au Mercure de France en réintégrant les oeuvres d'avant la vita nuova, j'ai pensé qu'il valait mieux laisser faire. Pourtant au fond de moi-même, je pense toujours que ma chère Blanche n'aurait pas aimé que je sois comparé à Pierre. Je crois que c'est là la raison fondamentale du retard que j'ai mis à faire ce livre que je projetais sur elle et Pierre, et dont je n'ai jamais pu écrire que des fragments sous forme d'articles.

Je pense que j'ai dépassé toutes ces résistances. Le sentiment de culpabilité à parler alors que Blanche aurait sans doute préféré le silence, le complexe vis-à-vis de Pierre ont diminué et peut-être disparu. Et je peux maintenant essayer de témoigner objectivement sur les génies respectifs de Pierre et Blanche. Lui avait celui de la parole, elle celui de l'écoute."
 
Pierre et Blanche. Souvenirs sur Pierre Jean Jouve et Blanche Reverchon
d'Henry Bauchau - Editions Actes Sud
208 pages - 21,80 euros - ISBN 978-2-330-01245-8
 
********
 
"Octobre 1493. En cet automne pluvieux, Rodrigo Borgia, devenu le pape Alexandre VI, a décidé de se rendre à Viterbe, officiellement pour y inspecter des fortifications. À peine est-il arrivé et installé au château avec toute sa cour que Francesca, l’empoisonneuse de la famille, apprend qu’un assassin est en route. Elle va alors unir ses forces à celles de son amant, le brillant et féroce César Borgia, pour démêler l’écheveau d’un complot qui entend frapper au cœur de la chrétienté. Mais un secret dévastateur surgit du passé de Francesca et manque de la faire sombrer dans la folie. Il lui faudra mobiliser tout son courage et toute sa volonté pour la ramener à la raison et sauver ce en quoi elle croit."
 
Francesca maîtresse de Borgia
de Sara Poole, traduit (anglais) par Patricia Barbe-Girault - Editions M.A.
384 pages - 20 euros - ISBN 978-2-822-40170-8
 
et, chez le même éditeur
 
Télé Géneration 80
Textes de Gilbert Jouin, photos de Pascal Baril
25 euros - ISBN 978-2-822-40108-1
 
********
Big Mate Roi du Skate
de Lincile Peirce, Poa française par David Alazraki - Editions Gallimard Jeunesse
218 pages - 12 euros - ISBN 978-2-07-063911-3
 
********
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -