Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

La sélection de Gisèle (22 janvier 2014)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


« Le fondouk vert » et autres récits

De Yosef Opatoshu – Traduit du yiddish, présentés et annotés par Nathan Weinstock

Éditeur Didier Devillez

140 pages – 25 euros – ISBN 978-2-87396-140-4

 

On trouvera dans ce volume un choix de nouvelles dues à la plume du grand écrivain yiddish Yosef (Joseph) Opatoshu (1886-1954), auteur reconnu comme un classique des lettres yiddish modernes, suivi d’un extrait de son roman historique « 1863 » qui est le second volume d’une vaste fresque relatant les tribulations d’une communauté juive dans la Pologne du XIXe siècle. Né en Pologne en 1886 qu’il a quitté très tôt pour s’installer à New York où il devait décéder en 1954, Opatoshu n’a pas tardé à s’y imposer comme un des leaders du courant des Yungè (« Les Jeunes »), la génération montante de jeunes écrivains yiddish désireux de rompre avec ce qu’ils jugeaient être la mièvrerie et le provincialisme de leurs aînés. Romancier engagé, auteur de nombreux récits historiques - dont l’inoubliable « Dans les forêts de Pologne », description poignante de la dégénérescence de la mouvance hassidique du Rèbè de Kotsk, récit qui se poursuit dans « 1863 » -, il est également un maître de la nouvelle, sachant allier le réalisme à l’humour.

La sélection, la présentation, l’annotation et la traduction des récits ont été assurées par Nathan Weinstock, lauréat 2010 du Prix de yiddish Max Cukierman, qui a traduit précédemment une autre sélection des nouvelles de cet auteur.

 

*********

 

Salonique – Ville juive, ville ottomane, ville grecque

Sous la direction de Esther Benbassa – Éditions CNRS

196 pages – 15 euros – ISBN 978-2-271-08005-9

 

Salonique demeure au centre tant de l’expérience historique que de l’imaginaire sépharades. Les Juifs sépharades, qui se sont installés en nombre dans la ville après leur expulsion d’Espagne à partir du XVe siècle, y ont longtemps constitué une majorité de la population et ont marqué son histoire. Sa sortie du giron ottoman et son rattachement à la Grèce, en 1913, il y a un siècle, entameront un processus de lent déclin, s’achevant dans l’anéantissement de la Shoah. Parée du halo d’une grandeur passée, Salonique est aussi le lieu par excellence de la tragédie. C’est de cette trajectoire unique, à la fois fantasmée et oubliée, que cet ouvrage entend rendre compte.

Née à Istanbul, Esther Benbassa est une universitaire reconnue, spécialiste de l'histoire du peuple juif et de l'histoire comparée des minorités. Directrice de recherche au CNRS, elle est aujourd'hui directrice d'études à l'École pratique des hautes études de la Sorbonne, titulaire de la chaire d'histoire du judaïsme moderne. Elle a publié de nombreux ouvrages, dont certains écrits avec son compagnon Jean-Christophe Attias. Depuis septembre 2011, Esther Benbassa est en outre sénatrice du Val-de-Marne, sous l'étiquette EELV.

 

*********

 

Anagrammes à la folie

De  Jacques Perry-Salkow, Sylvain Tesson, Donatien Mary (illustrateur)

Editions des Équateurs

130 pages – 12 euros - ISBN-13 : 978-2849902417

 

Il arrive que deux folies se rencontrent pour le meilleur. L’écrivain Sylvain Tesson a ouvert grand ses horizons à Jacques Perry-Salkow, « faiseur d’anagrammes » comme il y a des « faiseurs de pluie ». L'anagramme consiste à mélanger les lettres d'un mot pour en former un autre. Elle opère une lecture secrète, fait surgir un sens tapi dans le repli des mots et des noms. C’est ainsi qu un canoë peut contenir l’océan et que mille rêves recèlent autant de merveilles.

Avec Perry-Salkow et Tesson, les préliminaires savent inspirer l’ami(e), la Divine Comédie de Dante promet une vie de damnation, de délice, la force des antigels provoque la fonte des glaciers, Paul Marie Verlaine rêve aviné par la lumière et, dans les forêts de Sibérie, au bord du lac Baïkal, la vie n est plus qu une pluie de lentes braises froides.

En leur compagnie, nous survolons l’Arctique et ses dernières baleines, chassons le tigre avec Dersou Ouzala, embarquons sur la goëlette de Christophe Colomb, escaladons Notre-Dame de Paris et la face nord des Grandes Jorasses, plongeons dans le décolleté de la Marquise des Anges, pestons avec Céline, chantons la Marseillaise avec Bashung, combattons au côté de Napoléon et, à la nuit tombée, nous hésitons entre le Caveau du Chat Noir et un abri de girafes bleues.

 

Jacques Perry Salkow est l’auteur des Anagrammes renversantes ou Le sens caché du monde (avec Étienne Klein, Flammarion, 2011).

Sylvain Tesson a notamment publié Dans les forêts de Sibérie (Gallimard, 2011) et Géographie de l’instant (Équateurs, 2012).

 

********

 

Le New York des écrivains

De Vincent Jaury, Collectif - Editions Stock

232 pages – 19,50 euros - ISBN-13: 978-2234075504

 

Pour certains, New York est la plus belle ville du monde, avec ses gratte-ciel impressionnants, ses larges avenues, Central Park, les quartiers légendaires de Brooklyn, de Manhattan et de Harlem, sa statue de la Liberté, symbole de cosmopolitisme. Elle demeure encore aujourd’hui synonyme de rêve et de jouissance. Pour d’autres, c’est une cité arrogante et frénétique, haut lieu d’un capitalisme froid incarné par Wall Street. Qu’on l’aime ou non, elle habite notre imaginaire d’Européens comme aucune autre, grâce au cinéma, la littérature, la musique ou la photographie.
Étonnamment, pourtant, les écrivains français l’ont rarement représentée de manière significative : Paul Morand, Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, Frédéric Beigbeder s’en sont emparés. C’est peu.
Vincent Jaury, fondateur et directeur du magazine culturel Transfuge, invite ici treize écrivains français à composer un portrait inédit de New York. Nouvelle après nouvelle, ils nous font voyager dans une ville à la fois réelle et fantasmée, parcourue de fantômes et d’acier. De cette mosaïque naît un tableau poétique et surprenant, moderne et inspiré. Quoi de plus beau, de plus excitant pour un écrivain, que de s’attaquer à un tel mythe ?

 

Vincent Jaury est fondateur et directeur de la rédaction du magazine culturel Transfuge. Il a dirigé le recueil de nouvelles Noël, quel bonheur ! paru chez Armand Colin en 2012. Il est passionné de littérature américaine.

 

*********

 

Le loup de Wall Street

De Jordan Belfort, traduit (anglais) par Lucie Delplanque et Erne Percibal

Editions  Le Livre de Poche

768 pages - 8,19 euros - ISBN 978-2-253-12904-2

 

Wall Street, le temple de la spéculation financière : nul, mieux que Jordan Belfort, ne connaît ses coulisses mafieuses, ses secrets scandaleux, ses escroqueries énormes. Surnommé, il n'y a pas si longtemps encore, le loup de Wall Street, il était devenu devenu l'un des hommes les plus riches de New York. Pourtant le FBI va s’intéresser à lui et l’arrêter . Avec un sens aigu de la narration et du rythme, Belfort nous raconte son histoire tragi-comique, de ses débuts de trader jusqu'à sa chute, évoquant au passage ses fêtes décadentes, l’abus de drogues en tout genre. Une vie de rock star. Par sa démesure même, cette autobiographie du plus dément des requins de la finance restera dans les annales.

 

Trader, Jordan Belfort a été condamné à quatre ans de prison ferme. Après avoir purgé sa peine, il est placé sous contrôle judiciaire et se voit interdit d’exercer dans le monde de la finance. Cinquante pour cent de ses gains vont au remboursement de sa dette de 100 millions de dollars gérée par un fonds d’indemnisation aux victimes de ses malversations. Il donne aujourd’hui des conférences publiques.

 

*********

 

L'invention de nos vies

De Karin Tuil - Editions  Grasset

500 pages - 20,90 euros - ISBN 978-2-246-80752-0

 

Sam Tahar semble tout avoir : la puissance et la gloire au barreau de New York, la fortune et la célébrité médiatique, un « beau mariage »... Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer une autre identité en Amérique, il a emprunté les origines juives de son meilleur ami Samuel, écrivain raté qui sombre lentement dans une banlieue française sous tension. Vingt ans plus tôt, la sublime Nina était restée par pitié aux côtés du plus faible. Mais si c était à refaire ? À mi- vie, ces trois comètes se rencontrent à nouveau, et c’est la déflagration...

« Avec le mensonge on peut aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir » dit un proverbe qu’illustre ce roman d’une puissance et d’une habileté hors du commun, où la petite histoire d’un triangle amoureux percute avec violence la grande Histoire de notre début de siècle.

 

C’est pour se consacrer à l’écriture que Karine Tuil abandonne sa thèse de droit, portant sur la réglementation des campagnes électorales dans les médias. Suite à un premier roman remarqué, sorti en 2000, Pour le pire ou la cruelle déconfiture d’un mariage, c’est avec le succès de son deuxième ouvrage Interdit, sélectionné pour le Goncourt en 2001, qu’elle se décide enfin à vivre de sa plume. L’ironie, la tragi-comédie et le burlesque de sa plume se retrouvent d’abord dans Du sexe féminin en 2002 puis en 2003 dans Tout sur mon frère qui explore les effets pervers de l’autofiction, - genre qu’elle explore à nouveau en 2008 avec La Domination. Confirmation du talent atypique de Karine Tuil en 2005, avec Quand j’étais drôle et l’histoire de cet humoriste victime de francophobie au pays du hamburger. Pourtant, en 2007, elle quitte le burlesque pour la gravité en signant Douce France, un livre coup de poing sur les centres de rétention administrative pour immigrés sans papiers. Elle publie en 2010 Six mois, six jours, qui lui vaut le prix Goncourt des Lycéens. En 2013, elle publie son neuvième roman L'invention de nos vies (Grasset).

 

*********

 

Printemps arabes – Religion et révolution

De Adonis – Traduit de l’arabe par Ali Ibrahim - Éditeur La Différence

160 pages – 16 euros - ISBN 978-2729120658

 

Adonis, le grand poète arabe, plusieurs fois nominé pour le Prix Nobel de Littérature, donne des articles sur les conflits du Proche-Orient dans la presse internationale, aussi bien dans le monde arabe qu’en Europe occidentale et en Chine. Il nous est apparu indispensable d’entendre la voix d’Adonis sur les révolutions arabes et sur la situation actuelle en Syrie en donnant à lire au public français un ensemble de ses interventions parues à l’étranger. Il nous explique le leurre total, partout répandu, qu’il puisse y avoir une révolution progressiste en terre arabe sans une rupture radicale avec la religion. Que la religion musulmane, dans son interprétation prégnante, est intrinsèquement incompatible avec les droits de l’homme, et les libertés de la femme, parce qu’il nie l’autre et la différence. Il nous montre, à travers l’histoire, le pourquoi et le comment de cette incompatibilité fondamentale et nous met en garde devant les discours fallacieux qui nient cette évidence.

 

Né à Qassabine, un village des montagnes du nord de la Syrie, en 1930, Adonis, de son vrai nom Ali Ahmad Sa'id, est formé dès son très jeune âge à la poésie par son père, un paysan lettré. Il publie ses premiers poèmes dès l'âge de dix-sept ans dans un journal de Lattaquié. Il signe déjà du nom d’Adonis.

Dès lors, il s’engage pour une poésie libre et universelle, dégagée de toute entrave, de toute frontière linguistique, idéologique ou culturelle.

Après des études de philosophie à l'université de Damas, Adonis choisit Beyrouth pour fonder en 1957, avec son ami, le poète Yûsuf al-Khâl, le groupe Chi'r (Poésie) et la revue du même nom. L’influence de cette revue sur la littérature arabe contemporaine est considérable. Elle offre une ouverture à la poésie moderne occidentale dont la forme et le fond se répercutent sur la poésie arabe jusqu’alors plus traditionnelle.

Le recueil Les Chants de Mihyar le Damascène paraît en 1961 et symbolise l’un des actes fondateurs de la poésie arabe moderne. La traduction en français, qui aura lieu en 1983, marquera pour Adonis le début de sa reconnaissance mondiale.

Aujourd’hui, la poésie d’Adonis, faite de multiples échos, porte sa voix par delà les frontières de l’espace et du temps.

 

*********

 

Leurs quatre vérités

De Roland Sicard – Éditeur Albin Michel

192 pages – 15 euros - ISBN 978-2-22625-146-6

 

Comme le disait Marat : « Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir. » En témoignent ce florilège de bons mots distillés par les grandes figures de la classe politique, que ce soit pour asseoir leur pouvoir, véhiculer leurs idées ou simplement ridiculiser leurs adversaires dans l'hémicycle. Roland Sicard a su collecter avec talent les plus savoureuses répliques de l'Histoire de la politique française. Un voyage dans le temps qui nous conduit de la politique du siècle des lumières à celle de la politique des « spin doctors » ! D'Edgar Faure à François Hollande, en passant par Charles de Gaulle, François Mitterrand, Philippe Seguin et Nicolas Sarkozy. Cet ouvrage est bien plus qu'un simple recueil de citations, c'est tout l'esprit de la politique française !

 

Roland Sicard est un journaliste français. Ancien rédacteur en chef des journaux de Télématin sur France 2 (6h45, 7h00, 7h30, 8h00 et 8h40), il présente désormais la rubrique les 4 vérités, où il a succédé à Françoise Laborde depuis 2007. Il reçoit chaque matin un invité en rapport avec l'actualité.

 

 

*********

 

Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?

De Georges Perec – Préface de Richard Bohringer – Éditeur Denoël

90 pages – 9,90 euros – ISBN 978-2-20711734-7

 

Richard Bohringer est un grand admirateur de Georges Perec. C’est avec la fougue et l’amour des mots qu’on lui connaît qu’il présente l’auteur de cette fantaisie littéraire. En France pendant la guerre d’Algérie, Henri Pollak, maréchal des logis le jour et artiste bohème le soir, et sa bande de Montparnasse se mettent en quatre pour faire réformer un camarade de caserne. Les idées fusent et on s’assied avec délectation à la table de ces joyeux compères. Ce court roman savoureux est truffé de figures de style. Un tour subtil de Perec, génial explorateur de la langue, pour parler du conflit qui occupe alors la scène politique. C’était un mec, il s’appelait Karamanlis, ou quelque chose comme ça : Karawo ? Karawasch ? Karacouvé ? Enfin bref, Karatruc. En tout cas, un nom peu banal, un nom qui vous disait quelque chose, qu’on n’oubliait pas facilement.

 

Romancier et poète né et mort à Paris (1936-1982). Il a été un des membres importants de l'OULIPO (Ouvroir de Littérature Potentielle), renouvelant, par ses recherches formelles, les enjeux de l'écriture narrative et poétique.

 

*********


Fritz Haber T4 - Des choses à venir - Album

De David Vandermeulen - Éditions Delcourt

160 pages – 18,95 euros -  ISBN 978-2756027968

 

1916-1918. Fritz Haber met au point son invention la plus redoutable, le gaz ypérite. Il n’est pas le seul dont le résultat des recherches s’apprête à bouleverser le cours de l’Histoire. Toute la génération des Einstein, Weitzmann et Rathenau entreprend des expériences qui auront un impact majeur sur le XXe siècle comme l’avènement des totalitarismes, la guerre chimique ou encore la création d’Israël.

David Vandermeulen est un auteur pour le moins atypique. Né en 1968 à Bruxelles, il est l'un des représentants de l'Underground belge. Après avoir été renvoyé à deux reprises de différentes écoles d'Art, il fonde le café concert "Le Galactica" où il organise plusieurs expositions et pièces de théâtre. Cet endroit devient rapidement un haut lieu de la culture Underground belge. David se lance en 1997 dans la bande dessinée, sa passion de toujours, en créant sa propre structure éditoriale, "Clandestine Books" où il publie ses premiers albums. C'est à cette époque qu'il devient un auteur régulier du magazine " Ferraille " et imagine le personnage de Monsieur Vandermeulen, un vieux pédagogue Vieille-France, avatar avec lequel il a écrit de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse perdue, comme le manuel scolaire " Littérature Pour Tous " paru aux éditions 6 pieds sous terre. On connaît aussi son " Initiation à l'ontologie de Jean-Claude Van Damme ou Le concept aware, la pensée en mouvement ". Il publie également divers autres albums pour les éditions Les Requins marteaux, mais " Fritz Haber " est son projet le plus ambitieux à ce jour.

 

*********

 

Chronique d’Auschwitz – DVD

Réalisé par Michal Bukojemski –

20 euros – Édition française du DVD en 7 langues vendu par le musée d’Auschwitz

 

Plus d'un million de Juifs, 150000 Polonais, 23000 Rom, 15 000 prisonniers de guerre soviétiques, et des millions d'autres personnes ont été internées à Auschwitz-Birkenau .L'écrasante majorité de ces personnes sera tuée dans le camp. C'est aujourd'hui le plus grand cimetière juif du monde. Construit sur divers récits et témoignages, ce DVD proposé par le Musée d'Etat d'Auschwitz-Birkenau est composé de 5 chapitres: L'appel le plus long, L'orchestre, La rampe de Birkenau, L'amour, Le Sonderkommando. Indispensable pour lutter contre l'ignorance et l'oubli, le DVD Chroniques d'Auschwitz est destiné à tous les publics, et en particulier aux jeunes générations. Entretenir la mémoire, rappeler les faits, respecter l'Histoire: des missions essentielles.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -