Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Les vacances de Pâques en compagnie de Robert Solé (31 mars 2013)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les Editions Seuil (Points) nous adressent quelques livres de Robert Solé. Nous partageons, l’auteur et moi, cet amour pour ce pays qui notre terre natale, parfois ingrate (en ce qui concerne les Juifs à tout le moins). Un autre point commun, nous avons fréquenté le même Lycée.
 
Après des études au lycée franco-égyptien d’Héliopolis puis au collège des jésuites du Caire, Robert Solé arrive en France en 1964, à l'âge de 18 ans, pour suivre les cours de l'École supérieure de journalisme de Lille
 
C'est au Caire que se déroulent les aventures de la famille Batrakani : l'enseignement français des Jésuites, la récitation de Michel devant le Sultan, la reprise du commerce familial par Edouard, les amours adultères de Georges et de Maguy... Impressionné par la figure de Georges, son grand-père, Charles raconte avec affection et nostalgie l'époque où l'on portait le tarbouche.
Reconstituant l'histoire d'une famille chrétienne dans l'Egypte du mandat britannique,ressuscitant des personnages qui campent avec une liberté superbe à la jointure de l'Orient et de lOccident,Le Tarbouche nous restitue le charme troublant d'une époque disparue.Une douceur des choses,un raffinement exquis s'y mêlent au tragique d'une Histoire pleine de bruit et de fureur.On y croise le roi Farouk au volant d'une voiture de sprot,la tante Maguy qui collectionne les amants et fascine ses jeunes neveux,l'oncle usurier porté sur la bonne chère,l'étrange Edouard obsédé par la démographie au point de compter lui-même les habitants du Caire,tant et tant d'autres.La figure de Georges Batrakani,le fabricant de tarbouches,le patriarche,tonitruant,tyrannique et généreux,domine l'ensemble.
Le Tarbouche procède de cette littérature qui dépayse et rend heureux,et dont on rêve ensuite.
 
Le Tarbouche
de Robert Solé
416 pages - 7,50 euros - ISBN 978-2-7578-1408-6
 
Ce soir-là, au Caire, Dina reçoit. Une petite société cosmopolite se presse dans l’ancienne maison de son beau-père, Georges bey Batrakani, qui fut le roi du tarbouche. L’Égypte, en pleine effervescence sociale et religieuse, a beaucoup changé depuis les années 1960. La plupart des membres de la famille Batrakani, dispersés aux quatre coins du monde, n’y sont jamais revenus, préférant vivre avec leurs souvenirs. Ce n’est pas le cas de Charles, le narrateur, qui, après une longue période d’amnésie volontaire, séjourne régulièrement au Caire. « Notre monde a disparu, constate-t-il, et je continue pourtant à guetter les battements de son cœur et ses sourires. »
Mais pourquoi revient-il en Égypte une deuxième fois cette année, « avec un faux passeport » ? Il est confronté à Dina, qui le subjuguait naguère ; à Negm El-Wardani, le séducteur à la hussarde ; à Josselin, l’égyptologue français en chasse de vestiges et de mécènes ; à Yassa, le chauffeur copte, qui a toujours un mot pour adoucir les malheurs de l’existence… Au milieu de la soirée, apparaît une jeune femme, Amira, et un voile se déchire. Le présent aurait-il autant de force que le paradis perdu ?
 
 
Une soirée au Caire
218 pages – 6,10 euros – ISBN 978-2-7578-2462-7
 
 
Un homme venu d'Égypte tisse peu à peu, dans le Paris des années cinquante, un étonnant système de relations croisées. Rendant des services, nouant des connivences, sollicitant ses obligés, il est bientôt au centre d'un réseau d'influence qui pourrait faire de lui un puissant parmi les puissants. Quel dessein poursuit, au juste, cet énigmatique Basile Batrakani qui a hérité de ses ancêtres levantins le sens du commerce et de l'entremise? N'obéit-il qu'à ce qu'on appelle sur les bords du Nil le mazag, c'est-à-dire la jouissance, le goût personnel, le bon plaisir? Au-delà du rapport étrange qu'il entretient avec les femmes, cet homme de l'ombre fascine ou désoriente tous ceux qui l'approchent. Peut-être parce qu'il pose, à sa façon, des questions essentielles.
 
Mazag
256 pages - euros - ISBN 978-2-02-051225-4
 
Dans l'Egypte des années 1890, une jeune femme scandalise et fait tourner les têtes. Belle, exigeante, elle porte audacieusement son surnom de Mamelouka. Sa rencontre avec un photographe fantasque fera d'elle une élève surdouée et une portraitiste exceptionnelle. Bousculant l'art de la photographie et les convenances, elle réveille une société cosmopolite qui s'abandonne à la douceur des étés sur la plage, aux rivalités cocasses entre Français et Britanniques. Peut-elle rester insensible aux lettres enflammées du capitaine Elliot, engagé au Soudain dans la guerre contre les mahdistes ? Le destin de la Mamelouka va se jouer au tournant du siècle, alors que le nationalisme germe dans les esprits et que le khédive Abbas, souverain d'opérette, prétend tenir tête à l'occupant anglais.
 
La Mamelouka
354 pages - ISBN 978-2-02-032360-5
 
Au début des années 1860, l'Egypte se lance dans la construction du canal de Suez. Cet événement va changer la vie de Maxime Touta. Il est journaliste pour l'hebdomadaire Le Sémaphore d'Alexandrie et témoigne des conflits incessants que suscite ce projet démesuré. D'un côté, la haine entre colons français et britanniques et, de l'autre, sa passion pour l'ardente Nada.
 
Le Sémaphore d'Alexandrie
416 pages - 7,50 euros - ISBN 978-2-7578-1951-7
 
Voilà plus de deux siècles que l'Egypte fascine les Français. Ce sont les savants emmenés par Bonaparte qui, en l'étudiant avec passion, l'ont révélée au monde, sinon à elle-même. Un autre Français, Champollion, déchiffrera plus tard les hiéroglyphes : Auguste Mariette créera le Musée du Caire ; les saint-simoniens venus de Paris rêveront au canal de Suez et Ferdinand de Lesseps le réalisera... A cette passion française répond dès le départ une attirance des Egyptiens pour la patrie de Voltaire et de Rousseau. Très tôt naîtra ainsi sur les bords du Nil une " France égyptienne ", avec sa presse florissante, ses salons littéraires et ses établissements scolaires prestigieux. Loin de stopper ce mouvement, l'occupation britannique de la fin du XIXe siècle renforce paradoxalement la francophilie des Egyptiens. Occupée par les Anglais, l'Egypte choisit de rêver en français. C'est cette formidable aventure commune, dont les héros sont des égyptologues, des ingénieurs, des écrivains, des enseignants, des malfrats mais d'abord les peuples eux-mêmes que Robert Solé raconte ici.
 
L'Egypte passion française
558 pages - ISBN 978-2-02-037426-9
 
et avec Dominique Valbelle
 
Il y a deux cents ans, en juillet 1799, un officier le Bonaparte en Égypte faisait une découverte bouleversante. La stèle de granit qu'il venait de mettre au jour près de la ville de Rosette portait un même texte gravé en trois écritures différentes : en grec, en démotique et en hiéroglyphes. Pour la première fois, on disposait d'un outil pour déchiffrer l'écriture égyptienne, que plus personne ne savait lire depuis quatorze siècles ! Une fantastique aventure intellectuelle commençait. En Europe, quelques-uns des plus grands esprits de l'époque interrogeaient la pierre de Rosette, saisie par l'armée anglaise et transportée à Londres, au British Museum. Si le Suédois Johann David Akerblad et l'Anglais Thomas Young lui arrachaient quelques réponses, c'est un Français, Jean-François Champollion, fort de sa connaissance des langues orientales et d'un travail acharné sur toutes les inscriptions disponibles, qui allait parvenir à la solution. Brusquement, tout s'éclairait. L'Égypte ancienne, muette depuis si longtemps, se mettait à parler...
 
Dominique Valbelle , présidente de la Société Française d'Egyptologie, est professeur à la Sorbonne (Paris IV) depuis 2001, après avoir dirigé pendant 18 ans l'Institut de Papyrologie et d'Egyptologie de Lille. Responsable de l'Unité Mixte de Recherche 8152 du Centre National de la Recherche Scientifique " Etat, religion et société dans l'Egypte ancienne et en Nubie ", elle assure la direction scientifique du Centre Franco-Egyptien des Temples de Karnak et celle de la Mission archéologique de Tell el-Herr dans le Nord du Sinaï. Elle est, depuis plus de 30 ans, l'épigraphiste de la Mission archéologique de l'université de Genève à Kerma et à Doukki Gel. Spécialiste des rapports entre l'Egypte et ses voisins, elle a publié de nombreux ouvrages et articles sur l'histoire de l'Etat, des villes, des institutions et des religions dans l'Egypte ancienne et au Soudan.
 
La pierre de Rosette
240 pages - 7 euros - ISBN 978-2-02-061197-X
 
********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -