Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Le jour d'après la fin du monde... 22 décembre 2012

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


un superbe et enrichsssant DVD :
 
Comment, durant près de vingt siècles, le Talmud ou "étude de la Torah" n'a cessé de s'enrichir des apports des sages juifs, survivant à tous les autodafés et persécutions.
Ses milliers de pages, commentaires, interprétations, récits et questions ont mis des siècles à s'écrire. Le Talmud, abrégé de Talmud Torah, littéralement "étude de la Loi", est le fruit des discussions successives des sages juifs d'Israël et de Babylone puis des rabbins de l'Europe médiévale - de l'Allemagne à la Pologne en passant par Cordoue et Venise. C'est dans la ville des Doges, là où fut créé le premier ghetto juif de l'histoire, que le Talmud fut imprimé pour la première fois, en 1519, par le chrétien David Bomberg. La rédaction de ces quelque dix mille pages a commencé en l'an 70 de notre ère, peu de temps après la destruction du second Temple de Jérusalem. À ce moment-là, il avait été décidé de compiler deux siècles d'enseignements oraux afin de les préserver.

La première partie du Talmud, la Mishna ("répétition"), sera achevée en l'an 220 ; elle rassemble, en six ordres, tous les principes d'un mode d'emploi du monde, depuis les règles alimentaires jusqu'au droit civil. Du IIIe au VIIe siècle s'élabore ensuite la Guemara ("complément"), rédigée en araméen. Mais les enfants juifs grandissent plutôt avec le Talmud de Babylone, qui forge l'esprit à la dialectique et au doute, qu'avec le Talmud de Jérusalem, qui privilégie les conclusions des sages. Suivront au fil du temps les commentaires et questionnements des plus éminents talmudistes : Rachi au XIe siècle, Moïse Maïmonide au XIIe... Alliant l'art du pilpoul (discuter jusqu'à l'absurde la moindre certitude, de l'hébreu pilpel, "piment") à celui du récit, le Talmud survit à tous les autodafés qui se multiplient en Europe à partir du XIIIe siècle, et devient une monumentale histoire du peuple juif dont il incarne la survie et l'âme.
 
Le Talmud
un film de Pierre-Henry Salfati - Arte Video
55 minutes (avec les compléments, un DVD de 230 minutes au total)
14,99 euros - 3-453277-47885-5
 
*********
 
Deux des Dix Commandements sont positifs (4e et 5e), les autres étant négatifs (« Tu ne… »). Si ces deux préceptes sont des commandements de faire (« Tu sanctifieras le jour du repos » ; « Tu honoreras ton père et ta mère »), c'est que la sanctification des autres préceptes en dépend. Marque du temps (il y a un temps sacré et un temps profane) inscrite dans le judaïsme et le christianisme, ce commandement rappelle l'importance de la séparation, qui est à la fois lien et distance entre le divin et l'homme.
Quelle est la singularité de ce jour pour la Bible ? Comment est-on passé du shabbat au dimanche dans le monde chrétien ? Quelle est la portée de son existence ou de sa disparition dans notre monde contemporain attiré plus par la confusion que par la séparation ? Voilà quelques-unes des questions abordées ici.
 
Didier Long, ancien moine bénédictin, a suivi des études de philosophie et de théologie.
Il a publié plusieurs ouvrages, dont Défense à Dieu d'entrer (2005, prix des Maisons de la Presse), Pourquoi nous sommes chrétiens (2006), Manuel de survie spirituelle dans la mondialisation (Salvator, 2007), Jésus de Nazareth (2011
Gérard Haddad, psychanalyste, est né à Tunis. Après avoir été ingénieur agronome en Afrique, il a entrepris des études de médecine et de psychiatrie. Traducteur de Y Leibowitz, il est l'auteur de nombreux livres, dont Le Jour où Lacan m'a adopté (2002), Manger le livre (1984), Le Péché originel de la psychanalyse (2007) et Lumière des astres éteints (2011).
 
Tu sanctifieras le jour du repos
de Gérard Haddad et Didier Long - Editions Salvator
192 pages - 17 euros - ISBN 978-2-7067-0946-3
 
*********
 
En choisissant d’établir sa famille dans la petite ville de Stockton, dans l’État de New York, Salomon Kugel pensait avoir enfin laissé derrière lui le bruit et la fureur de la Grosse Pomme.
Or, à peine installé, force lui est de reconnaître que la vie à la campagne ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices : sa mère d’abord, qui s’accroche farouchement à la vie « par devoir de mémoire », en omettant de dire qu’elle-même n’a pas vécu l’Holocauste ; son épouse, jamais la dernière pour scruter ses moindres faits et gestes et lui rappeler la fragilité de leur situation financière ; et ce pyromane qui sème la terreur dans la région et que les appétissants bardeaux de la nouvelle maison Kugel ne devraient pas manquer de séduire.
Et puis il y a ces curieux bruits dans le grenier. Rassemblant son courage, Salomon décide d’y monter : stupeur ! Quelle est cette créature ? Une femme, très vieille, très poussiéreuse et très énervée. Une femme dont Salomon, voire le monde entier, pensait qu’elle était morte ! Une femme bien résolue à faire éclater toute la vérité sur son histoire
 
Shalom Auslander est né à Monsey, Etat de New York, dans une famille juive orthodoxe. Nominé pour le prix Koret, il a publié des articles dans Esquire et The New Yorker. La lamentation du prépuce est son premier ouvrage traduit en français. Il est également l'auteur d'un recueil de nouvelles qui paraîtra prochainement chez Belfond. Shalom Auslander vit à New York avec son épouse, Orli, et leur fils, Paix.
 
L'espoir, cette tragédie
de Shalom Auslander, traduit (anglais) par Bernard Cohen - Editions Belfond
336 pages - 20 euros - ISBN 978-2-714-45302-2
 
*********
 
Mouche’, drôle de surnom pour une mère, surtout avec cette apostrophe en coin comme un clin d’œil espiègle et affectueux. Dans ce signe transparaît la fantaisie qu’elle partage avec sa fille romancière.
Marie Lebey esquisse une caricature de sa mère, légèrement ridicule, avec son côté Madame Verdurin pour qui l’art et la beauté sont partout, sauf chez sa fille qu’elle ne voit pas. Elle va jusqu’à moquer ses origines belges dont Baudelaire dresse le portrait au vitriol dans Pauvre Belgique  !
Après la mort de son mari et de sa fille aînée, Mouche’ a un peu perdu la raison et enfermé sa fille dans un musée peuplé des fantômes de ses ancêtres et de ses écrivains fétiches. Pour lui échapper, celle-ci n’avait pas d’autre issue que de devenir une femme, belle et séduisante, captant le regard des hommes dans le seul but d’exister enfin aux yeux de quelqu’un.
Avec tendre ironie, originalité, et cette drôlerie qui la caractérise, dont on comprend la source, Marie Lebey raconte l’histoire de sa relation avec cette femme, mais sans jamais régler ses comptes, bien au contraire  : Mouche’ est une véritable lettre d’amour.
 
Avec cette originalité et cette drôlerie qui la caractérisent, et dont on comprend la source, Marie Lebey raconte, avec une tendre ironie, l'histoire de sa relation avec cette femme, mais sans jamais régler ses comptes, bien au contraire :Mouche'est une véritable lettre d'amour.
 
Marie Lebey est l'auteur chez Léo Scheer d'Oublier Modiano(2011). Mouche' est son quatrième roman.
 
Mouche
de Marie Lebey - Editions Léo Scheer
128 pages - 18 euros - ISBN 978-2-756-10417-1
 
*********
 
Citoyen syrien d'origine arménienne, Aram Karabet militait dans les rangs d'une organisation communiste clandestine quand il fut arrêté, en 1987, par les services de renseignement. Il avait à l'époque vingt-neuf ans et travaillait comme aide-ingénieur dans la ville de Hassaké, dans la Djézireh, au nord-est du pays. Après sept longues années passées dans la prison de Adra, à proximité de Damas, il fut enfin jugé par la Cour de sûreté de l'Etat et condamné à treize ans de détention, suivis de treize autres de déchéance de ses droits civils.
Son attitude digne devant le tribunal et son refus de renier ses convictions politiques, malgré d'affreuses tortures physiques et morales, lui vaudront d'être transféré, un an plus tard, vers la terrible prison militaire de Palmyre, véritable camp de concentration où périrent au cours des années 1980 et 1990 des milliers de détenus politiques. La description qu'il en donne, à la limite de l'insoutenable, va bien plus loin que la dénonciation de la cruauté sans bornes des geôliers.
Ce qui glace d'horreur, c'est l'acharnement quotidien des tortionnaires à déshumaniser leurs victimes, à vouloir les convaincre qu'elles ne sont, ainsi que tous les sujets de 'l' Eternel Président', que des hasharât, des insectes. Ecrit il y a quelques années et publié en 2009, le récit d'Aram Karabet nous informe bien plus sur la nature du régime instauré par Hafez al-Assad et dévolu à son fils que ne pourrait le faire une étude savante en sciences politiques.
 
Le bouleversant récit d’Aram Karabet éclaire d’une lumière crue la nature du régime Assad. On y comprend pourquoi les Syriens, l’ayant subi plus de quarante ans, consentent depuis mars dernier à tant de sacrifices, déploient tant d’énergie et rivalisent de tant de courage, de générosité et d’intelligence pour s’en débarrasser.
 
Treize ans dans les prisons syriennes. Voyage vers l'inconnu
de Aram Karabet, traduit (arabe) par Nathalie Bontemps - Editions Actes Sud
224 pages - 20 euros - ISBN 978-2-330-01438-4
 
*********
 
Jules Monchanin (1895-1957) est l'un des artisans de la rencontre interreligieuse. Il préfigure par ses conférences et ses écrits, la révolution de Vatican II. Ce prêtre atypique, à la culture universelle, a l'intuition que le dialogue interreligieux est, la base nécessaire d'une Eglise réellement catholique. Nous sommes en 1936... A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, il part aux Indes pour incarner son idéal.
Ayant toujours eu une démarche novatrice, voire avant-gardiste, il avait compris que les traditions de l'Inde devaient trouver leur place dans l'Eglise. Un dialogue devait donc s'établir entre pensée hindoue et pensée chrétienne. Il y a consacré une partie de sa vie. Aujourd'hui, cette intuition est devenue réalité. Les textes rassemblés ici et commentés par Françoise Jacquin, dont certains inédits, permettent aux lecteurs d'appréhender et de saisir l'originalité et la profondeur de pensée d'une des figures les plus emblématiques du catholicisme de la première moitié du XXe
 siècle
 
Françoise Jacquin, de formation historienne. a travaillé au sein du Cercle Saint Jean-Baptiste. aux côtés du père Daniélou. L'ouverture aux autres religions a toujours guidé ses pas. Elle a édité diverses correspondances et une biographie de l'abbé Monchanin et publié quelques textes concernant la relation du christianisme avec islam.
 
L'abbé Monchanin. A l'écoute d'un prophète contemporain
de Françoise Jacquin - Editions Parole et Silence
138 pages - 14 euros - ISBN 978-2-88918-115-5
 
*********
 
« Mon nom est Anne de Montfort. J'ai dix-sept ans. En cet automne 1760, je me retrouve orpheline, sans le sou, sans relations. Mon frère aîné Jean, cadet dans l'armée royale, ma seule famille, a disparu aux Indes. Est-il tombé dans cette guerre sans merci pour la domination du monde qui oppose Louis XV au roi d'Angleterre ? Croupit-il dans les geôles de Madras? A-t-il choisi de chercher fortune comme mercenaire auprès de quelque nabab ? Je veux, je dois savoir ce qu'il est advenu de lui.
Mais puis-je espérer un autre sort que celui d'entrer dans les ordres au couvent des Dames de Dinan ? Je n'ai pour moi que ma jeunesse, le prestige de mon nom et ma détermination, avec cette devise d'Anne de Bretagne que j'ai faite mienne, non mudera – je ne changerai pas. Ma cousine Apolline et son mari, armateur respecté de Saint-Malo parmi ces messieurs de la Compagnie des Indes, m'aideront-ils ? Et si je n'avais d'autre choix que le plus insensé, celui d'embarquer sur un navire, à n'importe quel prix ? »
 
Née à Saint-Malo, Marina Dédéyan a publié Moi, Constance, princesse d’Antioche aux Éditions Stock en 2005 et L’aigle de Constantinople aux Éditions Flammarion en 2008
 
De tempête et d'espoir. Saint Malo.
de Marina Dédéyan - Editions Flammarion
416 pages - 20,50 euros - ISBN 978-2-0812-6165-5
 
*********
 
Lorsqu'il apprend que sa femme, Derryn, est atteinte d'une maladie incurable, David Raker arrête de travailler pour se consacrer exclusivement à elle. Quelques mois avant sa mort, une amie de sa femme lui demande un service : retrouver son enfant disparu. David, ancien journaliste et expert en investigations, accepte cette première mission, encouragé par sa femme mourante.
Cela fait maintenant un an que Derryn est partie, et les recherches d'enfants sont devenues le quotidien de David. Le jour de ce funeste anniversaire, Mary Towne vient frapper à sa porte. Son fils Alex, disparu mystérieusement cinq ans auparavant, a été retrouvé mort dans un accident de voiture il y a un peu plus d'un an. Mary affirme pourtant l'avoir aperçu dans la me et demande à David de le retrouver. D'abord réticent, David finit par accepter. Il commence à percer à jour la vie d'Alex, et découvre que le jeune homme n'était pas aussi innocent que sa mère lae croyait. Dans son passé sont enfouis de lourds secrets, des secrets dangereux qui n'auraient jamais dû être découverts - et des tueurs prêts à tout pour les protéger, à n'importe quel prix.

L'AUTEUR : Tim Weaver est né en 1977. À dix-huit ans, il a arrêté ses études pour commencer à travailler en tant que journaliste. Il mène depuis une brillante carrière et écrit des articles portant sur le cinéma, la télévision, le sport, les jeux et les nouvelles technologies. Il est marié, père d'une petite fille et vit près de Bath, en Grande-Bretagne.
 
Chambre froide
de Tim Weaver, traduit (anglais) par Véronique Gourdon - Editions M.A. Pôle Noir
420 pages - 20 euros - ISBN 978-2-822-40196-8
 
*********
 
Le concept de refoulement, issu de la psychanalyse, semble limité à celle-ci. Or, il n'en est rien. Le refoulement psychanalytique n'est qu'un cas particulier, encore qu'éminent, dun processus plus général, qui fait l'objet de ce livre. Refouler, c'est mettre à distance ce qui est traumatisant, parce que cest problématique, et c'est donc ce qui est problématique qui fait généralement l'objet de refoulement par des réponses appropriées, qui le déplacent, le transforment, le font évoluer. Refouler est une façon d'instaurer de la différence entre ce qui pose problème et ce qui résout. Cela va de la constitution d'un inconscient, où le refoulé demeure implicite et ignoré, à la prise en charge expresse du problématique par des formes extrêmement originales qui singularisent la problématicité tout en la véhiculant par des réponses qui semblent la résoudre.

Le refoulement est la façon dont l'individu assume sa propre histoire depuis l'enfance, parce que le refoulement est en réalité une manière d'exprimer l'historicité, celle de l'individu, comme chez Freud, mais aussi des discours, des arts, des sciences, comme l'avait bien vu Michel Foucault. Articuler tous ces modes de refoulement, en montrer les mécanismes et les effets, dans l'histoire des arts comme dans celle des sciences, est l'intérêt de ce livre, qui ne se limite pas à la seule application psychanalytique du refoulement.

Ce concept se révèle en réalité d'une grande richesse et offre une pluralité de manifestations qu'il convient de mettre en rapport, d'articuler, pour éclairer d'un jour nouveau un mécanisme aux ressorts et à la profondeur insoupçonnée.
 

Michel Meyer est un philosophe belge et professeur à l'Université libre de Bruxelles.
Il est économiste de formation, maître ès arts (Johns Hopkins, États-Unis), licencié et docteur en philosophie (1979).
Sa réflexion porte principalement sur la rhétorique à laquelle il a largement contribué par l'introduction d'une approche de l'argumentation qu'il nomme la « problématologie ».
 
Qu'est-ce que le refoulement ?
de Michel Meyer - Editions de l'Herne
120 pages - 9,50 euros - ISBN 978-2-851-197247-7
 
*********
 
La personnalité baroque de Joann Sfar domine le paysage de la création contemporaine en bande dessinée. En quinze ans de carrière, il a constamment été sous le feu des projecteurs, bâtissant une œuvre généreuse, tentaculaire, protéiforme. Le Chat du rabbin, Petit Vampire, Pascin, Donjon, Klezmer sont quelques-unes des œuvres phares d’un auteur qui ne cesse d’écrire, pour lui-même ou ses complices (David B, Emmanuel Guibert, Lewis Trondheim, Christophe Blain, José Luis Munuera, Hervé Tanquerelle, Pénélope Bagieu, Clément Oubrerie).
Sfar est aussi réalisateur de films (quatre César et un Grand Prix du festival d’Annecy), il est devenu directeur de collection chez Gallimard et commissaire d’exposition (Brassens à la Cité de la Musique), et il se prépare à investir massivement le champ romanesque.
Recordman des interviews, il va plus loin dans ce livre de conversations et se livre comme jamais. Thierry Groensteen l’interroge méthodiquement sur sa vie et son œuvre (l’explication par la biographie étant, chez Sfar, déterminante) et, en grand spécialiste de la bande dessinée, met le doigt sur tous les aspects de son art poétique, le faisant inlassablement parler de sa passion : le dessin.
Richement illustré, ce livre à deux voix deviendra vite indispensable à tous ceux qu’intéresse l’une des œuvres les plus riches de notre temps.
 
Docteur en Lettres modernes, Thierry Groensteen a dirigé les Cahiers de la bande dessinée dans les années 1980 et le Musée de la bande dessinée d’Angoulême dans les années 1990. Fondateur de la revue Neuvième Art et des éditions de l’An 2, il poursuit aujourd’hui son travail d’éditeur au sein du groupe Actes Sud, tout en enseignant à l’École supérieure de l’Image, à Angoulême. Auteur de nombreux ouvrages, il est reconnu comme le meilleur spécialiste français de la bande dessinée. Aux Impressions Nouvelles, il a publié un essai, La bande dessinée, mode d’emploi, et un roman « jeunesse », Parole de singe.
 
Entretiens avec Joan Sfar
de Thierry Groensteen - Editions Les Impressions Nouvelles
288 pages - 22 euros - ISBN 978-2-8744-150
 
*********
 
Les Orientaux aimaient réduire le monde à l'infiniment petit, certains peintres japonais du XVIIIe siècle ont même réussi l'exploit de peindre un jardin sur un grain de riz. D'autres ont sculpté des scènes du Déluge sur des noyaux de cerise. Je ne pourrais prétendre à tant de virtuosité, mais j'ai toujours été attirée par les mondes infimes, au point de me constituer au fil des années un musée personnel du Minuscule.
Paradis, Enfers : quoi de plus impressionnant, gigantesque, de plus surhumain en même temps - à commencer par leur version littéraire, cette Divine Comédie, dont la lecture, il y a quelques années, m'a ouvert la voie à ces univers parallèles ? Un été où j'étais triste à Paris, je ne voyais pas d'issue à mon chagrin, sinon le rêve. Pour donner vie à ces rêveries, je commençai à dessiner des mondes minuscules, paradis terrestres, paradis perdus, où je m'imaginais avec celui que j'aime, où nous étions d'infinies particules d'un monde minéral et végétal, tels des feuilles, des étoiles, des grains de sable...
Oublions le Purgatoire, que j'imagine plutôt gris, mais que seraient mes paradis sans leurs enfers ? Rome sans les sept collines, la Joconde sans son sourire ?... Aussi n'avais-je d'autre choix, à un moment moins chagrin, que de donner vingt-huit enfers miniatures comme antipodes à mes paradis. Lorsqu'on se "fait tout petit", on peut disparaître, mais c'est peut-être pour mieux renaître dans un autre monde, un jardin d'Eden.
 
Dominique Zehrfuss vit à Paris. Dessinatrice, créatrice de bijoux, elle a publié des livres pour la jeunesse ainsi qu'un récit, Peau de caniche, paru au Mercure de France en 2010. Patrick Modiano est né en 1945 à Boulogne-Billancourt. Il a publié son premier roman, La place de l'étoile, en 1968. Il reçoit le prix Goncourt en 1978 pour Rue des Boutiques Obscures et le Grand Prix national des lettres pour l'ensemble de son oeuvre en 1996.
Marie Modiano est auteur-compositeur et chanteuse. Elle a publié deux albums, I'm not a rose et Outland. Son premier recueil de poèmes, Espérance mathématique, a paru dans la collection "L'Arbalète" en 2012
 
28 Paradis - 28 Enfers
de Dominique Zehrfuss, Patrick Modiano et Marie Modiano - Editions Gallimard (Le Promeneur)
56 pages - 17,90 euros - ISBN 978-2-07-01937-8
 
*********
 
 
Nées en 1996, les éditions Rue du monde poursuivent de manière surprenante et quasi-inespérée leur travail de fond, pour "titiller l'intelligence des enfants, leur esprit critique et leur sensibilité artistique". Et dieu sait qu'à l'aube de son cinquième anniversaire Rue du Monde y a parfaitement...
 
Un riche sultan va devenir père pour la première fois. C'est la fierté de sa vie ! Après avoir longuement visité les meilleures boutiques du souk, il finit par trouver l'énorme diamant qu'il offrira à son épouse, le jour de la naissance. Un cadeau à la taille de l'événement ! Si toutefois le bijoutier parvient, sans souci, à le suspendre à un collier...
 
Le diamant du sultan
de Catherine Gendron et Judith Gueyfier - Editions Rue de Monde
44 pages - 12,50 euros - ISBN 978-2-355-04214-0
 
et chez le même éditeur
 
Avec un turban aussi imposant qu'une citrouille, son regard malicieux et sa façon de monter son âne à l'envers, Nasreddin Hodja est célèbre dans tout le pays : il sait si bien faire grimacer les uns et rire aux éclats tous les autres !
 
La folle journée de Nasredine Hodja
de Laurence Fugier et Véronique Joffre
44 pages -12,50 euros - ISBN 978-2-355-04231-7
 
et enfin,


Voici une somme joyeuse et hétéroclite des grandes et petites merveilles du monde ! Faune, flore, montagnes ou cascades, monuments célèbres, coutumes, spécialités Le décor du monde est planté au travers de milliers de vignettes qui viennent peupler cet album ludique haut en couleur, à la manière des cartes illustrées d'autrefois. L'époque moderne n'est pas oubliée. Ainsi pour la France, le TGV et le viaduc de Millau sont aussi du voyage ! À chaque pays visité, l'album propose, à côté du fourmillement de ces visuels légendés, des informations sur la langue, la population, le drapeau, la capitale Ce très beau livre de famille à partager avec les enfants dès 8 ans est un stimulant à l'envie de connaître et de voyager à la découverte de tous les ailleurs !
 
Cartes. Voyages parmi mille curiosités et merveilles du monde
de Aleksandro Miezelińska et Daniel Miezeliński, traduit (polonais) par Lydia Wairryszak
108 pages -25,80 euros - ISBN 978-2-355-04236-2
 
 
*********
 
Pour gâter nos enfants,
 
Ça buzz à la récré : Titeuf a une nouvelle amoureuse !!!
Hé, vous savez quoi ? Dans l’école de Titeuf, paraît qu’il y a une nouvelle ! Paraît qu’elle est super grande et qu’elle s’appelle Ramatou. Elle parle pas très bien français, c’est parce qu’elle vient du Brougalistan ou un truc comme ça ! Et paraît que les soldats ont massacré toute sa famille… Paraît aussi que Titeuf pense tout le temps à elle !
Mais est-ce qu’une fille sera vraiment capable supporter les battles de bulles de morve et les blagues à base de crottes de chien de Titeuf et ses copains ? Ce serait oublier que Titeuf, c’est carrément le lover de la récré ! p> Voici enfin le nouvel album du gamin le plus célèbre de la bande dessinée ! Zep nous propose une rafale de gags toujours entre grands éclats de rire et zeste de tendresse...
Enfants et parents vont s'en donner à cœur joie dans cet album irrésistiblement drôle et touchant
 
 
Titeuf à la folie
de Zep - Editions Glénat
48 pages - 10,45 euros - ISBN 978-2-723-4852-2
 
*********
 
Et quelques CDs :
 
Melech Machaya
de João de Graça, Francisco Calado, Miguel Verrissimo, André Santos et João Sovina
Felmay (www.felmay.it)
 
Gracia
de Sarah Aroeste
www.saraharoueste.com
 
Ana Alcaide
www.arcmusic.co.uk
 
Chez Oriente Musikwww.orientemusik.com
 
 
Sanda Weigl
 
comme
 
Bad old songbook
de Daniel Kahn & the Painted Bird
 
et
 
Noch Amul. Tango oyf yiddish vol 2
de Karsten Troyke
 
 
*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -