Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour bien commencer la rentrée (01 septembre 2014) 1/3

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


DAVID  FOENKINOS
CHARLOTTE
Editions Gallimard –ISBN -9782070145683-  221 pages -18,50 euros
 
Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.
 
Charlotte est le treizième roman de David Foenkinos. Il a publié entre autres Les Souvenirs et Je vais mieux. Ses livres sont traduits en quarante langues. En 2011, son frère et lui ont adapté au cinéma La Délicatesse, avec Audrey Tautou et François Damiens.
 
COLETTE FELLOUS
LA PREPARATION DE LA VIE
Editions Gallimard –ISBN 9782070144358- 203 pages – 21 euros
 
«Roland Barthes est devenu mon guide vagabond, il apparaît et disparaît, il n'y a jamais eu aucune contrainte dans notre lien : c'était notre pacte, il l'est resté. Tant d'années après, sa voix est là, inchangée, elle m'accompagne et je l'aime. Je l'emporte toujours dans mes bagages quand je voyage ou quand je retourne en Tunisie, comme si elle était mon enfance, comme si elle comptait davantage que ma famille. J'écoute son dernier séminaire au Collège de France, de 1978 à 1980 : La préparation du roman. Devant ce grand rectangle d'eau, à Sidi Bou Saïd, en suivant sa voix et sa recherche infinie d'un roman qui serait absolu, unique et finalement impossible à écrire, je le rends complice de tout ce que je vois, de tout ce dont je me souviens, de tout ce dont je suis témoin, au cœur de cette Tunisie en grande métamorphose depuis le 14 janvier 2011. Oui, devant ce grand rectangle découpé dans la Méditerranée, sur cette terre de naissance dont je ne veux pas me séparer, je compose ce livre labyrinthe, à la fois pour lui rendre hommage et pour le remercier de m'avoir aidée à préparer ma vie, depuis le jour où, en 1975, dans un café de l'Odéon, il m'a dit, amical et affectueux : "Vous savez, vous avez le droit de dire je."»
 
Colette Fellous (née en 1950 à Tunis, Tunisie) est une écrivaine française. Elle effectue ses études secondaires au lycée Carnot de Tunis. Elle vit à Paris depuis l'âge de 17 ans. Elle suit des études de Lettres modernes à la Sorbonne et a étudié avec Roland Barthes à l'École pratique des hautes études de 1971 à 19751. Elle a créé et dirige au Mercure de France, la collection « Traits et portraits ». Colette Fellous est également productrice sur la radio culturelle française France Culture (émissions Nuits magnétiques de 1990 à 1999, puis Carnet nomade).
 
 
ZERUYA SHALEV
CE QUI RESTE DE NOS VIES
Editions Gallimard –ISBN_9782070136988-  417 pages – 22,90 euros
 
Hemda Horovitz vit sans doute ses derniers jours, mais l’image de ce lac, près du kibboutz où elle est née, s’impose encore avec force à sa conscience. Les souvenirs plus douloureux de sa longue vie se glissent eux-aussi dans sa mémoire, sans qu’elle puisse s’en libérer : son père trop exigeant, un mariage sans amour, puis cette difficulté à aimer équitablement ses deux enfants, Avner et Dina.
Ces deux derniers lui rendent visite à l’hôpital de Jérusalem. Avner, le fils adoré, y rencontre une femme venue dire au revoir à son mari mourant et entame une étrange relation avec elle. Quant à Dina, la fille mal aimée, elle ne sait comment gérer l’éloignement de sa propre fille pour qui elle a sacrifié sa carrière. Débordée par le besoin de donner cet amour à quelqu’un, elle se met en tête d'adopter, envers et contre tous. Son désir de renforcer son foyer pour y accueillir un autre enfant risque bien de faire éclater sa famille…
Zeruya Shalev sait parler comme personne des relations mystérieuses qui se tissent entre parents et enfants. Dans une langue puissante, elle évoque la colère, le ressentiment, la frustration et la peur qui construisent les familles autant que l’amour et le bonheur d’être ensemble. Ce qui reste de nos vies est certainement son roman le plus envoûtant.
Biographie de Zeruya Shalev
 
Romancière et éditrice, Zeruya Shalev, né en 1959 dans un kibboutz en Galilée, a fait des études bibliques. Mariée, mère de trois enfants, elle vit et travaille à Jérusalem. Ses livres sont des best-sellers en Israël et dans de nombreux pays européens. D'elle, les Editions Gallimard ont publié Vie amoureuse (Du Monde Entier, 2000, Folio n° 4140, Mari et femme (Du Monde Entier, 2002, Folio n° 4034), Théra (Du Monde Entier, 2007, Folio n° 4757).
 
MERYL PINQUE
LA CARICATURE DE DIEU
Editions : Editions du Rocher – ISBN_- 9782268076294-  264 pages- 17,90 euros
 
Écrites dans un style puissant, les seize nouvelles réunies ici témoignent d'un monde cruel, le nôtre, et affirment que le salut est dans la beauté. Pour Méryl Pinque l'homme est la caricature de Dieu. Dans ce recueil de nouvelles, elle parle souvent du mal. Notre modernité ne lui fait pas peur. Elle l'aborde crûment, avec force et violence. Sans fard et sans emphase. Certaines nouvelles, comme L'alibi, qui met en scène une fête hyper art et jet set à Berlin où les animaux sont tués en masse pendant les « performances » festives, sont des morceaux d'anthologie. Plus que des tranches de vie, les nouvelles de Méryl Pinque sont des gros plans sur notre modernité qui n'est pas toujours très belle, avouons-le. Mais, comme tous les grands auteurs de nouvelles (Maupassant, Tchékhov, Carver), Méryl Pinque ne démontre rien, elle raconte des histoires. Histoires qui se passent aux quatre coins du monde, mais qu'unit une vision particulière de l'homme et de sa condition. Seuls les grands écrivains révèlent le monde au travers du chaos apparent. C'est le cas de Méryl Pinque dont les récits scrutent de manière unique le magma de la postmodernité. Ce faisant, elle fait sienne le fameux mot de Romain Gary : « L'humanité est un mythe ! »
 
Méryl Pinque est rédactrice et éditrice de La Renarde, journal étranger, revue qui aborde à la fois des sujets antispécistes et féministes, et dans laquelle une grande place est donnée à la philosophie et la littérature.
 
BERNARD DEGIOANNI
KEBAB KILLER
Editions : Persée- ISBN 9782823107272-  324 pages – 19,90 euros
 
Aout 2012. Une véritable épidémie d’homicides touche l’Hexagone. De Paris à Marseille en passant par Lyon, les scènes de crime se répondent selon un rituel identique. Réveillant les échos d’un épisode oublié, le « tueur aux doners » s’attaque à des commerçants d’origine maghrébine. Epaulé par une capitaine du Quai des Orfèvres, Patrick Dampierre, obscur lieutenant de police, va tenter de mettre un terme à cette escalade de l’horreur. Avec ce nouvel opus, l’auteur de La Femme-Nénuphar livre un époustouflant thriller littéraire, inspiré de faits réels, dans lequel la violence n’est jamais traitée avec complaisance. Habilement construit, Kebab Killer nous plonge au cœur des déviances humaines et se découvre avec un mélange d’effroi et de fascination. Né à Entrechaux (Vaucluse) e, 1953, Bernard Degioanni est père de quatre enfants. Passionné d’équitation, il vit en Provence au cœur des Alpilles. Après Confessions d’une Mer esseulée en 2009, La Femme-Nénuphar en 2010, et Les Naufragés de l’Apocalypse en 2012, il signe avec Kebab Killer son second roman policier.
 
Né à Entrechaux (Vaucluse) en 1953, Bernard DEGIOANNI est père de quatre enfants. Enseignant, passionné de sonorisation et d’équitation, il vit en Provence entre Alpilles et Luberon. Il est l'auteur de Confessions d'une Mer esseulée, La Femme-nénuphar, Les naufragés de l'Apocalypse et Kebab Killer.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -