Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Le printemps se rapproche (17 février 2014)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 
Prendre soin de l’enfant intérieur Faire la paix avec soi
Par Thich Nhat Hanh, traduit (anglais) par Bénédicte Genot - Editions Belfond
195pages -17 euros - ISBN 978-2 714-45319-8.
 
Qui ne porte pas en lui ses blessures d'enfant ? Le grand maître du bouddhisme nous guide pas à pas pour apaiser la colère, la peur, la tristesse qui hantent encore nos vies d'adulte, et les transformer en une force de réconciliation et de compassion.Vous avez l'impression de ne pas avoir suffisamment confiance en vous ? De manquer parfois de recul face aux épreuves du quotidien ? D'être empêtré dans des angoisses dont vous n'identifiez pas l'origine ? Et si certaines de vos blessures d'enfant vous empêchaient de construire sereinement votre vie d'adulte ? Référence absolue dans l'enseignement bouddhique international, proposé pour le Nobel de la paix pour son engagement au Vietnam, le maître Thich Nhat Hanh nous offre des solutions pour affronter cette souffrance sourde et en venir à bout. À l'aide d'exercices de respiration, de concentration et de méditation en pleine conscience, il nous enseigne à écouter avec compassion l'enfant qui est en chacun de nous, à reconnaître et accepter avec lucidité les traumatismes du passé, et à lâcher prise. Jetant un pont entre la philosophie bouddhique et la tradition thérapeutique occidentale, un guide profondément rassurant, pour faire enfin la paix avec nous-même.
 
Thich Nhât Hanh est l’un de ces êtres d’exception. Il nous offre une nouvelle leçon de sagesse au quotidien qui s’adresse à tous, quelle que soit son origine ou sa foi. Né en 1926 au Vietnam central, Thich Nhât Hanh devient moine à l'âge de 16 ans. En 1950, Thây ("Maître" en vietnamien, appellation adressée à tous les moines) fonde l’Institut des Hautes Etudes du Bouddhisme An Quang, qui devient le berceau de la lutte non-violente des bouddhistes contre la guerre du Vietnam entre 1963 et 1975. Après avoir présenté un rapport sur sa vision du Christianisme, du Judaïsme et de l’Islam à l’Université de Princeton, il est invité à enseigner les études comparatives des religions à l’Université de la Ville de Columbia de New York de septembre 1961 à fin 1963. De retour au Vietnam, il fonde l’Université bouddhique "Van Hanh", puis en 1965, l’Ecole de la Jeunesse au Service Social (EJSS). Elle réunit près de 10 000 travailleurs sociaux dans 42 provinces du Sud Vietnam qui sont vraiment des artisans de paix en plein cœur de la guerre. En juin 1966, contraint à l’exil après avoir lancé un appel contre la guerre du Vietnam, il fait un pèlerinage pour la Paix en voyageant des Etats-Unis aux différents pays d’Europe, jusqu’en Asie et en Australie. Il travaille alors avec des personnalités comme le moine trappiste Thomas Merton, le Cardinal Danielou, le Pape Paul VI et le Pasteur lauréat du Prix Nobel de la Paix Martin Luther King. Celui-ci le proposa au Prix Nobel de la Paix en 1967.
Réfugié en France à partir de 1969, il enseigne à la Sorbonne tout en dirigeant la Délégation de la Paix de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam jusqu’à la fin de la guerre (1975). De 1976 à 1992, il poursuit son œuvre de Paix en aidant les réfugiés "boat people" du Vietnam, Cambodge et Laos. En septembre 1995, le Prix Nobel de la Paix Gorbatchev l’invite à offrir sa vision aux anciens chefs d’Etats et personnalités d’Etats comme Margaret Thatcher, George Bush, Ruud Lubbers, Jacques Delors... à la rencontre "States of the World Forum" à San Francisco (USA). Thich Nhât Hanh vit actuellement dans le sud-ouest de la France au sein d’une communauté bouddhique, le "Village des Pruniers", qu’il a créé en 1982. Le maître y enseigne l’art de vivre en Pleine Conscience au quotidien. Le Village rassemble aujourd’hui plus de 150 moines et moniales de toutes nationalités et accueille chaque année près de 4000 retraitants.
 
*********
 
Cahiers Polonnais (1929-1937 )
Sasza Blonder, André Blonder- Editions Gaussen
95 pages - 19,90 euros - ISBN 978-2-35698-066-3  
 
Des œuvres inédites du peintre Blonder, membre important du célèbre Groupe de Cracovie, puis, devenu français sous le nom de Blondel, de la scène artistique méridionale. Peintre juif polonais de la deuxième Ecole de Paris, SASZA BLONDER, dit ANDRE BLONDEL (1909-1949) est né le 27 mai 1909 à Czortkow en Galicie orientale, Sasza Blonder fait partie de l'avant-garde polonaise des années 30 (« Premier Groupe de Cracovie »). En 1937, avec sa compagne et condisciple Berta Grünberg, il se rend à Paris (où il avait déjà séjourné en 1926, puis de 1929 à 1931) et s'installe au 5, Cité Falguière (XVe), tout près du centre artistique de Montparnasse. En 1939, il s'engage dans l'armée polonaise en France et sera envoyé au camp de Coëtquidan. Démobilisé à Toulouse le 28 juin 1940, il se réfugie fin juillet 40 à Aix-en-Provence. Aidé par les réseaux protestants de la Résistance, il se cache fin 42 dans la région de Carcassonne. Ayant changé d'identité et pris le nom d'André Blondel, il épouse, le 5 juillet 1943, Louise Bonfils. Après avoir passé quelques années dans le midi de la France, à Sète et à Carcassonne, il s'installe en 1948 avec sa famille à Paris, où il décède accidentellement le 14 juin 1949, en pleine activité, à l'âge de 40 ans. Ce livre dévoile une sélection contenu dans les cahiers qui se trouvent dans fe fonds 773 « Sazsa Blonder », découvert récemment à l'Institut d'art de l'Académie polonaise des sciences de Varsovie. Ces cahiers offrent un large éventail d'études et d'œuvres de jeunesse de l'artiste, réalisées entre 20 et 28 ans et proposent un choix, représentatif des options picturales que l'artiste poursuivra et développera avec passion durant toute sa courte vie en France.
Déjà paru sur ce peintre : De Blonder à Blondel (Actes Sud 2009). Des tableaux du peintre sont exposés en Pologne (musées nationaux de Cracovie, Lodz, Varsovie, Wroclaw) et en France (Musée Paul Valery de Sète, Musée et Maison Joë Bousquet de Carcassonne, Musée Fabre de Montpellier, Musée de Narbonne, Musée des années 30 de Boulogne-Billancourt, Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme à Paris).
 
*********
 
Bienvenue à Skios
De Michel Frayn , traduit (anglais) par Jean-Paul Gratias - Editions Joelle Losefeld
328 pages - 23,50 euros - ISBN 978-2-07-249429-1 
 
Bienvenue à Skios : sur cette petite île grecque, siège de la fondation philanthropique d'une riche Américaine, l'élite de la politique, de la science et du monde des affaires se retrouve une fois l'an pour partager ses vues sur l'état du monde. Mais cette année, malgré les bons offices de Nikki, l'assistante ambitieuse, personne n'est là où il devrait être : suite à une confusion de valises à l'aéroport, le séduisant Oliver Fox est pris pour le Dr Norman Wilfred et, trouvant Nikki plutôt à son goût, la suit à la fondation, amusé à l'idée d'usurper l'identité du professeur, tandis que celui-ci se retrouve dans une villa occupée par Georgie, l'éphémère conquête d'Oliver rencontrée la veille dans un bar. Les rebondissements et les quiproquos se succèdent, sur un île qui n'a plus rien de paradisiaque, jusqu'à un finale sanglant et burlesque : un vrai divertissement à la sauce anglaise!
 
Michael Frayn, membre de la Royal Society of Litterature, est né en 1933. Dramaturge et romancier, il a exercé son mordant comme journaliste au Guardian et à [Observer. Maître du comique burlesque et de la philosophie sur fond absurde, il compose une oeuvre théâtrale riche, récompensée par de prestigieux prix. Ses romans Tête baissée («Folio», 2002), Espions («Folio», 2005) ou Une vie très privée (Denoël, 1969) sont un savant mélange des genres, entre roman noir, vaudeville et anticipation, le tout assaisonné d'humour british.
 
*********
 
Gun machine
De Warren Ellis, traduit (anglais) par Claire Breton - Editions du Masque
299 pages - 20,90 euros - ISBN 978-2-7024-3925-8
 
John Tallow est un flic new-yorkais typique : célibataire, désabusé, plus trop dans le coup. Son équipier de toujours, lui, c'est le bon flic, celui que tout le monde aime. Ils sont appelés pour intervenir dans un immeuble décati de Pearl Street, où un forcené en surpoids nu comme un ver hurle et tire sur tout ce qui bouge dans la cage d'escalier. Rosato monte le premier, se fait exploser le cerveau devant Tallow, impuissant, qui est éclaboussé des restes gluants et visqueux de son co-équipier. Fou de rage, il décharge son flingue sur le forcené et défonce en même temps le mur d’un appartement. Quand les techniciens de scène de crime arrivent sur place, ils tombent nez à nez avec une centaine d'armes, fixées sur les murs, du sol au plafond... Des armes qui semblent correspondre à des meurtres non élucidés. Convoqué par sa supérieure, Tallow se fait passer un savon. Le meilleur flic de la brigade est mort et les voilà avec un arsenal d'armes relié à des cold cases sur les bras. Sa punition : démêler l’affaire avec pour seule aide deux bras cassés. Une journée qui commence très mal...
 
Warren Ellis est un scénariste de comics britannique reconnu. Il a travaillé sur plusieurs séries : Iron Man, Transmetropolitan Fell, Ministry of Space et Planetary. Ses comics sont publiés en France aux éditions Semic, Panini, Bragelonne et Delcourt. Son premier roman, Artères souterraines, a été publié au Diable Vauvert en 2010 et sortira en 2014 au Livre de Poche. Sa BD Red a été adaptée au cinéma en 2013 (au casting : Bruce Willis, Helen Mirren…).
 
 ********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -