Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour bien commencer décembre (1er décembre 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les Juifs originaires d'Europe orientale partagent une langue et une culture : le Yiddish. Ceux arrivés à Paris au cours des années précédant la deuxième guerre mondiale et rescapés de la Shoah, tentèrent au lendemain de la guerre, de reconstituer une vie normale et de perpétuer la culture yiddish de leur pays d'origine. Cette communauté et ses oeuvres n'ont pratiquement pas été étudiées, qu'il s'agisse de l'impressionnant réseau d'institutions mises sur pied, de leur presse quotidienne, probablement la plus abondante du monde en yiddish au lendemain de la guerre, ou des graves préoccupations purement juives qui surgirent dans les années de l'après-guerre, comme la résurgence de l'antisémitisme, la découverte des crimes soviétiques envers les Juifs ou la naissance et la lutte pour la survie de l'Etat d'Israël.
Cette étude présente plusieurs aspects originaux : l'accès à de nombreux documents internes d'organisations de toute nature, une étude quantitative du profil des quotidiens yiddish de Paris, et une analyse de contenu portant sur près de trente ans. L'ouvrage, structuré en trois parties comporte une description multi facettes des Juifs yiddish de Paris et de leurs institutions. La deuxième partie est consacrée aux analyses des quotidiens.
La couverture par ces journaux des préoccupations évoquées plus haut et la réaction de leurs lecteurs, font l'objet de la troisième partie. Le retour en force de l'intérêt pour la langue et la culture yiddish devrait favoriser l'intérêt de cet ouvrage qui décrit ceux qui en furent sans doute les derniers militants.
 
François Lustman est Professeur, Département d'informatique et de recherche opérationnelle
Université de Montréal
 
Entre Shoah, communisme et sionisme
Les juifs yiddish de Paris et leur presse au lendemain de la 2nde Guerre Mondiale
de François Lustman - Editions Honoré Champion
320 pages - 70 euros - ISBN 978-2-7453-2424-5
 
********
 
Dix-sept ans après l'assassinat, le 4 novembre 1995, par un extrémiste juif, du général Itzhak Rabin, le premier ministre israélien, le conflit israélo-palestinien semble figé pour l'éternité, l'Etat hébreu fasciné par une droite de plus en plus extrême. De Paris à New York la diaspora juive se déchire, divisée entre ceux qui soutiennent sans conditions la politique israélienne et ceux qui la dénoncent car elle menace selon eux l'avenir d'sraël et trahit les valeurs morales du judaïsme.Martine Gozlan retrace les raisons et les étapes de cette fracture historique, morale, philosophique et religieuse qui a scindé l'âme juive avant même le sionisme et raconte de façon vivante et personnelle le roman des deux Israël, irréconciliables mais enchaînés.
 
Martine Gozlan, rédactrice en chef à l'hebdomadaire Marianne, est grand reporter et couvre le Maghreb et le Moyen-Orient auxquels elle a consacré de nombreux ouvrages. Les éditions de l'Archipel ont publié son essai sur les printemps arabes, Tunisie, Algérie, Maroc : la colère des peuples (2011)
 
Israël contre Israël. L'autre menace
de Martine Gozlan - Editions l'Archipel
256 pages - 18,95 euros - ISBN 978-2-8098-0877-3
 
********
 
Revient sur le fait que l'extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale aurait été oubliée au lendemain de la guerre, voire refoulée et que l'opinion française en a été ignorante jusqu'aux années 1970. Mais cette approche psychologique ne tient pas car les élites intellectuelles se sont exprimées publiquement dès les années 1945-1950.
Les Français n'ont été ni sourds ni muets quant à l'extermination des Juifs. Non, il ne leur a pas fallu trente ou quarante ans pour accepter de saisir le plus grand crime de l'histoire. Dès le lendemain de la guerre, les élites ont élaboré une véritable pensée du génocide où les catholiques et les protestants ont eu une part immense, dont on n'avait pas pris la mesure jusqu'ici. Les intellectuels de tout bord ont été pris à la gorge par la spécificité de ce phénomène. Bien sûr, la culpabilité a joué un rôle, mais contrairement à une idée reçue, elle a été assumée, proférée, et c'est elle qui a animé le mouvement de réception de l'événement et sa progressive extension à tout le corps social. Lorsque, en 1967, la guerre des Six-Jours éclate, elle rencontre une opinion publique déjà très bien instruite et sensibilisée au drame des Juifs par vingt années de romans, de films, de récits, de témoignages.

Il y a eu en France un «syndrome de Vichy», mais pas de «syndrome de la Shoah». Pourtant, quand, dans les années 1970 et 1980, le regard sur les années noires de Vichy a changé et qu'il est devenu moins bienveillant, un mythe global est né : celui d'une France malade de son passé et incapable de se regarder en face. En fait, la réalité est autre : si les Français ont occulté Vichy, ils n'ont pas occulté l'extermination des Juifs. Pour le prouver, François Azouvi livre ici la première étude systématique de tout ce qui a été écrit, publié ou produit en France sur la Shoah depuis 1945.
 
François Azouvi est directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est notamment l'auteur de ' Maine de Biran', 'La science de l'homme' (1995) et co-auteur de 'De Königsberg à Paris' .
 
Le mythe de grand silence. Auschwitz, les Français, la mémoire
de François Azouvi - Editions Fayard
478 pages - 25 euros - ISBN 978-2-213-67099-7
 
********
 
Ce numéro de YOD, qui n'est pas exclusivement consacré aux études hébraïques et juives, présente quelques-unes des contributions au colloque qui s'est tenu en mars 2011 à l'INALCO. A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la presse écrite - en arabe, en hébreu, en kurde ou en turc - a été un vecteur de la modernité et a contribué activement à la transformation des sociétés. Elle a également été un moyen de diffusion de la littérature, permettant parfois l'éclosion d'une littérature moderne ou l'émergence de genres nouveaux

Rina COHEN MULLER
La presse hébraïque, un vecteur de l'entrée des Juifs dans la modernité
Wajda SENDESNI
La presse jeune-turque en Égypte et la modernité (1895-1908)
Ibrahim Seydo AYDOGAN
Littérature par la presse : émergence d'une nouvelle voie en kurde
Lily PERLEMUTER
Hazefirah, premier journal de langue hébraïque en Pologne
Ariane BENDAVID
Ha-Shiloah, pour une littérature engagée ?
Masha ITZHAKI
Les premiers pas d'Agnon à Jaffa (1908-1912)
Marie-Claire DJABALLAH BOULAHBEL
L'article-feuilleton : création littéraire et générique & transformations sociales et politiques à travers le périodique arabe en Égypte (1892-1902)
Ophélie ARROUES
Genres, généricité et processus de création littéraire dans un journal arabe du début du XXe siècle : al-Sabab de Mahmud Bayram al-Tunisi
 
Yod N° 17 :La presse écrite au Moyen-Orient :
support, langue et forme (fin XIXe - début XXe)
Dirigé par J. Danan et M-C Djaballah Boulahbel - Editions de l'Inalco
116 pages - 15 euros - ISBN 978-2-858-31200-9
 
********
 
« Un des plus remarquables témoignages sur l’inhumanité jamais écrits… Un livre extraordinaire, capital, qu’il faut lire absolument. »Sir Ian Kershaw Otto Dov Kulka n’avait jamais jusqu’ici évoqué sa propre déportation. Paysages de la métropole de la mort est constitué de dix chapitres tirés des enregistrements qu’il réalisa, entre 1991 et 2001, après une visite à Auschwitz, pour cerner les images et les souvenirs qu’il gardait de Theresienstadt, suivis par trois chapitres d’extraits de ses journaux intimes les plus récents. Réflexion sur l’holocauste et la mémoire, tour à tour bouleversant dans sa description du « camp familial » d’Auschwitz, élégiaque et poétique, rythmé par des photos prises lors de son retour à Auschwitz, Paysages de la métropole de la mort est un texte hors-normes, qui cherche à rendre compte au plus près, et au plus intime, par différents procédés littéraires, de l’horreur des camps telle qu’un garçon de neuf ans a pu la vivre et telle qu’un homme à la fin de sa vie, entre sa rigueur d’historien et la puissance de ses émotions d’enfant, peut s’en souvenir.
 
Né en Tchécoslovaquie en 1933, Otto Dov Kulka est déporté avec sa mère en 1942 à Auschwitz. Après guerre, il émigre en Israël en 1949. Professeur émérite d’histoire juive contemporaine à l’Université hébraïque de Jérusalem, il a notamment écrit Deutsches Judentum unter dem Nationalsozialismus, prix Buchman de Yad Vashem. Professeur émérite, il est également membre du comité exécutif de Yad Vashem.
 
Paysage de la métropole de la mort.
Réflexions sur la mémoire et l'imagination
de Otto Dov Kulka, traduit (anglais) par P.E. Dauzat - Editions Albin Michel
220 pages - 15 euros - ISBN 978-2-226-24520-5
 
********
 
Croyez-moi, il est possible de mener sa vie en disant tout. Une existence sans déni ? Sans angle mort ! s'écria la jeune femme. Vous n'avez donc aucun secret ? Si, des montagnes ! rétorqua-t-elle. Alors ? Mes secrets me construisent, mes angles morts me détruisent. Puis elle ajouta avec jubilation : A Noël, j'offrirai le plus beau des cadeux : ma vérité ! A ceux que j'aime, ma famille. C'est comme cela qu'il faut vivre ! Nous serons vieux plus tard.
Joyeux Noël !
 
Alexandre Jardin, né le 14 avril 1965 à Neuilly sur Seine, est écrivain et scénariste. Il écrit son premier livre en 1985 alors qu'il est encore étudiant ; "Bille en tête", publié par les éditions Gallimard, pour lequel il obtient le Prix du Premier Roman en 1986. Après avoir terminé ses études, il continue à écrire, notamment des chroniques pour "le Figaro" et surtout des romans souvent inspiré de la saga familiale, parmi lesquels "Le Zèbre" (1988), récompensé par le Prix Fémina et adapté au cinéma en 1992, "Fanfan" (1990), qu'il porte lui-même à l'écran, "Le Zuhal" (1997), "Autobiographie d'un amour" (1999), "Le roman des Jardin" (2005), "Quinze ans après" (2009) ou "Des gens très bien" (2011). Homme engagé, il profite de sa notoriété pour défendre la lecture en créant les associations "Lire et faire lire" en 1999 et "Mille mots" en 2002, et n'hésite pas à interpeller les politiques dans "Lire pour vivre" (2000) ou "1+1+1"2002)
 
Joyeux Noël
d'Alexandre Jardin - Editions Grasset
302 pages - 19,90 euros - ISBN 978-2-246-79020-4
 
********
 
La Théorie de l’information est une épopée économique française. De l’invention du Minitel à l’arrivée des terminaux mobiles, de l’apparition d’Internet au Web 2.0, du triomphe de France Télécom au démantèlement de son monopole, on assistera à l’irruption d’acteurs nouveaux, souvent incontrôlables. La Théorie de l’information est l’histoire de Pascal Ertanger, le plus brillant d’entre eux. Adolescent solitaire épris d’informatique, il verra son existence basculer au contact de certains artefacts technologiques : éditeur de jeux en BASIC, pornographe amateur, pirate récidiviste et investisseur inspiré, il deviendra l’un des hommes les plus riches du monde.
La Théorie de l’information raconte aussi comment un article scientifique publié en 1948 a révolutionné l’histoire des télécommunications et fait basculer le monde dans une ère nouvelle, baptisée Âge de l’information. Pascal Ertanger s’en voudra le prophète exclusif. La Théorie de l’information évoque enfin le destin d’une planète devenue un jouet entre les mains d’un milliardaire fou.
 
Aurélien Bellanger est né en 1980. Philosophe de formation, ses recherches portent sur la métaphysique des mondes possibles. Il est l’auteur d’un essai, Houellebecq écrivain romantique (Leo Scheer). La théorie de l’information est son premier roman.
 
La théorie de l'information
d'Aurélien Bellanger - Editions Gallimard
490 pages - 22,50 euros - ISBN 978-2-07-013809-8
 
********
 
Sandra, une jeune femme d’une trentaine d’années, a décidé de venir s’installer dans un village isolé de la côte est espagnole. Un peu paumée, Sandra – qui vient de quitter un emploi qu’elle détestait et un homme qu’elle n’aimait pas mais dont elle attend un enfant – ne sait pas quoi faire de sa vie. Alors qu’elle passe de longues heures sur la plage, perdue dans ses pensées, Sandra fait la connaissance des Christensen, un couple d’octogénaires norvégiens installés dans le village depuis des années.
Rapidement, le lien qui unie Sandra à ce couple devient plus qu’une simple amitié. Ils la prennent sous leurs ailes, décident de l’aider et la traitent comme la petite-fille qu’ils n’ont jamais eue. Mais un vieil homme tout juste débarqué d’Argentine, Julian, va venir perturber cette union fragile. Il révèle en effet à Sandra qu'il est un survivant du camp de Mauthausen, et que les Christensen ne sont ceux qu’ils prétendent être.
Donnant au départ que peu de crédit à l’histoire de Julian, Sandra, étudiant les allées et venues de Karin et Fredrik et considérant leurs silences, finit tout de même par considérer le couple de Norvégiens sous un nouveau jour. Mais elle ne réalise pas encore que la fin de son innocence met sa vie en danger
 
Clara Sanchez vit à Madrid où elle enseigne la littérature espagnole à l’université. Elle collabore à El Pais. Elle est l’auteur de plusieurs romans, dont Un million de lumières (Folio) qui a reçu le prix Alfaguara en 2004.
 
Ce que cache ton nom
de Clara Sánchez, traduit (espagnol) par Louise Adenis - Editions Marabout
456 pages - 19,90 euros - ISBN 978-2-501-075647-0
 
********
 
George Friedman concentre son propos sur les prédictions géopolitiques de la prochaine décennie, notamment l'analyse des événements imminents et des enjeux planétaires qui mettront à l'épreuve l'Amérique et le reste du monde. Dans le court terme des dix prochaines années, George Friedman tente d'exposer une « réalité » concrète des défis que l'humanité devrait relever et de déterminer les conséquences probables de décisions politiques majeures. Soutenant la thèse selon laquelle l'imprévisibilité des événements futurs n'est pas exactement le propre de ce qui est indéterminé, l'auteur considère qu'une prédiction passe d'abord par la reconnaissance et la disqualification des scénarios improbables, ce qui la distingue d'une prévision. Comme le prétendait le célèbre détective Sherlock Holmes sous la plume de Sir Arthur Conan Doyle, « lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela paraisse, est nécessairement la vérité. » Pour George Friedman, la prochaine décennie serait une période de transition déterminante. Il s'appuie notamment sur l'examen minutieux des guerres et conflits du monde islamique pour prédire que le terrorisme d'État ou, au sens plus large la violence politique, continuerait inéluctablement à endeuiller la planète et aurait pour conséquence de remettre en cause des libertés au nom d'une lutte anti-terroriste.
George Friedman, directeur général de renommée mondiale de Stratfor, agence de renseignement et de veille stratégique américaine fondée en 1996, est également connu pour ses nombreux ouvrages d'anticipation géopolitique. Avant de rejoindre le secteur privé, Friedman a enseigné pendant 20 ans les sciences politiques au Dickinson College et a été dans le même temps le conseiller de l'armée et de l'administration des Etats-Unis sur les questions de la défense nationale et de la sécurité.
Friedman apparaît aussi en philosophe politologue (ou politologue philosophe ?) avec ses premiers travaux sur le marxisme et l'examen des relations américano-soviétiques considérées d'un point de vue militaire. Après l'effondrement de l'Union soviétique, Friedman a étudié la possibilité d'un conflit entre les Etats-Unis et le Japon, et a été le co-auteur de La prochaine guerre au Japon en 1991.
D'origine hongroise, le jeune Friedman a émigré aux Etats-Unis avec ses parents qui fuyaient le régime communiste. Le rêve américain a réussi à ce jeune rescapé de l'Holocauste. Son agence Stratfor est très puissante et son expertise internationale en matière géopolitique et militaire est indiscutable.
George Friedman est notamment l'auteur de 100 ans à venir, un scénario pour le XXIe siècle (Editions Zofia de Lannurien, 2012).
 
La prochaine décennie. Où nous étions... Et où nous allons
de George Friedman, traduit (anglais) par Denis Lejeune - Editions ZDL
326 pages - 21,90 euros - ISBN 978-2-9538791-4-3
 
********
 
Comme vous le savez depuis la sortie du premier numéro, n’est pas un livre, ni un magazine, c’est une revue haut de gamme, littéraire, qui traite aussi bien du monde policier, de la justice, que du milieu. Des histoires de flics et de voyous, de juges et d’avocats, d’assassins et de victimes.
Avec l’exigence de raconter mais aussi de comprendre, cette revue innovante emmène le
lecteur sur les scènes de crime, dans les coulisses de la justice, de la police, dans les salles d’audience, les cabinets des juges et les bureaux des enquêteurs ou sur les traces des criminels et des délinquants !
 
Crimes et châtiments N° 4
Collectif - Editions Jacob-Duvernet
160 pages - 15,90 euros - ISBN 978-2-84724-437-3
 
********
 
Grand inventeur devant l'éternel, Gaston Lagaffe ne connaît aucune limite dès lors qu'il s'agit de laisser s'exprimer sa créativité, de préférence au bureau, mais naturellement toujours pour le bien de l'humanité, de ses collègues ou de sa tante Hortense. Un recueil de gags autour des inventions les plus loufoques d'un Gaston déchaîné face à Prunelle, Fantasio et bien sûr M. Demesmaeker, tour à tour spectateurs incrédules et cobayes involontaires des expérimentations du roi de la gaffe
 
Le génie de Lagaffe
de Franquin et Jidhénem - Editions Dupuis
48 pages - 10 euros - ISBN 978-2-8001-3572-2
 
et, chez le même éditeur
 
Jean-Claude Servais s'empare d'une des figures mythiques du Moyen Âge, le célèbre croisé Godefroid de Bouillon. Au récit historique répond, en contrepoint, celui d'un drame adolescent vécu dans les années 1960 à Bouillon, la ville qui vit naître celui dont l'histoire allait faire une légende.
 
Godefroid de Bouillon. Première partie
de Jean-Claude Servais
64 pages - 1(,50 euros - ISBN 97!-2-8001-5536-4
 
********
 
Une nouvelle anthologie regroupant nos plus belles histoires de princes et de princesses, par les plus grands auteurs et illustrateurs de notre catalogue : des contes classiques, des histoires d’aujourd’hui, drôles, tendres et joyeuses… et toujours les héros de Gallimard Jeunesse (le Petit Prince, la petite princesse, Motordu, les Drôles de Petites Bêtes, etc.). Un magnifique trésor qui ravira tous les petits princes et toutes les petites princesses !
 
Les 15 plus belles histoires de princes et de princesses
collectif -Editions Gallimard Jeunesse
136 pages - 13,50 euros - ISBN 978-2-07-064395-0
 
********
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -