Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour le printemps qui pointe son bout de nez 13 mars 2015

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Haim Vidal SEPHIHA
Ma vie pour le Judéo-espagnol
La langue de ma mère .
Editions BDL-collection Judaisme –ISBN9782356873736-170 pages -20 euros
 
Chassés d’Espagne par Isabelle la Catholique en 1492, les Juifs séfarades ont emporté avec eux un trésor : leurs deux langues, variétés de l’espagnol d’alors, qui engendreront le judéo-espagnol vernaculaire et le ladino ou judéo-espagnol calque, dans lequel était traduite la Bible hébraïque. Comme le yiddish des Juifs ashkénazes, elles ont failli disparaître dans la Shoah. Dans le combat pour les ressusciter, Haïm Vidal Sephiha fut un pionnier. C’est la mort de sa mère qui le pousse, cinq ans après son retour d’Auschwitz, à changer de vie : le chimiste va devenir linguiste pour faire revivre le parler et la culture de son enfance bruxelloise. Se consacrant totalement à ses nouvelles études, il soutiendra deux thèses successives avant d’obtenir la première chaire universitaire de judéo-espagnol. Entre-temps, il assure la renaissance de cette langue en animant un atelier au Centre Rachi, puis au Centre communautaire de Paris, et en créant les associations Vidas Largas ainsi que « Judéo-espagnol à Auschwitz » pour obtenir l’apposition d’une dalle en judéo-espagnol à Birkenau.
 
Toute une vie à la recherche de « la langue de sa mère », qu’il raconte ici…
 
 
Haïm Vidal Sephiha est né en 1923 à Bruxelles dans une famille juive venue de Turquie. En 1943, il est arrêté, emprisonné à Malines puis déporté à Auschwitz. Dix ans après son retour, il entame des études de linguistique, d’espagnol, de portugais et d’hébreu. À partir de 1974, il anime un atelier au Centre Rachi, qui donnera naissance à l’association Vidas Largas. En 1977, il a publié L’Agonie des Judéo-Espagnols.
 
 
Salim BACHI
Le Consul
Editions Gallimard – ISBN 9782070147885-180 pages -17,50 euros
 
En juin 1940, en pleine débâcle, Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux, sauva la vie de milliers de personnes en désobéissant à son gouvernement. Entre trente mille et cinquante mille réfugiés de toutes nationalités et religions bénéficièrent d’un visa signé de sa main qui leur permit de fuir la menace nazie. Plus de dix mille juifs échappèrent à une mort certaine dans les camps.
Relevé de ses fonctions, exilé dans son propre pays, oublié de tous, Aristides de Sousa Mendes paya jusqu’à la fin de sa vie le prix fort pour ses actes de courage.
Salim Bachi retrace, dans ce roman en forme de confession, le destin exceptionnel d’un homme mystérieux et tourmenté, croyant épris de liberté et père de quatorze enfants que l’amour d’une femme et de l’humanité vont transfigurer.
 
Salim Bachi est un romancier né en 1971 à Alger. Il a grandi à Annaba dans l’Est algérien. Après un séjour d’un an à Paris en 1995, il y est revenu en 1997 pour y faire des études de lettres. Pensionnaire à l’Académie de France à Rome en 2005, il vit et travaille désormais à Paris1.
 
Jean BENGUIGUI
Un parfum d’orange amère .
Editions Fayard – ISBN 9782213685618-283 pages – 18 euros
C’est au balcon d’un appartement d’Oran que tout a commencé. Encore enfant, Jean Benguigui regarde passer les voitures des vedettes venues de Paris et, entre deux pitreries, rêve du monde des artistes. À l’âge de dix-sept ans, il est envoyé en France pour échapper à la guerre et à la pression montante de l’OAS. Jean rejoint la famille des acteurs qui, au premier ou au second plan, font les grandes heures de la scène et du cinéma français. Il fréquente Chéreau, de Broca, Deneuve, Noiret, Chabrol, Depardieu. Avec la « bande à Ruquier », il révèle une personnalité chaleureuse donnant la réplique aux hommes politiques et aux humoristes.
Dans ce livre, tout en tendresse, il revient sur les riches heures de sa vie, celles où son destin a basculé. Plus qu’une histoire, c’est une ode à l’amitié, à l’amour et à l’humour.
 
Jean Benguigui a mené sa carrière d’acteur en jouant au théâtre (Brecht, Feydeau ou plus récemment Labiche), tout en multipliant les rôles à la télévision et au cinéma : de Buffet froid de Blier au Grand Pardon d’Arcady.
 
 
Metin ARDITI
Juliette dans son bain
Editions Grasset – ISBN 9782246852582-378 pages – 20 euros
 
Kandiotis ! Kandiotis ! Kandiotis ! La France résonne du nom du richissime mécène Kandiotis, invité au journal télévisé de 20h pour annoncer le don à la France de deux tableaux, l’un de Picasso, l’autre de Braque, qui portent le même nom, Juliette dans son bain.
Est-il possible de bâtir une grande fortune sans se faire d'ennemis? Voilà la question à laquelle Ronald Kandiotis se voit confronté sitôt cette glorieuse annonce faite : sa fille Lara est enlevée ! Qui se cache derrière la mystérieuse « Association des Victimes » qui révèle au public par des messages successifs les turpitudes réelles ou supposées du milliardaire ?
En mêlant avec brio l'intrigue policière et la satire sociale, Metin Arditi dresse le portrait d'un homme ambigu, tiraillé entre le succès et l'isolement, le talent et l'ambition, le cynisme et l'humanité. Une grande vie, un grand personnage.
 
Né en Turquie, Metin Arditi vit à Genève. Il est l’auteur de nombreux romans : Victoria Hall (Pauvert, 2004, prix du Premier roman de Sablet), Le Turquetto (Actes Sud, 2011, lauréat de nombreux prix dont le Prix Jean Giono), La Confrérie des moines volants (Grasset, 2012
 
 
Paul AMAR
Blessures
Editions Tallendier - ISBN : 9791021006652- 288 pages - Prix- 18,90€
 
Connu et aimé du grand public pour avoir longtemps présenté le journal de 20 heures, Paul Amar ne s’était jamais confié. Pour la première fois, il raconte ici son enfance en Algérie, son adolescence à Lyon, et ses premiers pas dans le journalisme comme correspondant de guerre.
Éditorialiste politique écouté, célèbre animateur des soirées électorales et des grands débats de société, confident des artistes et des écrivains, Paul Amar aime donner la parole aux autres. Mais aujourd’hui, avec une sensibilité extrême, il dit sans détour son mal-être et son indignation face à la montée du racisme et de l’antisémitisme. Lui qui se définit comme un Français républicain, laïc et humaniste souffre d’être désigné ainsi que d’autres comme juif et s’interroge sur la vie politique française. Mêlant souvenirs et réflexions, on découvre, au fil des pages, un homme indigné, profondément blessé et inquiet pour l’avenir de son pays et de ses valeurs. Un témoignage saisissant
 
Paul Amar, né le 11 janvier 1950 à Constantine (Algérie)1, est un journaliste français. De 2007 à 2012, il a présenté Revu et corrigé chaque semaine sur France 5.
 
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -