Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

2014 démarre en beauté par Gisèle (3 janvier 2014)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

Le journal d’Hélène Berr

Préface de Simone Veil – Avant-propos de Patrick Modiano

Éditions Tallandier –

155 pages – 19,90 euros – ISBN 978-2-84734-848-4

 

«J'ai porté la tête haute, et j'ai si bien regardé les gens en face qu'ils détournaient les yeux. Mais c'est dur. D'ailleurs, la majorité des gens ne regardent pas. Deux gosses dans la rue nous ont montrées du doigt en disant : «Hein ? T'as vu ? Juif.» Mais le reste s'est passé normalement. Je suis repartie pour la Sorbonne ; dans le métro, encore une femme du peuple m'a souri. Cela a fait jaillir les larmes à mes yeux, je ne sais pourquoi.»
«Pourquoi suis-je si inquiète ? Objectivement, il y a de quoi, parce que j'ai l'impression que nous sommes la dernière fournée, et que nous ne passerons pas entre les mailles du filet. Il ne reste plus beaucoup de juifs à Paris ; et comme ce sont les Allemands qui font les arrestations maintenant, il y a peu de chances d'y échapper, parce que nous ne serons pas prévenus.»
D'avril 1942 à février 1944, cette jeune fille française a tenu son journal au jour le jour. Un texte d'une qualité littéraire exceptionnelle, où se mêlent l'expérience quotidienne de l'insoutenable et le monde rêvé des lettres, où alternent à chaque instant l'espoir et le désespoir.
Ses derniers mots, le 15 février 1944, «Horror ! Horror ! Horror !», sont un pressentiment de l'inéluctable. Arrêtée le 8 mars 1944, elle est déportée à Auschwitz avec son père et sa mère. Elle survit presque jusqu'au bout à l'épreuve, succombant à l'épuisement à Bergen-Belsen en avril 1945, quelques semaines avant la libération du camp.

 

*********

 

Le songe d’Ariel

D’Alexandra Schwartzbrod – Éditions Gallimard

160 pages – 15 euros – ISBN 978-2-07-013456-4

 

Dans le désert, un ranch hors norme se dresse sur le sable. Des hommes armés veillent sur un mort vivant. Un homme qui incarnait autrefois la force armée et la puissance. L’ex-Premier ministre d’Israël, Ariel Meron. Il n’est plus qu’un corps sans chair. Son visage émacié disparaît sous la barbe et les cheveux longs. Les côtes saillent sous sa peau nue, blanche et fine telle une feuille de papyrus. Les médecins assurent que son cerveau est mort. Pourtant, un matin, il se réveille. Arrache ses perfusions. Se lève. Ariel serait-il le Messie ? Il en est convaincu. Il a été renvoyé du néant pour ramener la paix. La nouvelle se répand dans tout le pays. Et le miracle a lieu : sépharades, ashkénazes, Russes, Arabes, Ethiopiens, religieux, laïcs, pacifistes ou va-t-en-guerre, les Israéliens célèbrent tous le réveil du grand homme. Cette liesse sera de courte durée… Cette fable tout à la fois grave et légère, qui met en scène la diversité de la société israélienne, s’inspire librement du destin d’Ariel Sharon, plongé dans le coma depuis 2006.

 

Ecrivain et journaliste, Alexandra Schwartzbrod a été correspondante de Libération à Jérusalem. Elle est notamment l’auteur d’Adieu Jérusalem, Grand prix de Littérature Policière 2010 (Editions Stock) et de Balagan, prix SNCF du polar 2003 (Editions Stock).

 

 

*********

 

Un Dieu divisé ? Judaïsme, christianisme et islam sous la loupe

De Christophjer Catherwood – Traduction Odile Favre, Olivia Festal- Éditions Ourania

270 pages – 19,50 euros – ISBN 978-2-940335-36-7

 

On dit souvent que les fidèles des trois religions monothéistes - judaïsme, christianisme et islam - adorent le même Dieu : celui d'Abraham, leur père dans la foi. Pour vérifier la validité de cette affirmation, l'auteur expose les points d'accord et les particularités de chacune d'elles, mentionnant aussi les divers courants présents en leur sein. Il se concentre plus particulièrement sur l'islam et le christianisme, qui prétendent tous deux à l'universalité et à l'exclusivisme, et réfléchit à certaines questions que beaucoup se posent : S'agit-il vraiment du même Dieu ? N'y a-t-il réellement pas de différence entre les trois grands monothéismes ? L'auteur, historien, nous livre ici une approche extrêmement intéressante de cette question des plus actuelle. A lire par tous ceux qui s'interrogent et désirent mieux comprendre le monde d'aujourd'hui !

 

Diplômé d'histoire contemporaine, Christopher Catherwood est professeur à l'Institute of Continuing Education de l'Université de Cambridge et à l'Université d Richmond (Etats-Unis). Il est en outre l'auteur de plusieurs ouvrages parus en anglais sur le Moyen-Orient, dont celui-ci est le premier traduit en français.

 

*********

           

Le minimum humain – Réflexions juive et chrétienne sur les valeurs universelles et sur le lien social

De David Meyer – Jean-Marie de Bourqueney – Éditions Lessius

220 pages – 19,80 euros – ISBN 978-2-87299-192-1

 

Lorsque Noé sortit de l'arche, Dieu lui donna les préceptes qui allaient permettre à l'humanité de prendre un nouveau départ. Selon la tradition juive, tandis que la Loi confiée à Moïse vaut pour le seul peuple de l'alliance, les sept préceptes reçus par Noé contiennent le minimum humain indispensable à la constitution du lien social dans des sociétés multiculturelles. Comment la pensée chrétienne comprend-elle cette tension entre l'universel et le singulier ? N'a-t-elle pas succombé plus d'une fois à la séduction d'un universel centrifuge qui. de proche en proche, coloniserait tout l'espace ? Certes, l'Evangile est une " bonne nouvelle " plutôt qu'une Loi ; les Béatitudes suggèrent toutefois un art de vivre l'universel comme un don et comme une éthique de responsabilité. Le débat s'élargit finalement à l'islam et à l'humanisme laïque. Chacun des quatre partenaires présente sa manière propre de nouer des valeurs proposées comme universelles avec le message singulier qu'il désire faire entendre. Les points de rencontre ou d'écart ne sont pas toujours là où on pouvait les attendre.

 

David Meyer, rabbin, diplômé du Séminaire rabbinique Leo Baech (Londres), travaille comme enseignant et écrivain au rapprochement entre les trois grandes religions monothéistes. Jean-Marie de Bourqueney a suivi sa formation théologique à Paris et à Montpellier; il est pasteur à Bruxelles de l'Eglise protestante unie de Belgique. Paul Danblon, humaniste laïque et journaliste scientifique à la RTBF (Radio télévision belge) pendant quarante ans, a créé plusieurs émissions scientifiques et culturelles. Farid El Asri, musulman, est coordinateur du Centre interdisciplinaire d'études de l'islam dans le monde contemporain (CISMOC).

 

*********

 

L’Espagne des trois cultures – Chrétienne, juive et musulmane

De Jean-Marie Beuzelin – Éditions Atlantica

190 pages – 20 euros – ISBN 978-2-7588-0218-1

 

Pendant plusieurs siècles jusqu’à la conquête de Grenade en 1492 par les Rois Catholiques, l’Espagne a été le théâtre de l’intrication et de la confrontation des trois grandes religions issues du Livre : chrétienne, juive et musulmane.
Il en a résulté une pluralité unique en Europe, vectrice de conflits douloureux, mais aussi d’échanges fructueux. De nombreuses villes comme Cordoue ou Tolède, mais aussi de simples bourgades comme Besalú en Catalogne ou Uncastillo en Aragon, attestent au-delà des siècles de la présence et de la reconnaissance de ces trois cultures.
Prenant conscience de la richesse de ce patrimoine historique, culturel, archéologique, elles ont entrepris de le mettre en valeur, renouant ainsi les fils épars de l’Espagne médiévale.
C’est à ce voyage aux quatre points cardinaux d’un pays toujours aussi merveilleusement surprenant que vous convie cet ouvrage.

 

Ancien chroniqueur littéraire pour le Journal France Antilles, grand voyageur, Jean-Marie Beuzelin avoue une passion pour le monde hispanique en général et l'Espagne en particulier, pays auquel il a consacré plusieurs ouvrages et participé à de nombreux débats et conférences.
Il partage son activité d'auteur avec celle d'une spécialité médicale.

 

*********

 

La malédiction d’Azazel

De Youssef Ziedan - Traduit de l’arabe (Égypte) par Khaled Osman

Éditions Albin Michel

448 pages – 24 euros – ISBN 978-2-226-25432-0

 

Quel est ce mystérieux manuscrit découvert par des archéologues dans un coffret en bois, perdu au milieu des ruines, non loin d’Alep ? Quelles terribles vérités contenait-il pour avoir été ainsi abandonné à la garde des siècles ? Traduit de l’araméen, il apparaît comme l’autobiographie d’un moine-médecin venu de Haute-Egypte dans la première moitié du Vème siècle : Hiba.

En arrivant à Alexandrie, Hiba croyait que cette seconde Rome lui livrerait les lumières de la foi chrétienne et des sciences grecques. Mais, à l’heure où triomphe le christianisme jadis persécuté, il assiste aux ravages du fanatisme religieux. Du lynchage de la philosophe platonicienne Hypatie à la destruction des trésors culturels païens, des complots contre les « hérétiques » à la mainmise de l’Empire sur l’Eglise, Azazel, le démon de la haine et de la division semble s’être emparé du monde. Et de l’âme d’Hiba, assailli par le doute depuis qu’il a rencontré la belle païenne Octavie…

Sur fond de conflits théologiques et de luttes fratricides, le roman de l’Egyptien Youssef Ziedan, Grand Prix international du roman arabe, mêle mystique, violence et sensualité dans une fresque vertigineuse des premiers temps de la Chrétienté.

 

Youssef Ziedan, universitaire et écrivain égyptien, est directeur du Département des manuscrits à la Bibliothèque d'Alexandrie. Il a publié une cinquantaine de livres, dont des ouvrages savants qui lui ont valu une reconnaissance internationale en matière d'histoire de l'islam et du soufisme, et trois romans dont le deuxième, La malédiction d'Azazel, a été un énorme succès public.

Youssef Ziedan est aussi un éditorialiste et un intellectuel engagé dans la révolution égyptienne. En 2013, le gouvernement alors dirigé par les Frères musulmans lui a fait un procès pour insulte à la religion.

 

*********

 

Quatre murs

De Kéthévane Davrichewy – Editions Sabine Wespieser

192 pages – 18 euros – ISBN 978-2-848-05159-8

 

La maison familiale est trop vaste pour une femme seule. En ce jour de déménagement, les quatre enfants, devenus adultes, s’y retrouvent pour la dernière fois. Leur père est mort. Dans les pièces vides qui résonnent, les propos en apparence anodins se chargent de sous-entendus. Ces quatre-là se connaissent trop pour donner le change, d’autant que leur mère, profitant qu’ils soient pour une fois ensemble sans enfants ni conjoints, soulève la question de l’héritage.
Deux ans plus tard, rien n’est résolu : les frères et sœurs ne se parlent plus guère, et surtout pas de leur passé. Sur l’insistance de leur mère, ils ont pourtant accepté de se retrouver en Grèce, le pays de leur origine, dans la maison où l'aîné vient de s'installer.
Ce voyage est, pour chacun d’entre eux, l’occasion de revenir sur l’ambivalence de leurs relations. Comment en sont-ils arrivés là, eux qui étaient tout les uns pour les autres ?
Excellant à pointer la dissonance dans les voix de ses quatre protagonistes, qui chacun livre sa version des faits, Kéthévane Davrichewy, comme si elle assemblait les pièces d’un puzzle, révèle petit à petit les motifs d’un drame familial, et propose une belle variation sur la perte de l’innocence.

 

Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965 dans une famille géorgienne. Son enfance est marquée par les souvenirs et l’expérience de l’exil qu’ont vécue ses grands-parents. Après des études de lettres modernes, de cinéma et de théâtre, elle a travaillé pour différents magazines et a commencé à collecter des contes géorgiens pour l’École des loisirs, où elle a publié depuis lors de nombreux ouvrages pour la jeunesse. Elle écrit aussi des scénarios de films. Après un premier roman, Tout ira bien, paru en 2004 aux éditions Arléa, elle puise dans la mémoire familiale la matière de La Mer Noire, publié en 2010 chez Sabine Wespieser éditeur, roman qui a remporté plusieurs prix et été traduit en allemand, géorgien, italien, néerlandais et suédois. Les Séparées a paru en janvier 2012, toujours chez Sabine Wespieser éditeur. Ce troisième roman, salué par la presse et déjà un succès en librairie, a figuré dans la sélection des prix RTL/Lire, France Culture/Télérama et L'Express.

 

*********

 

Tout se mérite - B.D.

Voutch – Éditions Le Cherche Midi

Collection « La bibliothèque du dessinateur »

64 pages – 25 euros – ISBN 978-2-7491-3160-3

 

La vie à deux, la famille, le boulot, les amis, (et même les voisins!), tout se mérite et on n’a rien sans rien. Et comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, à nous donc les petits arrangements, les douloureuses négociations, les renoncements, les concessions et les marchandages sans fin. Le bonheur a un prix. C'est navrant mais c'est comme ça. Et comme c'est navrant, Voutch, en bon humoriste, s'en amuse beaucoup.

 

Né le 12 février 1958 à Paris, Voutch passe son enfance et son adolescence dans les Vosges. C'est durant cette période qu'il découvrira dans la bibliothèque de ses parents Les Chefs-D'œuvre Du Sourire (Anthologie Planète). Son premier contact avec le dessin d'humour se fait au travers de Chas Adams, Peter Arno, Chaval, Chon Day, Folon, André François, Gourmelin, Maurice Henry, Bob Mankoff, Georges Price, Reiser, Puig Rosado, Ronald Searle, Sempé, Otto Soglow, Steinberg, Tetsu, Topor, Wolinski.
Après son baccalauréat, il s'inscrit au concours des Beaux-Arts de Metz, se trompe d’une semaine dans les dates, et ne le passe donc jamais. La même année, il manque, de deux heures cette fois, le concours des Arts Décoratifs de Paris, pour avoir prêté son réveil à un voisin la veille au soir.
À la suite d'un malentendu, il devient créatif dans une agence de publicité, où il restera quinze ans, et, en 1989, vice-champion d'Europe de boomerang.
Il se lance dans le dessin humoristique en 1995 et publie rapidement ses premiers dessins dans Lui, Télérama, Lire, Le Point, Playboy, Psychologies Magazine et Madame Figaro.
En 1997, il publie son premier recueil de dessins d'humour Tout s'arrange, même mal, très vite épuisé, et un album pour enfants Le roi de la grande savane (Prix Chrétien de Troyes 1997).
En 1998, il publie son deuxième recueil de dessins humoristiques, Le grand tourbillon de la vie au cherche midi, qui est toujours son éditeur actuel.
Les dessinateurs qu'il apprécie sont Glen Baxter, Claire Brétécher, Philippe Delhomme, Edward Koren, Gary Larson, Pessin, Petillon, Shanahan, Sempé, William Steig, Tardi, Robert Taylor, Tomi Ungerer, Vuillemin.

 

********

 

 

 

 

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -