Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour le pont de l'Ascension (7 mai 2013)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


La République juive de Staline
d'Anne Nivat - Editions Fayard
368 pages - 22 euros - ISBN 978-2-213-83340-4
 
Dans l'URSS du lendemain de la Révolution, Staline prend la décision (rendue officielle en 1934) de créer une entité régionale pour les juifs : ce sera le Birobidjan, à la frontière chinoise. Il est difficile aujourd'hui de se représenter les espoirs soulevés par cette promesse d'un "Yiddishland' pour les populations juives libérées des contraintes de la Russie tsariste et d'un passé de confinement et de pogroms.Propagande ou pas, des dizaines de milliers d'individus sont du voyage, arrivant principalement d'Ukraine, mais aussi d'Argentine, d'Allemagne et d'Amérique. La révolution bolchevique pensait-elle avoir trouvé au Birobidjan la solution de son " problème juif " difficilement compatible avec la conception léniniste des nationalités' Toujours est il que ce territoire autonome juif où le yiddish a été choisi comme langue nationale (avec le russe), existe toujours au fin fond de l'Extrême-Orient russe ! A priori, c'est une province de la Russie profonde comme une autre, mais, à y regarder de plus près, la tonalité juive est très présente, dont les autorités locales usent et abusent pour obtenir subventions et privilèges. Si, depuis que les portes de l'ex-Union soviétique se sont ouvertes, les juifs du Birobidjan ont - presque tous - émigré en Israel, ils sont davantage revenus de la Terre promise plutôt que le contraire. Pour tenter de mesurer le succès du projet Birobidjan et ce qu'il en reste, Anne Nivat a longuement enquêté sur place, mais aussi en Israël, où elle s'est introduite chez des Birobidjanais, et dans la ville chinoise de Harbin, vers laquelle les autochtones se sont toujours davantage tournés plutôt que vers Moscou.
 
Anne Nivat, docteur en Sciences Politiques, a vécu dix ans basée à Moscou en tant que correspondante pour des titres de presse francophone tels que Libération, Ouest France, Le Soir, Le Point, la radio RMC… mais aussi pour des journaux anglo-saxons : le International Herald Tribune, le New York Times, ou encore le Washington Post.
Grand reporter, elle revendique la lenteur et la complexité. Depuis son premier travail, au plus fort de la guerre en Tchétchénie pour le quotidien Libération entre 1999 et 2001, Anne s’immerge dans les conflits, souvent au péril de sa vie pour, simplement, témoigner.
Tantôt grand reporter, tantôt écrivain, Anne Nivat débute sa saga littéraire
en 2000, par le biais d’un témoignage exceptionnel sur son expérience tchétchène (CHIENNE DE GUERRE), un premier livre qui lui vaut le prix Albert-Londres.
S’ensuit, en 2001, ALGÉRIENNE - écrit en collaboration avec Louisette Ighilahriz - qui aborde les tortures de la guerre d’Algérie. En 2004, elle publie LENDEMAINS DE GUERRE EN AFGHANISTAN ET EN IRAK. Loin d’être une nouvelle analyse géopolitique sur la situation de ces pays, ce livre est un récit de ses longs mois comme « reporter infiltrée » au cœur de la population civile. En 2005 et 2006, elle poursuit sa quête de la parole de l’autre par ISLAMISTES, COMMENT ILS NOUS VOIENT et PAR LES MONTS ET LES PLAINES D'ASIE CENTRALE. En 2008, elle publie BAGDAD ZONE ROUGE, un récit dans lequel elle se tutoie, et emmène le lecteur au plus proche de la Bagdad anéantie par le terrorisme. Et c’est parce qu’elle sillonne sans relâche, en toute indépendance, ces pays à propos desquels notre information est trop souvent formatée qu’Anne nous enrichit grâce à des témoignages de l’intérieur, en proposant une vision humaine des pays en crise.
 
********
 
Métronome vénitien
de Samuel Brussel - Editions Grasset
160 pages - 16,90 euros - ISBN 978-2-246-80518-2
 
 
Le narrateur, amoureux de l'Italie et de sa Serenissima, décide un jour d'y revenir pour passer l'hiver dans la pension où il était venu neuf ans auparavant. Au détour des calli et des fondamenta qu'il arpente, et au travers des rencontres qu'il y fait, son passé ressurgit, et avec lui, celui de l'Italie et de l'Europe, de notre culture et de ses religions. De cette saison italienne il rapporte, à côté de ses souvenirs et de ses réflexions, les portraits des hommes et des femmes qu'il rencontre, leurs histoires et les discussions qu'ils partagent dans les salons du Monaco Grand Canal, à une terrasse des Zattere, ou près du Campo Santo Stefano.
Avec eux, on parle russe, anglais, hébreu, mais surtout italien, l'italien de Rome, de Venise, de Parme ou de Trieste. Ensemble, ils lisent quelques sestines de Dante, quelques vers de Baudelaire, et font dialoguer le Vénitien Gozzi, le Romain Belli, le Milanais Stendhal, avec le Pétersbourgeois Joseph Brodsky et le Moscovite Serguei Averintsev. On traverse ainsi les âges et les nations pour reprendre les questions éternelles de l'art et de la foi, de la littérature et de la religion, revenir sur les terres Saintes de Jérusalem, de Rome ou de Constantinople, et réunir, le temps d'une marche à Venise, l'Eglise d'Orient et d'Occident.
 
Samuel Brussel de nationalité française, né à Haifa en 1956,, vit successivement dans de nombreux pays (France, Angleterre, Belgique, États-Unis, Brésil). En 1992, il fonde les éditions Anatolia riches d'un catalogue de quelque cent quatre-vingt titres, récits et autobiographies, essentiellement de langue étrangère.
Animateur d'une revue (Le Lecteur), auteur de plusieurs romans, dont Généalogie de l'ère nouvelle, (Grasset, 2005) ou Musique pour les vivants, Samuel Brussel vit entre Nyon et Bruges.
 
********
 
Félibrige et religion
dirigé par Régis Bertrand - Editions La Thune
232 pages - 19,50 euros - ISBN 978-2-913847-42-2
 
La Majorale Pierrette Bérengier et le précédent Capoulier Pierre Fabre donnent leur point de vue respectif sur cet ouvrage, recueil d’actes d’un colloque, qui précise les liens entre le Félibrige et différentes expressions religieuses. Dans cet ouvrage, un article, au moins, est assez polémique vis à vis du Félibrige.
 
Le Félibrige (en langue d'oc: lou Felibrige selon la norme mistralienne ou lo Felibrige selon la norme classique) est une association déclarée selon la loi du 1er juillet 1901, qui œuvre dans un but de sauvegarde et de promotion de la langue, de la culture et de tout ce qui constitue l'identité des pays de langue d'oc. Son siège social est au Museon Arlaten (Palais du Félibrige, Arles).
 
********
 
Torturer à l'antique. Supplices, peines et châtiments en Grèce et à Rome
Textes réunis et présentés par Guillaume Flamerie de Lachapelle- Ed. Les Belles Lettres
268 pages - 14,50 euros - ISBN 978-2-251-03020-5
 
 
Amputer, bastonner, décapiter, ébouillanter, lapider, scier: les punitions infligées dans l'Antiquité sont parfois (lugubrement) banales, mais les Grecs et les Romains ont aussi su faire preuve d'une grande ingéniosité. Phalaris, tyran de Sicile, fait rôtir ses victimes dans un taureau de bronze qui transforme les hurlements des malheureux en mugissements désespérés; le Romain Védius Pollion se sert de ses esclaves maladroits comme d'un pâture pour son vivier de murènes. Quant aux coupables d'adultère, punis à l'aide d'un raifort, d'un poisson ou bien exhibés sur un âne, ils pâtissent de l'imagination des Anciens. Les châtiments divins sont plus extraordinaires encore: Marsyas est écorché vif par Apollon et Érysichthon, frappé d'une faim insatiable, en est réduit à dévorer ses propres membres.
C'est en une visite guidée de ce petit musée des horreurs que consiste ce livre, à travers plus d'une centaine de textes en traduction, sans négliger cependant d'explorer, derrière d'effrayantes anecdotes, les ressorts profonds qui expliquent la violence de la répression: en somme, pourquoi sévir ?
Guillaume Flamerie de Lachapelleest maître de conférences de langue et littératures latines à l'Université de Bordeaux 3. Il est l'auteur d'une traduction des Sentences du mimographe Publilius Syrus (Paris, 2011) et d'une monographie intitulée Clementia. Recherches sur l'idée de clémence à Rome, du début du Ier siècle a.C. à la mort d'Auguste (Bordeaux, 2011).
 
********
 
Bête de cirque
de Thiphaine Samoyault - Editions Seuil
158 pages - 16 euros - ISBN 978-2-02-109926-6
 
De la bête de cirque, elle offre le spectacle et elle ressent la honte qui est au fond des yeux : spectacle de ses engagements frénétiques, de son agitation vaine et de ses expériences ratées qui font d’elle un objet de suspicion, de curiosité ou de rejet ; honte d’appartenir à une génération qui n’est entrée dans l’histoire que par effraction, sans jamais parvenir à trouver sa place.
Le récit commence en 1995 dans Sarajevo assiégée. En décembre 2010, après quinze ans d’absence, la narratrice revient pour la première fois dans la capitale bosniaque. Ce retour est l’occasion pour elle de réfléchir aux raisons de son implication dans cette guerre, à celles de son absence, à ses élans et ses retraits.
Dans ce livre lucide et poignant, l’auteur trace obstinément la vérité, à la fois intime et politique, de l’expérience de l’engagement.
 
********
 
"Je suis sincère avec moi-même" et autres lieux communs
de Jacques Ellul - Editions Folio
96 pages - 2 euros - ISBN 978-207-045059-6
 
Gustave Flaubert (dans son Dictionnaire des idées reçues) et Léon Bloy (dans son Exégèse des lieux communs) ont mis à nu les soubassements des clichés mentaux de la société bourgeoise de leur époque. Les temps ont changé, les idées reçues aussi. Mais celles-ci restent aussi vivaces que par le passé. Ellul recense des formulations toutes faites, auxquelles on a plus tendance à prêter attention tant elles sont passées dans le langage usuel, alors qu'elles justifieraient notre examen critique.
Et si la voie de la sagesse commençait par la remise en question des idées reçues ? Une invitation tonique à cultiver sa liberté d'esprit. Ces textes sont extraits d’ "Exégèse des nouveaux lieux communs" (1966), collection La Petite Vermillon, Editions La Table Ronde, 1996).
 
Jacques Ellul était professeur d’histoire et de sociologie des institutions à l’université de Bordeaux. Auteur de plusieurs ouvrages dont, en « Quadrige », Islam et judéo- christianisme
 
et, chez le même éditeur
 
Saint Louis
de Louis Le Goff
1280 pages - ISBN 978-2-07-041830-5
 
Ce Saint Louis de Jacques Le Goff, c'est la rencontre d'une des figures de proue du mouvement des Annales, traditionnellement hostile au culte de la biographie, avec la plus haute figure de l'histoire nationale, le personnage quasi mythologique du roi très chrétien, et même le seul canonisé des «trente rois qui ont fait la France».Et pour faire bonne mesure, cette étude approfondie ne se veut - c'est ce qui fait sa puissante originalité - ni la «France de Saint Louis» ni «Saint Louis dans son temps», mais bien la recherche, modeste et ambitieuse, tenace et constamment recommencée, de l'homme, de l'individu, de son «moi», dans son mystère et sa complexité.Qui fut Saint Louis ? Peut-on le connaître et, Joinville aidant, entrer dans son intimité ? Peut-on le saisir à travers toutes les couches et les formations de mémoires attachées à construire sa statue et son modèle ? Problème d'autant plus difficile que, la légende rejoignant pour une fois la réalité, l'enfant roi de douze ans semble avoir été dès le départ programmé, si l'on ose dire, pour être ce roi idéal et unique que l'histoire en a fait.Cette somme tient ainsi le pari de fondre dans la même unité savante et passionnée le récit de la vie du roi et l'interrogation qui, pour l'historien, le double, l'habite et l'autorise : comment raconter cette vie, comment parler de Saint Louis, à ce point absorbé par son image qu'affleure la question provocatrice, «Saint Louis a-t-il existé ?».
 
Jacques Le Goff, né en 1924, est le principal héritier et continuateur de l'École des Annales. Il a été directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. Nicolas Truong, né en 1967 à Paris, est journaliste au Monde de l'éducation, conseiller de la rédaction de Philosophie magazine, Fondateur de la revue Lettre (19989-1993) et responsable du Théâtre des idées au festival d'Avignon depuis 2004.
 
 
********
 
Des hommes de tête
de Richard Birckfeld et Göran Hachmeister, traduit (allemand) par Georges Strum
Editions du Masque
400 pages - 22 euros - ISBN 978-2-7024-3830-5
 
Hanovre, avril 1926. C'est la première course pour le Championnat motocycliste d'Allemagne. Deux des pilotes, Falk von Dronte et Arno Lamprecht, veulent profiter de l'enthousiasme des masses pour le nouvel âge de la technique. Ils sont rivaux depuis quelques années. Chacun a ses raisons d'effacer son passé munichois. Alors que Lamprecht essaie d'oublier le cadavre sans tête de sa femme en s'adonnant à la vitesse, à l'alcool et au jeu, il se retrouve dans le collimateur de la police criminelle qui recherche un meurtrier en série.
En novembre 1923, date à laquelle la femme de Lamprecht a été assassinée, von Dronte a exécuté un traître sur l'ordre de son ancien colonel. Il a enterré son cadavre dans une forêt des environs de Munich. Quand la dépouille est retrouvée suite à une dénonciation, à lui de répondre aux questions de l'ancien commanditaire devenu très nerveux : qui a guidé la police vers la fosse de la forêt ? Et qu'est devenue la tête de cet inconnu ?
 
Richard Birkefeld (né en 1951) et Göran Hachmeister (né en 1959) écrivent à quatre mains. Tous les deux historiens, leur domaine de recherche couvre l'histoire culturelle et sociale de la première moitié du XXème siècle. Ils ont publié de nombreux livres et essais  d’histoire.
 
********
 
Une belle saloperie
de Robert Littell, traduit (anglais) par Cécile Arnaud - Editions Robert Laffont
320 pages - 21 euros - ISBN 978-2-917559)27-7
 
Lemuel Gunn, ancien agent de la CIA, s’en est fait virer alors qu’il était en poste en Afghanistan. Installé dans un mobile home dans le Nouveau-Mexique, il est devenu détective privé.En plein marasme financier et sentimental, il n’est pas insensible aux charmes d’une certaine Ornella Neppi qui vient frapper à sa porte, le chargeant de retrouver Emilio Gava, un individu arrêté pour une affaire de drogue, puis libéré sous caution dans l’attente de son procès.
Car Gava semble s’être évanoui dans la nature, et l’oncle d’Ornella, garant de caution judiciaire, risque d’y perdre 125 000 dollars.Gunn se lance sur sa piste mais sa mission va se compliquer singulièrement… Robert Littell signe un livre à la tonalité douce-amère, comme un hommage à Chandler.
 
Issu d’une famille juive de Vilnius immigrée aux États-Unis, Robert Littell est né en 1935 à New York. Maître du roman d'espionnage à l'américaine, il est l'auteur d'un grand nombre de best-sellers, dont La Compagnie et L’Hirondelle avant l'orage
 
********
 
La police technique et scientifique
dirigé par Frédérique Neau-Dufour - Editions Nane
48 pages – 9 euros - ISBN 978-2-84368-088-5
 
De Sherlock Holmes à Dexter, les grands spécialistes du crime fascinent. Longtemps, l'aveu a constitué la preuve absolue, mais c'est aujourd'hui la science qui guide les enquêteurs. De la scène de crime, où sont traquées et prélevées des traces, jusqu'au laboratoire de criminalistique, techniciens et scientifiques de la police ou de la gendarmerie font parler les indices qui désigneront le coupable.
A partir de faits divers racontés en bande dessinée, ce livre invite à la découverte des différentes techniques d'investigation comme l'analyse des empreintes digitales ou de l'ADN, l'étude des taches de sang, l'identification de l'odeur humaine, la comparaison des écritures... Suspense garanti !
 
 
********
 
L'abandon du mâle en milieu hostile
d'Erwan Lahrer - Editions Plon
236 pages - 19 euros - ISBN 978-2-259-22022-4
 
Dans la France des années 80 en pleine mutation politique et sociétale, un jeune homme sage découvre le visage secret – et dangereux – de la femme qu’il aime. Un roman tout en ambiguïté psychologique qui est aussi le tableau d’une époque.
 
Après avoir travaillé dans l'industrie musicale, Erwan Larher décide de se consacrer à sa vocation d'écrivain. Auteur de deux premiers romans remarqués, Autogenèse et Qu'avez-vous fait de moi ?, il est également parolier et  dramaturge.
 
********
 
 
Caroline Chérie 1789-1794
de Jacques Laurent (Cecil Saint Laurent) - Editions l'Archipel
592 pages - 17,50 euros - ISBN 978-2-8098 - 041-7
 
Qui ne se souvient de la lumineuse Martine Carol ?
 
14 juillet 1789. Au cours d'une balade au bois de Vincennes, Gaston de Salanches entreprend l'éducation sentimentale de Caroline de Bièvre. Des rumeurs menaçantes, venues de Paris, parviennent jusqu'aux oreilles des promeneurs. Bientôt, la vie de femme de Caroline se trouve inexorablement mêlée à l'amour et à la politique. Le destin la guidera à Quimper, en passant par Londres, Quiberon et Cayenne.
Dans son périple, notre héroïne sera tour à tour poursuivie par la convoitise des séducteurs et par la persécution des sectaires... Pour conserver intacts son honneur et sa vie, son ardent tempérament la poussera toujours à sacrifier un peu de vertu... pour le plus grand bonheur du lecteur.
 
 
et du même auteur, chez le même éditeur
 
Caroline Chérie 1794 - 1800
604 pages - 17,50 euros - ISBN 978-2-8098-1049-3
 
Trahie par ses proches, promise à l'échafaud, Caroline s'est enfuie à cheval de la clinique Belhomme. Et c'est déguisée en garçon qu'elle embarque clandestinement, à Brest, à bord de La Pomone. À la merci des fortunes de mer, en proie aux brimades et aux désirs louches des matelots, la jeune femme s'éloigne ainsi de Gaston de Salanches, qui la croit morte... Mais le bateau fait route vers La Nouvelle-Orléans et lui épargne un sort sanglant : celui que le Tribunal révolutionnaire réserve aux fils et filles d'émigrés.
Comment la jeune femme se douterait-elle que même son bien-aimé s'est enrôlé dans l'armée républicaine ? Sa chance viendra-t-elle d'un navire anglais ? Jamais Caroline ne s'est sentie aussi seule - ni plus sûre que, pour aimer un homme, les autres n'en sont pas moins plaisants... Passant par Londres et la Guyane, le souffle de l'aventure conduira l'intrépide et frivole Tourangelle jusque dans les appartements du consul Bonaparte...
Dans la veine de Dumas et de Kathleen Winsor, une fresque historique et libertine devenue un classique, incarnée au cinéma par Martine Carol, la Marilyn française
 
Jacques Laurent (1919-2000) : Romancier des Corps tranquilles et des Bêtises (Prix Goncourt 1971), pamphlétaire (Mauriac sous de Gaulle) et mémorialiste (Histoire égoïste), elle usa de nombreux pseudonymes. Le plus célèbre, Cecil Saint - Laurent, connut la gloire lorsqu'en 1948, dans la grisaille de l'après-guerre, apparut Caroline chérie
 
********
 
Les Editions Casterman nous adressent trois bandes dessinées pour adulte :
 
Virginia. Tome 1 : Morphée
de Séverine Gauthier et Benoît Blary
56 pages - 14,96 euros - ISBN 978-2-203-047080-8
 
Louisiane, février 1863, en pleine Guerre de Sécession. Doyle, un déserteur de l’armée sudiste, arrive dans la petite ville de Lake Providence, tenue par les troupes de l’Union. Alcoolique et morphinomane, l’homme cherche également à échapper à ses propres souvenirs : ancien tireur d’élite, il a dû assassiner de sang froid une enfant lors d’une mission, et depuis se sent hanté par le fantôme de la petite fille.
Lors d’une crise particulièrement violente, halluciné, il abat quatre soldats… Dans sa fuite, Doyle rejoindra malgré lui une communauté d’esclaves en fuite, ayant trouvé refuge dans les bayous de Louisiane.
 
Née en 1977, maître de conférences à l’université, Séverine Gauthier s’est spécialisée dans l’étude des tribus amérindiennes. Elle est l’auteure de plusieurs albums jeunesse parus chez Delcourt et de la série Washita chez Dargaud. Benoît Blary est un jeune dessinateur en début de parcours. Il a notamment signé 20 ans de guerre aux éditions du Lombard et participé au collectif Vies tranchées - Les soldats fous de la Grande guerre paru chez Delcourt.
 
Les Cosaques d'Hitler : Macha
d"Olivier Neuray et Valérie Lemaire
48 pages - 12,95 euros - ISBN 978-2-203-06136-1
 
En 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale prend fin, deux jeunes officiers de l’armée britannique, très proches l’un de l’autre, sont affectés en Autriche, dans un camp de prisonniers de la Wehrmacht. Mais sur place, surprise, ils découvrent que les prisonniers… sont des Russes. Plus précisément des Cosaques, que les persécutions subies par leur peuple depuis l’instauration de l’U.R.S.S. ont poussés dans les bras d’Hitler. L’un des deux officiers, Nicolas McDonald, après avoir d’abord été choqué par le choix de ces hommes qu’il considère comme des traitres à leur pays, finit par tomber sous le charme ravageur de la petite-fille d’un général cosaque, la belle Macha… Olivier Neuray et Valérie Lemaire s’appuient sur un fait historique peu connu de la Seconde Guerre mondiale – la défection au profit de l’Allemagne nazie d’une partie des troupes cosaques et russes, irréductibles ennemis de Staline et du système soviétique –, pour inaugurer une nouvelle série romanesque sur fond d’Histoire contemporaine. Action, émotion, personnages accrocheurs, un cocktail d’une grande efficacité.
 
Après avoir fait des études de droit en Belgique, Valérie Lemaire y entame une carrière d’avocate. Elle s’expatrie et s’installe à Moscou, Bakou et Addis-Abeba. De retour à Bruxelles, elle devient attachée parlementaire et parallèlement écrit son premier scénario de bandes dessinées, Les Quasi, paru chez Glénat avec Olivier Neuray au dessin. Nourrie de ses voyages et de liens profonds qu’elle a tissés, elle décide de mettre en scène le destin tragique des Cosaques d’Hitler.
Né en 1962, Olivier Neuray est l’auteur des séries Nuit blanche (scénario Yann, éditions Glénat), Makabi (scénario Luc Brunschwig, éditions Dupuis puis Bamboo) et de l’album Les Quasi (avec VaL, Glénat). Les Cosaques d’Hitler est sa première contribution au catalogue Casterman. Il vit en Belgique.
 
Rimbaud l'indésirable
de Xavier Coste
120 pages - 22,50 euros - ISBN 978-2-203-06646-5
 
« Comme moral et comme talent, ce Rimbaud est une monstruosité. Il a la mécanique des vers comme personne, seulement ses oeuvres sont absolument inintelligibles et repoussantes. » Voici comment Arthur Rimbaud est décrit dans un rapport policier de 1873. Arthur Rimbaud est ancré dans l’imaginaire collectif, mais son histoire réelle est méconnue du grand public. Il n’a jamais connu le succès, ses poèmes ne lui ont jamais rapporté le moindre sou, et il est pourtant aujourd’hui l’un des poètes les plus connus et reconnus dans le monde. Cette bande dessinée de 120 pages prend le parti de raconter les deux vies de Rimbaud : le jeune poète arriviste, en mal de reconnaissance, qui vit une liaison sulfureuse et destructrice avec Paul Verlaine, et le trentenaire fatigué d’écrire et de vivre, qui se tue à la tâche en Afrique.
J’ai souhaité dépeindre le poète tel qu’il était décrit par ses proches : tour à tour manipulateur, sans-gêne, parfois carrément grossier. Bien loin de l’image trop lisse et réductrice du jeune poète romantique... Romantique, celui qui poussa Verlaine à bout, jusqu’à ce que ce dernier craque et tire deux balles dans sa direction ?
 
Né en 1989 en Normandie, diplômé d'une école d'arts graphiques à Paris, Xavier Coste partage son temps entre la bande dessinée et la peinture. Il publie en 2012 son premier album, Egon Schiele, vivre et mourir, dans la foulée duquel il s’attaque au mythe Rimbaud
 
et, un livre pour les jeunes à partir de 12 ans
 
Les derniers jeux de Pompéi
d'Anne Pouget
384 pages - 7,50 euros - ISBN 978-2-07504-7
 
Le jeune Lucius mène une vie heureuse dans la paisible ville de Pompéi, entre son travail à la foulonnerie et les innombrables bêtises de Beryllus, son grand frère un peu simplet. Et puis il y a Alba, la belle Alba dont la douceur ensoleille son quotidien...
A l'approche des jeux du cirque, la cité est en effervescence. Toute cette agitation semble d'ailleurs monter à la tête de Beryllus: le Dieu des Enfers lui aurait prédit que Pompéi serait bientôt détruite par le Vésuve! Son récit fait rire la ville entière: que pourrait-on craindre de cette belle montagne qui surplombe la ville?

Anne Pouget est historienne, spécialiste du Moyen Age. Depuis son premier titre, "Le fabuleux voyage de Benjamin", qui a reçu le Prix du roman pour enfant en 1994, elle continue de publier des livres tant pour la jeunesse que pour les adultes et anime des ateliers de recherche et d'écriture dans les écoles.
 
********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2014

Retour au site sefarad.org -