Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour bien terminer 2013 (par Gisèle) 9 décembre 2013

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 
L’inquiétante étrangeté dans le judaïsme
Collectif d’auteurs, sous la direction de Shmuel Trigano - Éditions In Press
284 pages – 23 euros – ISBN 978-2-84835-269-5
 
La notion d’« inquiétante étrangeté » s’inscrit dans la logique de la psychanalyse freudienne. L’ambition de cette livraison de Pardès est d’aborder le judaïsme et la condition juive à travers ce prisme. On découvre alors qu’une notion biblique centrale, celle de « l’étranger résident », se prête à une discussion entre ces deux concepts. Certains traducteurs ne traduisent-ils pas, par souci de précision, la notion freudienne « unheimlich » sous le terme de l’« étrange familier » ? Errance, appartenance, autant de notions qui sont analysées ici. Après avoir fait retentir la problématique freudienne dans le judaïsme, notre dossier s’attarde sur les thèmes bibliques proches : la catégorie d’étranger résident, celle du « travail étranger », le terme qui désigne l’idolâtrie, l’étrangeté promise avec la doctrine de la fin du monde…
 
Shmuel Trigano, professeur de sociologie à l'Université de Parix-X-Nanterre, est directeur-fondateur du Collège des Etudes Juives de l'Alliance Israélite Universelle.
 
********
 
Chagall et les lettres de son nom
De Lydie Pearl – Pressses Universitaires de Bordeaux
120 pages – 19 euros – ISBN 978-2867817946
 
Lydie Pearl aborde dans son nouveau livre le rôle de la lettre et de la figure dans l'oeuvre de Marc Chagall. Chagall s'est fait un nom de peintre en Occident, à tel point qu'il a été intégré dans le panthéon de la tradition du Tableau. Cependant, quelle est la part de sa culture juive, dite de "la Lettre", dans l'invention de son style ?
 
Lydie Pearl est plasticienne membre du centre de recherche CLARE/ARTES, chercheur à l'Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3 et l'auteur d'ouvrages traitant de la mise en scène du corps dans l'art contemporain.
 
 
*********
 
Le nazi et le psychiatre. A la recherche des origines du mal absolu
De Jack El-Hai, traduit (anglais) par Daniel Roche – Editions Les Arènes
380 pages - 20 euros - ISBN 978-2352042815
 
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les hauts responsables nazis sont jugés à Nuremberg. Les Alliés veulent un procès exemplaire. Avant de passer en jugement, chaque prévenu doit être préalablement déclaré sain d'esprit et responsable de ses actes.
Douglas Kelley, un jeune psychiatre américain, a carte blanche pour étudier le profil psychologique d’Hermann Göring et d'autres chefs nazis. Il leur fait passer une batterie de tests et s'entretient avec eux pendant des heures. Göring le fascine, au point qu'il poussera son étude au-delà de sa mission initiale. En voulant s'approcher trop près de la bête sa vie bascule.
Rentré aux États-Unis avant la fin du procès, il emporte avec lui toutes ses notes et ses études sur les chefs nazis. Hanté par son expérience, il se suicide douze ans plus tard en avalant une capsule de cyanure... comme Göring la veille de son exécution.
 
Historien et journaliste américain, Jack El-Hai a écrit de nombreux ouvrages sur l'histoire de la science et la médecine. Il habite Minneapolis.
 
*********
 
L’Appel du Coucou
De Robert Galbraight, traduit (anglais) par François Rosso – Editions Grasset
576 pages – 21,50 euros - ISBN 978-2246809043
 
Une nuit d’hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu au jour où l’avocat John Briscow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike.
Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l’armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l’Internet, Strike est chargé d'enquêter sur la mort de Lula. De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manœuvres inspirées par la vengeance.
 
Avec son intrigue haletante et sa galerie de personnages plus vrais que nature, L’Appel du Coucou, premier volet des aventures du détective Strike, emprunte à la fois au classicisme d’un Chandler, d'une Agatha Christie ou d’une P.D. James. Un coup de maître.
 
 
Robert Galbraith est le pseudonyme de J.K. Rowling, auteur de la série Harry Potter et d’Une Place à prendre.
 
*********
 
De l’AFP à la télé, mes 7 vies sur les points chauds du globe
De Claude Brovelli – Editions l’Harmattan
274 pages – 28 euros – ISBN 978-2343010045
 
Par une suite de circonstances exceptionnelles, Claude Brovelli a été entraîné dans une succession d'"aventures" journalistiques. Témoin de faits historiques parmi les plus importants de ces 50 dernières années, il a rencontré des personnages exceptionnels, dangereux, fascinants, du Vietnam au Biafra, du Sénégal au Mali à l'époque de la décolonisation, puis dans l'Italie du terrorisme. Il a également été présentateur vedette des journaux télévisés de TF1 et d'Antenne 2 dans les années 70.
 
*********
 
La Porte des Enfers
De Laurent gaudé– Editions J’ai Lu
283 pages – 6,90 euros – ISBN 978-2290072288
 
Matteo vient de perdre son fils lors d'une fusillade à Naples. Nuit après nuit, au volant de son taxi vide, il s'enfonce dans la solitude et parcourt au hasard les rues de la ville. Un soir, dans un minuscule café, il fait la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé Mazerotti et, surtout, du professeur Provolone, personnage aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu'on peut y descendre...
 
Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé a reçu le prix Goncourt des lycéens en 2002 pour La mort du roi Tsongor et, en 2004, le prix Goncourt pour son roman Le soleil des Scorto. Son dernier roman, Pour seul cortège, est paru chez Actes Sud en 2012. Son œuvre est traduite dans le monde entier.
 
Et, chez le même éditeur
 
La Tour
De Uwe Telkamp, traduit (allemand) par Olivier Mannoni
Editeur : Grasset
976 pages – 25 euros - ISBN 978-2246739715
 
 
Dresde, 1982. Les habitants d'un quartier résidentiel cossu se sont depuis longtemps accommodés des conditions de vie. Pourtant, les membres de cette bourgeoisie est-allemande, véritable anachronisme en RDA, s'isolent parfois pour tourner le dos à la grisaille quotidienne.
A commencer par Meno, correcteur pour une maison d'édition, qui se doit de composer avec la censure ; mais aussi son beau-frère, chirurgien qui mène une double vie et qui, avec sa femme, aveugle et aimante, a élevé son fils. Celui-ci est un éternel incompris qui incarne pour l'Homme Nouveau dont le nom rayonnera un jour, dans le respect des plus belles valeurs – vie familiale harmonieuse, amour de la culture, pratique de la musique, travail acharné. Toutefois, cette peinture idyllique ne tarde pas à se lézarder et bientôt, c'est le pays tout entier qui tremble...
 
Uwe Tellkamp est né à Dresde en 1968. Il entreprend des études de médecine, qu’il doit suspendre un temps, car il est emprisonné pour avoir manifesté contre le régime. En 2004, il est lauréat du prix Ingeborg-Bachmann et décide de se consacrer à l’écriture. La Tour a été récompensée par le Prix du livre allemand 2009.
 
 
*********
 
Une splendide initiative des Editions du Cherche-Midi que cette réédition du Cycle d’Oz.
Contrairement aux idées reçues, L. Frank Baum ne s’est pas contenté de publier un seul ouvrage en 1900 mais entre cette date et 1909, dix titres furent édités et ce sympathique éditeur nous en offre, aujourd’hui, les deux premiers volumes contenant chacun deux histoires.
 
Chaque ouvrage est illustré par Stéphane Levallois, le premier bénéficiant d’une postface de Fabrice Colin
 
Le Magicien d’Oz, traduit (anglais) par Blandine Longre
Le merveilleux pays d’Oz, traduit (anglais) par Anne-Sylvie Homassel
Volume 1, 416 pages 18 euros – ISBN 978-2-7491-1605-1 
 
On connaît surtout le film de Victor Fleming, sorti en 1939, avec Judy Garland dans le rôle de Dorothy. Mais Le Magicien d’Oz est au départ un roman de l’écrivain américain L. Frank Baum, paru en 1900 et comptant de nombreuses adaptations, tant sur la scène qu’à l’écran. Après Le Magicien d’Oz, seul titre traduit en France jusqu’ici dans sa version intégrale, l’auteur a écrit treize autres volumes, qui constituent Le Cycle d’Oz mettant en scène différents personnages dans différentes contrées du merveilleux pays d’Oz. Le premier tome, préfacé par Fabrice Colin, un des meilleurs auteurs jeunesse actuels, illustré par Stéphane Levallois, comprend les deux premiers épisodes, Le Magicien d’Oz dans une toute nouvelle traduction, et Le merveilleux pays d’Oz. Les volumes suivants comprendront : Ozma d’Oz, Dorothy et le Magicien à Oz, La route vers Oz, La Cité d’Émeraude, La fille patch-work, Tik-Tok of Oz, L’épouvantail d’Oz, Rinkitink à Oz, La princesse perdue d’Oz, Le Bûcheron en fer-blanc, La Magie d’Oz, Glinda. Le Magicien d’Oz - Une petite fille du nom de Dorothy, qui habite le Kansas, est enlevée avec sa maison par une tornade et transportée dans un pays merveilleux du nom d’Oz. La maison tombe sur la tête de la méchante sorcière de l’est et la tue sur le coup, et Dorothy recupère ses souliers d’argent. Pour trouver un moyen de rentrer au Kansas, la gentille sorcière du nord lui conseille de demander au grand et puissant magicien d’Oz, qui habite dans la Cité d’Émeraude. En chemin, Dorothy rencontre un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau (mais seulement de la paille) et qui, comme il se doit, s’avère être en fait très malin, un bûcheron en fer blanc qui se plaint de ne pas avoir de cœur, et un lion qui se plaint de manquer de courage. Tous trois se rendent auprès du magicien pour demander ce qui leur manque. Ce dernier consent, à condition qu’ils éliminent la méchante sorcière de l’ouest. Le merveilleux pays d’Oz - Un jeune garçon nommé Tip, qui vit sous la garde d’une sorcière, fabrique un homme à tête de citrouille. Il anime un tréteau pour lui en faire un cheval. Tous deux vont chercher fortune à la Cité d’Émeraude. Ils y rencontrent l’Épouvantail, qui s’est fait renverser du pouvoir par un général. Ils vont au château du Bûcheron de fer blanc pour qu’il les aide à remettre l’Épouvantail sur le trône.
 
Rien ne prédisposait L. Frank Baum à devenir l’auteur de l’un des plus célèbres livres de la littérature pour jeunesse. Né en 1856, il se lança dans toutes sortes d’entreprises, souvent vouées à l’échec, avant de prendre la plume. Mort en 1919, Baum aura été un écrivain très prolifique. En plus du Cycle d’Oz, il a laissé 55 romans, 82 nouvelles et plus de 200 poèmes. Après le succès du Magicien d’Oz, il a participé à différentes adaptations théâtrales et a même créé une société de production cinématographique, la Oz Film Manufacturing Company, ce qui lui a permis de tourner quelques épisodes des aventures d’Oz.
 
 
Ozma du pays d’Oz, traduit (anglais) par Anne-Sylvie Homassel
Dorothy et le Magicien d’Oz, traduit (anglais) par Blandine Longre
Volume 2, 430 pages 18 euros – ISBN 978-2-7491-3380-5 
 
Livre 3 Ozma du Pays d'Oz (1907) Alors que Dorothy voyage vers l’Australie avec son oncle Henry, une tempête éclate et la fillette passe par-dessus bord avec une poule du nom de Billina. Elles s’échouent sur le rivage du Pays d'Ev, une terre féerique séparée du Pays d’Oz par un vaste désert, où elles rencontrent Tik-Tok, un homme mécanique. Au palais royal d’Evna, la fillette apprend que l’épouse et les enfants du défunt roi Evoldo sont prisonniers du roi des Nomes. La princesse Ozma du Pays d’Oz, accompagnée de l’Épouvantail (désormais roi d'Oz), du Bûcheron de Fer-Blanc et du Lion Peureux, rejoint Dorothy et ses amis sur un tapis magique et les emmène au royaume des Nomes dans le but de libérer la famille royale d’Ev. Là, ils affrontent Roquat, le roi des Nomes, qui a transformé la reine d’Ev et ses enfants en bibelots. Après maintes péripéties, la famille royale est secourue grâce à la poule Billina. Dorothy, Ozma et les autres parviennent à s’enfuir après avoir volé la ceinture magique du roi des Nomes et retournent à Evna, où le jeune Evardo est couronné. Puis tous regagnent la Cité d’Émeraude. Dorothy y séjourne quelques semaines avant d’être transportée en Australie, où l’attend son oncle Henry. Livre 4 Dorothy et le Magicien au Pays d’Oz (1908) De retour d’Australie, Dorothy se rend en Californie et fait la connaissance de son cousin, Zeb Hugson. En chemin, les deux enfants, le cheval Jim et le chaton Eureka sont engloutis par un tremblement de terre et atterrissent dans la contrée des Mangaboos, peuplée d’hommes-légumes. Ils y retrouvent le Magicien d’Oz, arrivé dans une montgolfière avec ses neuf minuscules porcelets. Chassés de ce territoire, Dorothy et ses amis entreprennent un périple souterrain qui les mène à la Vallée de Voe, dont les habitants sont invisibles, puis à la contrée de Naught, où vivent des Gargouilles de bois, qui les emprisonnent. Après s’être évadés, ils tentent de remonter à la surface de la terre, mais se retrouvent dans une grotte sans issue ; ce n’est que grâce à l’intervention d’Ozma qui se sert de la ceinture magique du roi des Nomes que Dorothy et ses amis sont transportés au Pays d’Oz. Le Magicien décide de rester en Oz, tandis que Dorothy, Zeb, Jim et Eureka repartent chez eux, encore une fois grâce à la ceinture magique.
 
*********
 
CD – Chants sépharades et mémoire gitane - ꜟ Ay Petenera !
Zalamansky Claire, Sebastian Maltane, violoncelle
Poèmes de Federico Garcia Lorca
 
Claire Zalamansky interprète une Espagne plurielle, où, il fut un temps, chrétiens, juifs et musu.slmans vivaient en bonne intelligence... jusqu’en 1492, date à laquelle les rois catholiques expulsèrent hors de leurs frontières les Juifs puis les Maures qui refusaient la conversion.
 
Née le 3 mai 1967 à Paris,  Claire Zalamansky rencontre à douze ans, Federico Garcia Lorca sous les traits d’Antonio Gadès dans Noces de Sang et c’est le  coup de foudre.
Cette culture la traverse de part en part. L’espagnol, elle le parle depuis toujours...
Plus tard, elle se met à chanter. Les chansons populaires espagnoles arrangées par Lorca bien sûr !
Au hasard d’une nouvelle rencontre, on lui transmet le cancionero judéo-espagnol et c’est à travers le “sépharland” qu’elle invite au voyage.
Mais à l’orient de la boussole se profilent d’autres découvertes...
Claire Zalamansky conjugue au présent l’éternelle histoire de l’exil et du métissage des cultures. On est immédiatement frappé par le senti de son expression et la beauté du timbre. Une voix naturelle qui s’inscrit dans la filiation de l’interprétation traditionnelle. Elle a commencé par des spectacles  acapelle et à domicile, selon le principe des veillées d’autrefois.
Aujourd'hui, accompagnée de musiciens solides et inspirés, elle élargit l’espace de la scène
 
**********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -