Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour terminer l'hiver (par MBC) 20 mars 2015

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Miguel BONNEFOY
LE VOYAGE d’OCTAVIO
Editions Rivages- ISBN 9782743629410-124 pages-15 euros
 
Les tribulations épiques d'Octavio, un paysan analphabète vénézuélien qui va se réapproprier son passé et celui de son pays, grâce à Alberto Perezzo, un médecin de village, et surtout grâce à la belle Venezuela, qui va lui apprendre à écrire. Mais le destin voudra qu'il soit enrôlé par la bande de brigands "chevaleresques" du charismatique Guerrero, qui organisera un cambriolage précisément au domicile de sa bien-aimée Venezuela...
.
Une grande fable baroque sur le Venezuela, onirique et picaresque, autour de la figure d'un paysan analphabète qui se réapproprie sa propre Histoire : le premier roman de Miguel Bonnefoy, lauréat en 2013 du Prix du Jeune Ecrivain de langue française, qui a révélé des auteurs comme Marie Darrieussecq, Jean Baptiste Del Amo, Antoine Bello, etc.
 
*********
 
Alona KIMI
VICTOR et MICHA
Editions Gallimard - ISBN 9782070141432- 500 pages -25,90 euros
 
Victor et Macha ont seulement seize et dix-sept ans, mais ils en savent déjà long sur les vicissitudes de la vie. Après une enfance en Union soviétique, l’émigration en Israël au début des années soixante-dix leur fera connaître le goût amer d’une certaine adversité. Victor surtout souffre de la brutalité de ses nouveaux camarades, et trouve difficile de se faire une place dans cette société israélienne bousculée dans ses certitudes. Puis leurs parents meurent dans un accident de voiture, et avant que leur grand-mère Catherine puisse émigrer à son tour pour leur épargner les services sociaux, frère et sœur sont ballotés de kibboutz en internats.
Quand ils s’installent enfin tous les trois dans un appartement de la banlieue de Haïfa, Catherine a beaucoup de mal à se montrer à la hauteur et à donner de l’amour à ses petits-enfants. Macha, provocatrice et sûre d’elle, a d’autant plus d’ascendant sur son petit frère. Mais quand ce dernier se rapproche peu à peu de son camarade de classe Nimrod, un vrai «Sabra» qui le fascine, Macha réagit vivement. Trop vivement peut-être, et leur vie risque bien de basculer…
 
En s’attachant au destin de ces lointains cousins israéliens des célèbres Enfants terribles de Jean Cocteau, et en décrivant un pays sans cesse obligé de se réinventer, Alona Kimhi fait preuve d’un souffle romanesque tout à fait exceptionnel. Une nouvelle confirmation de son immense talent.
Alona Kimhi, star de la fiction israélienne née en Ukraine en 1966
 
*********
Yael HIRSCH
RESTER JUIF ?
Editions PERRIN – ISBN 9782262036669-370 pages – 22 ,90
 
Peut-on décider de ne plus être juif ? Et au delà, peut-on changer d'identité ? Une nouvelle réflexion d'envergure sur la "Question juive" au XXe siècle.
Peut-on choisir de ne plus être juif ? Telle est la question posée par cet essai à travers le parcours d'intellectuels emblématiques du xxe siècle, qui, bien que nés dans le judaïsme, à un moment de leur parcours, ont pensé faire le choix de se convertir au christianisme. Qu'il s'agisse d'Henri Bergson, de Simone Weil, de Jean-Marie Lustiger, de Max Jacob, ou d'Edith Stein, tous interrogent la fameuse « question juive ». Ces hommes et femmes, déchirés par leur double appartenance à la minorité juive et à la culture chrétienne, posent la question politique de la permanence du judaïsme malgré l'acquisition d'une autre foi, d'une autre culture et d'une autre nationalité.
Alors que le désir de créer son propre chemin est une impulsion qui résonne chez bon nombre de nos concitoyens, suivre les trajectoires atypiques de ces convertis permet d'appréhender la capacité d'une société à tolérer la différence et la possibilité pour chaque individu de choisir sa propre identité. En ce sens, la réflexion qu'offre cet essai novateur, original et profond, est universelle.
 
Docteur en sciences politiques, enseignante à Sciences-Po Paris, Yaël Hirsch a soutenu sa thèse sur la question de la conversion des juifs au christianisme.
 
*********
 
Farid ABDELKRIM
POURQUOI J’AI CESSE D’ETRE ISLAMISTE
Editions : Les points sur les i –ISBN 9782359301410-260 pages – 18,90 euros –
 
« En cherchant Dieu, à travers l’islam, j’avais fini par trouver l’islamisme. Et cet islamisme, le mien, ici, en France, ne m’a pas conduit à Dieu. Il m’en a éloigné et m’a éloigné de moi-même ». Pourquoi un gamin sans histoire, brillant écolier a-t-il fini par perdre pied ? Est-ce le décès précoce de son père qui va l’enfermer dans la spirale de la délinquance ? La mort tragique d’un jeune de son quartier l’a-t-elle poussé à devenir islamiste ? Éviter les raccourcis, voilà ce à quoi nous invite Farid Abdelkrim en retraçant son itinéraire riche d’enseignements.
 
Dans ce livre, cet homme désormais libre nous offre un regard inattendu, plein de fraîcheur et sans concession sur notre société. Au fil des pages se déclinent les raisons qui vont amener un adolescent en quête de sens et d’identité à devenir un zélateur acharné. Sont dépeintes quelques-unes des phases qui vont conduire un enfant de la République à devenir apatride. Et en décortiquant les méandres, mais aussi la structure et le modus operandi de l’organisation islamiste des Frères musulmans à laquelle il a appartenu durant plus d’une quinzaine d’années, l’auteur nous raconte pourquoi et comment il va finir par en sortir. Une sortie vers la lumière suivie de ce cri d’espoir salvateur.
 
« Non, raisonnablement, je ne crois plus que Dieu m’ait confié la mission d’annoncer au monde entier que je suis le meilleur sous le seul prétexte que je serais dépositaire de sa religion. Il me semble plutôt que ses enseignements sont une invitation à partager, à condition de les incarner sciemment, des valeurs universelles qui respirent l’incitation à devenir meilleur. Les enseignements qui ressortent de ma lecture de l’islam m’intiment également le devoir de fournir les garanties en actes que ce dont je suis porteur ne constitue en rien une menace pour autrui, pour son intégrité, pour sa liberté, pour ses convictions… Telle est ma façon de me dire et d’être croyant désormais ».
 
Un livre sans précédent, incontournable et haletant.
Farid Abdelkrim est mon nom... 47 ans, c'est mon âge... Nantes est la ville où je suis né et où je réside... L'Algérie est le pays d'où sont originaires mes parents... Auteur, humoriste et réalisateur sont les activités que j'exerce... Et «Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste : itinéraire au coeur de l'islam de France» est le livre que je viens d'écrire.
 
*********
 
Stuart NADLER
Un été à Bluepoint
Traduit de l américain par Bernard Cohen
Editions Albin Michel – ISBN 9782226314574-423 pages – 22,90 euros
 
Arthur Wise est devenu en peu de temps l’un des plus puissants avocats des États-Unis. Fort de cette ascension fulgurante, il s’offre une maison à Bluepoint, non loin de Cape Cod, à proximité de celle de son associé, Robert Ashley.
C’est là, durant l’été 1952, que Hilton, son fils de dix-sept ans, se lie d’amitié avec Lem Dawson, le « boy de couleur » chargé de l’entretien des lieux et du courrier. Bien que sensible à la discrimination – les Wise sont juifs –, son père voit d’un mauvais œil cette complicité. Mais ce même été, lorsque l’adolescent tombe amoureux de Savannah, la nièce de Lem, il ne sait pas encore que l’innocente idylle va tourner au drame, lui révélant la face cachée de son père et signant pour ainsi dire l’arrêt de mort de Lem.
Des années plus tard, hanté par le souvenir de la jeune fille qu’il n’a jamais oubliée, Hilly part à sa recherche. Mais la culpabilité et les bonnes intentions peuvent-elles racheter le passé ?
Après un recueil de nouvelles très remarqué, Le livre de la vie, Stuart Nadler retrace un demi-siècle d’Histoire américaine dans ce premier roman qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère Gatsby le magnifique et sa promesse du rêve américain.
« Un ambitieux premier roman qui parle de réussite sociale et d’argent, de différences de classe, de race ou de religion, mais avant tout de la jeunesse, la trahison et les regrets. » Stewart O’Nan
Diplômé de l'Université de l'Iowa, Stuart Nadler a été distingué en 2012 par la National Book Foundation comme l'un des cinq meilleurs jeunes auteurs de moins de 35 ans. Lauréat du prestigieux Truman Capote Fellowship, il enseigne la littérature à l'Université du Wisconsin. Son recueil de nouvelles, Le livre de la vie, a été publié aux Éditions Albin Michel en 2013 et salué par la presse
 
 
*********
 
Muriel BARBERY
LA VIE DES ELFES
Editions Gallimard- ISBN 9782070148325- 300 pages – 19,50 euros
 
Quoi de commun entre la petite Maria, qui vit dans un village reculé de Bourgogne, et une autre fillette, Clara qui, à la même époque, après avoir grandi dans les Abruzzes, est envoyée à Rome afin d'y développer un don prodigieux pour la musique ? Peu de choses, apparemment. Pourtant, il existe entre elles un lien secret : chacune, par des biais différents, est en contact avec le monde des elfes, monde de l'art, de l'invention, du mystère, mais aussi de l'osmose avec la nature, qui procure à la vie des hommes sa profondeur et sa beauté. Or une grave menace, venue d'un elfe dévoyé, pèse sur l'espèce humaine, et seules Maria et Clara sont en mesure, par leurs dons conjugués, de déjouer ses plans. Les deux fillettes, une fois réunies, auront à mener un long combat.
Muriel Barbery, née le 28 mai 1969 à Casablanca, est une romancière française.
 
*********
 
 
Peter STJERNSTROM
LE MEILLEUR LIVRE DU MONDE
Le Meilleur Livre du monde
Traducteur : Emmanuel CURTIL
Collection Romans Cherche midi   -ISBN : 978-2-7491-3362-1 – 405 pages -21 €
 
Titus Jensen est un écrivain stockholmois en pleine crise existentielle. Nostalgique de sa période de gloire passée, alcoolique, le voici aujourd'hui réduit à devoir faire le pitre sur scène pour amuser la galerie à ses dépens, au cours de lectures qui servent d'ouverture aux performances de son ami Eddie X, poète en vogue. Lors d'une conversation avec ce dernier, Titus a l'idée d'écrire le bestseller ultime : un livre qui pourrait être numéro un des ventes dans chacune des catégories, puisqu'il serait à la fois roman policier, essai d'histoire de l'art, livre de recettes, guide de bien-être, etc. Astra, son éditrice, ne lui donne le feu vert qu'à deux conditions : l'assiduité et la sobriété absolues. Titus se lance donc dans l'écriture du Meilleur livre du monde, mais commence à soupçonner son ami Eddie X de lui avoir volé l'idée et d'être en train d'essayer de le prendre de vitesse. Un concept de génie, un livre qui assurerait argent, gloire et immortalité : l'enjeu est en effet séduisant. Mais dans la lutte qui s'engage entre les deux amis, il ne pourra y avoir qu'un seul vainqueur...
 
Ce « meilleur livre du monde », foisonnant, truffé d'humour acerbe et d'autodérision, est un roman extrêmement divertissant. Peter Stjernström y manipule son lecteur d'une main de maître. Dressant un tableau impitoyable et féroce de la vie quotidienne suédoise, il fait également un portrait saisissant du nombrilisme et du cynisme du monde de l'édition. Surtout, ce jeune écrivain débordant de talent a créé avec Titus un antihéros qui restera dans toutes les mémoires.
 
Peter Stjernström a été trader dans les années 1980. Dégoûté par son métier, il reprend des études de lettres dans les années 1990 puis devient rédacteur publicitaire. Il crée ensuite une agence de communication et se lance dans l’écriture. Le Meilleur Livre du monde est son premier roman publié en France.
 
*********
 
Déborah Lévy-BERTHERAT
Les Fiancés
Editions Rivages –ISBN 9782743631765-222 pages – 18 euros
 
Une année particulière commence pour Hélène, quand elle s'installe à Paris pour étudier l'archéologie. Elle est logée par son grand-oncle Daniel, un vieux globe-trotter excentrique qu'elle n'apprécie guère. Il est l'auteur, sous le pseudonyme de H.R. Sanders, de La Marque noire, une série de romans d'aventures qu'elle n'a même pas lus. Son ami Guillaume, fanatique de cette série, l'initie à sa passion. Mais pour Hélène le jeu des lectures ouvre un gouffre vertigineux. Elle découvre en Daniel un homme blessé, écartelé entre deux identités et captif d'un amour impossible. Elle exhume de lourds secrets de famille remontant aux heures sombres de l'Occupation. Pendant ce temps, les lecteurs de H.R. Sanders attendent le vingt-quatrième volume de la série, dont les rumeurs prétendent qu'il sera le dernier. En explorant avec finesse les blessures d'une mémoire tentée par le vertige de l'imaginaire, Déborah Lévy-Bertherat rend ici hommage aux sortilèges ambigus de la fiction.
 
Déborah Lévy-Bertherat vit à Paris où elle enseigne la littérature comparée à l'Ecole normale supérieure. Elle a traduit Un héros de notre temps de Lermontov et Nouvelles de Pétersbourg de Gogol. Les Voyages de Daniel Ascher est son premier roman.
 
*********
Sylvain TESSON
BEREZINA
Editions Guérin -9782352210894-200 pages -19,50 euros
 
En octobre 1812, littéralement piégé dans Moscou en flammes, Napoléon replie la Grande Armée vers la France. Commence la retraite de Russie, l’une des plus tragiques épopées de histoire humaine. La retraite est une course à la mort, une marche des fous, une échappée d’enfer.
 
Deux cents ans plus tard, je décide de répéter l’itinéraire de l’armée agonisante, de ces cavaliers désarçonnés, de ces fantassins squelettiques, de ces hommes à plumets qui avaient préjugé de l’invincibilité de l’Aigle. Le géographe Cédric Gras, le photographe Thomas Goisque et deux amis russes, Vassili et Vitaly, sont de la partie. Pour l’aventure, nous enfourchons des side-cars soviétiques de marque Oural. Au long de quatre mille kilomètres, en plein hiver, nous allons dérouler le fil de la mémoire entre Moscou et Paris où Lempereur arrivera le 15 XII 1812, laissant derrière lui son armée en lambeaux.
 
Le jour, les mains luisantes de cambouis, nous lisons les Mémoires du général de Caulaincourt. Le soir, nous nous assommons de vodka pour éloigner les fantômes.
 
Napoléon était-il un antéchrist qui précipita l’Europe dans l’abime ou bien un visionnaire génial dont le seul tort fut de croire qu’il suffisait de vouloir pour triompher et que les contingences se pliaient toujours aux rêves?
 
Mais très vite, nous devons abandonner ces questions méta- physiques car un cylindre vient de rendre l’âme, la nuit tombe sur la Biélorussie et trois foutus camions polonais sont déjà en travers de la route.
 
Ce livre fait partie des 5 finalistes du prix RTL-Lire 2015.
 
Sylvain Tesson est un écrivain et voyageur français né le 26 avril 1972 à Paris.
 
*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -