Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Merci Feryane (12 octobre 2013)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les Editions Feryane ont deux caractéristiques particulières : elles ne publient que de bons livres et ceux-ci sont édités en grands caractères.
Contrairement aux autres éditeurs qui impriment en police de caractère 10 le plus souvent (parfois, mais rarement en 12), Feryane nous offre une police 16. Plus visible, plus agréable. Et parfois 18, voire 20 !  Vous voyez la différence ?
Voici quelques livres que ce sympathique éditeur nous envoie.
 
"Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.

Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit.
Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit là."

C'est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie.
Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.
 
"Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.

Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit.
Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit là."

C'est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie. 
Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.
 
Sauve-toi, la vie t'appelle
de Boris Cyrulnik
376 pages - 24 euros - ISBN 978-2-36360-136-6
 
*********
 
« Eté 1960. Françoise Giroud vient de subir le plus grand échec de son existence : sa mort. De nombreux verrous bloquant la porte de sa chambre, une dose plus que létale de poison avalée, le téléphone débranché, elle avait tout prévu... sauf que deux solides gaillards iraient jusqu'à défoncer une cloison pour l'arracher à un coma déjà profond. Il lui faudra vivre. Plaquée par Jean-Jacques Servan-Schreiber, sa passion, et virée de L'Express, ce journal de combat qu'ils avaient fondé ensemble, en brave petit soldat, elle repart pour la guerre avec la seule arme dont elle dispose : sa machine à écrire ».
Alix de Saint-André. Après sa tentative de suicide, Françoise Giroud écrivit Histoire d'une femme libre, récit autobiographique, dont Alix de Saint-André a retrouvé le manuscrit qu'on croyait détruit. On y retrouve la voix d'une femme d'exception, complexe, lucide, et formidablement courageuse. Au milieu d'une vie tourmentée, elle dresse à la point sèche le portrait des mondes et des hommes qu'elle a croisés.
 
Née le 21 septembre 1916, Françoise Giroud fut secrétaire, script-girl, scénariste et assistant-réalisateur avant de devenir journaliste et de fonder L'Express avec Jean-Jacques Servan-Schreiber en 1953. Après avoir été secrétaire d'État, chargée de la Condition féminine puis de la Culture, elle écrivit une trentaine de livres sans cesser de donner des chroniques aux journaux, jusqu'à sa mort, le 19 janvier  2003.
 
Histoire d'une femme libre
de Françoise Giroud
318 pages - 20 euros - ISBN 978-2-36360-179-7
 
*********
 
1937. Le régime soviétique pille, vend et détruit les trésors de l'Eglise russe. Il ferme plus de mille monastères. Des centaines de milliers de prêtres et de moines sont exécutés. Les plus chanceux s'échappent, vivant cachés dans les forêts.
Voici l'histoire de Nikodime, qui, avec l'aide d'une poignée de moines-vagabonds, tente de sauver les plus beaux trésors de l'art sacré orthodoxe. Où l'on rencontrera un ancien trapéziste, un novice de vingt ans et quelques autres fous de Dieu. De l'avant-guerre à nos jours, de la Russie bolchévique à la Moscou des milliardaires et des galeries d'art, l'étourdissante histoire de quelques hommes de courage.
Et puis, bien sûr, il y a Irina. Elle fuit l'Enfer, traverse l'Europe, arrive à Paris, change d'identité... Elle est au coeur de cette lumineuse histoire de résistance et de rédemption.
 
Né à Ankara, Metin Arditi vit à Genève. Ingénieur en génie atomique, il a enseigné à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Chez Actes Sud, il est l’auteur de Dernière lettre à Théo (2005), La Pension Marguerite (2006 et Babel n° 823), L’Imprévisible (2006 et Babel n° 910), Victoria-Hall (Babel n° 726) et La Fille des Louganis (2007 et Babel n° 967)..
 
La Confrérie des moines volants
de Métin Arditi
364 pages - 21 euros - ISBN 978-2-36360-174-2
 
*********
 
Comment fait-on à 18, 30, 40 ou 50 ans, pour changer le cours de sa vie insatisfaisante, et conquérir l’apaisement, peut-être même le bonheur et l’amour ? Ainsi pourrait-on résumer, de façon simple mais juste, le foisonnant et lumineux roman de Pascal Morin. Avec grande maîtrise, l’auteur nous entraîne dans une "ronde" d’une petite dizaine de personnages, d’âges et de conditions sociales et raciales différentes, tous saisis à un moment de questionnement et de basculement vers un avenir meilleur.
Voici tout d’abord Catherine Tournant, professeur de français à Aulnay-sous-Bois, à la cinquantaine solitaire, élégante et cultivée, enfermée dans sa routine. Une femme plutôt perfectionniste mais chaleureuse avec ses élèves souvent médiocres, à l’avenir déjà socialement bouché, à l’image de cette Natacha Jackowska, dont la mère, obèse et au RSA, vient de mourir. Lors de travaux dans son appartement, entre ensuite en scène un jeune plombier d’origine africaine, Dimitri Diop, que sa copine vient de larguer par sms, puis son père, Robert, veuf très séduisant.
Mais aussi Jérémie Lesdiguières, 38 ans, couturier branché et homosexuel, Eve-Marie Saada, psychanalyste fragilisée par la quarantaine. De scène en scène, ils viennent sur le plateau s’interroger sur eux-mêmes et le monde qui les entoure, et surtout se rencontrer, au-delà de tout ce qui pourrait les séparer. Catherine, par exemple, pourra-t-elle dépasser ses préjugés, en dépit de son antiracisme d’intellectuelle de gauche, pour tomber amoureuse de Robert, si attirant mais noir de peau ? Pascal Morin nous prend par la main dans ce conte moral d’un bel optimiste.
Renversant les clichés (la prof de banlieue, le jeune black, la lycéenne paumée, etc.), il donne vie à des personnages profonds, chaleureux et convaincants, dans une langue agréable et fluide. C’est aussi, au-delà du plaisir de lecture que l’on prend à cet entremêlement de destins, un très beau roman sur Paris et les Parisiens, tous déracinés, exilés de province ou du Sénégal, sur la solitude contemporaine mais aussi la liberté que donne l’absence d’attaches, sur la différence et sa séduction, les rencontres qui nous construisent et nous amènent à devenir autres.
Avec ce cinquième roman, Pascal Morin atteint une maturité… séduisante
 
en 1969 à Nyons (Drôme), Pascal Morin est professeur de lettres en classes préparatoires et professeur de cinéma et de littérature contemporaine à la New York University, à Paris. Ses quatre romans précédents, tous publiés dans la brune, ont imposé sa voix : L’Eau du bain (2004, Babel 2005, Prix Lettres frontière), Les Amants américains (2005, Babel 2006), Bon vent (2006, 2009 en Babel) et Biographie de Pavel Munch (2009).
 
Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales)
de Pascal Morin
288 pages - 19 euros - ISBN 978-2-36360-194-0
 
*********
 
En 1936, prise dans une cruelle guerre fratricide, l'Espagne agonise. Virgile, journaliste bordelais, est envoyé sur le front pour couvrir les événements. A Madrid, il rencontre Ines, issue de la haute société et pourtant partisane des républicains. Très attiré par elle, il fuit cet amour qui le culpabilise et se rend à Tolède où il est témoin de la barbarie des "Maures", ces troupes marocaines enrôlées par les franquistes.
Enfermé dans l'Alcazar sans cesse pilonné, il vit l'enfer des prisonniers. La conscience en éveil, le coeur tiraillé entre sa passion grandissante pour Ines et son attachement pour son épouse Sarah, Virgile est à l'heure des choix. Ce roman dense et prenant dans une Espagne dévastée, tenaillée entre haine et espoir d'une vie nouvelle, nous tient en haleine jusqu'à la résolution finale
 
Aorès une carrière enrichissante de directrice d'un organisme de formation, Marie-Claude Gay est aujourd'hui l'auteur de nombreux romans à succès. Alliant vivacité de plume et style bien trempé, elle sait habilement mêler les destins de ses personnages à la grande Histoire.
 
La passion Inès
de Marie-Claude Gay
526 pages - 23 euros - ISBN 978-2-36360-132-2
 
*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -