Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour cet été indien (MB 11 Novembre 2015)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Regis DEBRAY
Madame H.
Edition : Gallimard
 ISBN : 978-2-07-010803-9-158 pages – 14 euros
 
«Madame H. nous a quittés. Nous voilà veufs. Et s’il n’y avait pas de quoi pleurer?
H. ou l’Histoire avec une majuscule. Notre haschich officiel, depuis des lustres, en France, où la consommation a toujours été plus élevée qu’ailleurs.
Le stupéfiant Histoire, avatar halluciné de l’Histoire sainte, nous a légué autant de héros que de tyrans, de défricheurs que de fossoyeurs.
La fin récente de l’ère chrétienne et progressiste ne nous oblige-t-elle pas à reconsidérer nos rapports avec cette grande puissance d’enthousiasme et d'illusion?
Dans ce récit fantasque à la première personne, où le drolatique le dispute au sérieux, le lecteur pourra trouver à la fois le compte rendu d’une désintoxication et l’esquisse d’un mode d’emploi : comment sortir de l’Histoire sans broyer du noir? Comment changer de civilisation sans verser dans une nouvelle barbarie?
Pour substituer, autant que faire se peut, à une espérance sans gaieté – la perpétuelle attente du Jour des récompenses – quelque chose comme une gaieté sans espérance, un meilleur usage du monde.»
 
Régis Debray, né le 2 septembre 1940 à Paris, est un écrivain, haut fonctionnaire et universitaire français. Dans le domaine des sciences de l'information, il a créé et développé le domaine de la médiologie
 
Edouardo HALFON
Monastère
Editions quai Voltaire
ISBN : 978-2-7103-7083-3-154 pages -16 euros
 
Épuisé par quinze heures de vol, en manque de sommeil et de nicotine, Eduardo attend ses bagages aux côtés de son frère, à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv. Les deux hommes sont venus du Guatemala assister au mariage de leur soeur cadette avec un Juif orthodoxe originaire de Brooklyn, et la perspective ne les réjouit ni l'un ni l'autre. Car si certains se rendent en Israël pour se rapprocher de la Terre promise, Eduardo n'a fait le voyage que par devoir familial. La visite de Jérusalem, et en particulier du centre hassidique que fréquentent sa soeur et son futur époux, provoque en lui un malaise croissant. Les jours passent, sous une torpeur étouffante, jusqu'à ce matin où la sensuelle et impulsive Tamara, une Israélienne rencontrée dans un bar d'Antigua Guatemala des années plus tôt, le contraint, le temps d'une excursion au bord de la mer Morte, à affronter les fantômes de son histoire familiale, ces légendes que transportent avec eux les survivants.
 
Et du même auteur chez le même éditeur
 
Le boxeur polonais
ISBN : 978-2-7103-7561-6-69 pages -7,50 euros
 
Un enfant est fasciné par les cinq chiffres tatoués à l'encre verte que son grand-père, né à Lódz, en Pologne, porte sur son avant-bras gauche. Le vieillard explique qu'il s'agit de son numéro de téléphone... reproduit là pour ne pas l'oublier. Le mystère, jamais abordé en famille, reste entier jusqu'à un après-midi pluvieux, quand le grand-père raconte à son petit-fils comment il a survécu dans le camp d'Auschwitz. Mais faut-il croire à ce récit? Est-il unique? Et où se situe la frontière entre réalité et littérature?
 
Comme
 
La pirouette 
ISBN : 978-2-7103-6974-5-173 pages -17 euros
 
Au détour d'une escapade romantique dans la ville baroque d'Antigua, Eduardo et Lia, jeune couple de Guatémaltèques cultivés et assoiffés d'ailleurs, font la connaissance de Milan Raki, un pianiste serbe surdoué que la carrière a entraîné de l'autre côté de l'Atlantique. Pour Eduardo, le professeur d'université bien arrimé à sa propre existence, cette rencontre produit l'effet d'une déflagration. Pendant deux jours, à copieux renforts de bière et de références aux plus grands jazzmen américains, Milan, l'éternel apatride, déchiré entre l'identité serbe de sa mère et l'identité tsigane de son père, et Eduardo, l'enfant d'un rescapé d'Auschwitz, tissent une amitié qui ne connaîtra pas de frontières. De retour à sa vie quotidienne, Eduardo ne parvient pas à se détacher du souvenir de son fugace ami. Et pour cause : celui-ci lui envoie régulièrement, des différents endroits où le mène sa tournée, des cartes postales énigmatiques dans lesquelles il lui confie des bribes de l'histoire du jazz manouche, des considérations sur l'existence... Le jour où il reçoit ce qu'il perçoit comme une carte d'adieu, Eduardo n'hésite pas longtemps avant de se décider à partir pour Belgrade, à la recherche du demi-gitan demi-fou et de sa dernière «pirouette». Au cœur de la farouche communauté tsigane, de quartiers reclus en bistrots enfumés, de trottoirs douteux en baraques de fortune, Eduardo enquête sur la destinée de Milan, et, en même temps, sur les origines et traditions d'une civilisation aussi fascinante qu'incomprise.
 
Ainsi que
 
Signor Hoffman
ISBN : 978-2-7103-76163-180 pages – 16 euros
 
Un écrivain se rend en Italie, invité à évoquer la mémoire de son grand-père, rescapé d'Auschwitz. On le retrouve en route pour une plage de sable noir du Pacifique, puis sur le sable blanc de l'Atlantique ou encore sur le haut plateau guatémaltèque, au cœur d'une plantation de caféiers qui a survécu à l'exploitation capitaliste et à la violence de son pays : dans l'équilibre naturel retrouvé, les oiseaux sont revenus.
Chacune des nouvelles de ce recueil se déroule entre deux pôles, de señor Halfon à signor Hoffman. Entre un air de jazz entendu un soir à Harlem et la noire ironie d'un chant de déportés, la musique des mots célèbre tout à la fois la grande misère des hommes et leur folle aptitude à survivre.
 
Né à Guatemala en 1971  Eduardo Halfon est un écrivain.
En 1981, il déménage aux États-Unis avec sa famille et étudie au département de génie industriel de l'Université d'État de Caroline du Nord.
Après avoir obtenu son diplôme, il retourne au Guatemala pour enseigner la littérature à l'Université Francisco Marroquin pendant huit ans.
En 2007, il a été nommé l’un des meilleurs jeunes écrivains latino-américains du Hay Festival de Bogota. Il a été invité en résidence en 2010 à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire. Halfon vit aujourd'hui dans le Nebraska.
 
Edgar KOSMA – Pierre LEGRENIER
Le belge parle aux français
Editions Delcourt
ISBN : 978-2-7560-7337-8-100 pages –
 
Le troisième album du Belge intitulé Le Belge parle aux Français paraît le 12 novembre 2014 aux éditions Delcourt et sera disponible dans toutes les bonnes et mauvaises librairies en Belgique, France, Suisse, Canada…
Nos amis français nous demandent souvent en quoi consiste la spécificité du Belge. Pour simplifier sans généraliser, disons que le Belge est grosso modo comme un Français. Mais en plus belge. Ou en moins français. Tout dépend du point de vue.
Sous l’œil forcément décalé, absurde et poétique des auteurs, le fil rouge de ce livre abordera les relations ambiguës mais surtout amicales, ainsi que les différences et similitudes de ces deux peuples, tantôt fiers, tantôt bonhommes, que sont respectivement les Français et les Belges. Un épisode noir-jaune-rouge saupoudré de bleu-blanc-rouge à glisser sous le sapin !
 
Né à Namur en 1979, Edgar Kosma est un auteur belge qui vit et travaille à Bruxelles depuis 1998. Il est l'auteur de romans, nouvelles et est aussi le scénariste de la série BD "Le Belge", dont trois tomes sont déjà parus aux éditions Delcourt. Il  a publié son premier roman Éternels instants (Grand Miroir) et est cofondateur de Onlit Editions, structure éditoriale numérique.
 
Pierre Lecrenier a fondé La petite usine, studio de graphisme et de design et a cofondé Tête à Tête, structure d’édition de BD indépendante
 
Mgr Pierre d’ORNELLAS –Jean François BENSAHEL
Juifs et chrétiens, frères à l’évidence-La paix des religions
Editions Odile Jacob
ISBN : 978-2-7381-3354-0- 283 pages – 23,90 euros
 
Le 28 octobre 1965, l’Église catholique opérait une véritable révolution. Par la déclaration Nostra Aetate, elle affirmait avec force le lien de parenté entre les chrétiens et le peuple juif. Une telle affirmation venait bouleverser deux mille ans de défiance judéo-chrétienne et inaugurer, après le temps du mépris, celui de l’estime.
Alors que l’Église s’est jadis considérée, à tort, comme le « vrai Israël », revendiquant une sorte de monopole de la révélation divine, elle ne cesse depuis cinquante ans d’insister sur son héritage juif. C’est sur le sens et sur les promesses de cette amitié retrouvée que s’entretiennent Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, et Jean-François Bensahel, président de l’Union libérale israélite de France. Ils ne cherchent pas à réduire les différences ni à gommer les particularités. Mais, soucieux de mettre en œuvre l’« altérité du dedans » qui les réunit, ils dialoguent en frères jumeaux.
Aujourd’hui, nombre de conflits semblent obéir à des raisons religieuses, et le monde paraît submergé par les fondamentalismes. Faut-il les laisser gangrener l’humanité ou, au contraire, chercher à promouvoir l’entente et le dialogue ? La rencontre entre Jean-François Bensahel et Mgr d’Ornellas est capitale. Bien plus qu’une simple discussion, elle est traversée d’une évidente urgence : christianisme et judaïsme forgent ensemble une arche de paix pour tous les hommes et l’expression sereine de leur diversité. Plus qu’un vœu pieux, un programme quasi politique.
 
Mgr Pierre d’Ornellas est archevêque de Rennes depuis 2007 et président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat depuis 2011. Il fut, de 1997 à 2006, évêque auxiliaire de Paris.
Jean-François Bensahel est président de l’Union libérale israélite de France-synagogue de la rue Copernic.
 
Martine GARREAU
La vie amoureuse des seniors sur le net
Editions : La boite à PANDORE
ISBN : 978-2-8755-7193-9-235 pages -16,90 euros
 
Liliane, 61 ans, est une vraie "fleur bleue" et une douce farfelue. Redevenue célibataire sur le tard, elle choisit le site "Meet me" pour dénicher l'homme de sa vie, la soixantaine passée ! Martine, son amie et auteur de ce livre, 65 ans, a elle aussi sauté le pas et s'est lancée en quête de la perle parfaite sur divers sites de rencontre. Aujourd'hui, le "troisième âge" est bien plus actif sur Internet et sur les réseaux sociaux qu'on ne le pense ! Il utilise à bon escient les sites où l'amour semble être offert sur un plateau d'argent.
Dans ce livre, Martine nous parle de son cercle d'amis "addict" à ces rencontres virtuelles qui pimentent leur quotidien de pensionnés actifs. Outre la compilation de témoignages plus étonnants les uns que les autres, ce livre laisse aussi la place à une réflexion très actuelle : les papys et mamys d'aujourd'hui sont encore très jeunes et veulent le rester !
 
Martine est une abominable "prof" à la retraite. Parisienne qui a enseigné au lycée la Folie Saint-James à Neuilly-sur-Seine jusqu'en 2003, elle vit aujourd'hui en Haute-Normandie, dans sa propriété, entourée de nombreux animaux. Elle occupe ses journées entre écriture, nature et gestion de sa "petite ferme".
 
DU GENOCIDE DES ARMENIENS A LA SHOAH - Typologie des massacres du XX siècle
Sous la direction de Gérard DEDEYAN et Carol IANCU
Editions : Privat –
ISBN : 978-2-7089-6955-1 -640 pages -24,90 euros
 
Unique publication de cette ampleur en langue française sur le sujet, cet ouvrage établit un pont entre le génocide des Arméniens (1915) et la Shoah (1939-1945). À travers les étapes et les spécificités de l’anéantissement des populations concernées, les principaux thèmes- approches comparatives, témoignages, histoire et mémoire, négationnisme et enseignement – sont traités dans une perspective pluridisciplinaire. Par la variété et la richesse des études rassemblées, ce livre propose un éclairage nouveau pour la compréhension du phénomène génocidaire, qui se retrouve au cœur de l’histoire du XXe, débordant même sur le XXIe, et75qui concerne toute l’humanité.
Dirigé par les professeurs Gérard Dédéyan et Carol Iancu, cet ouvrage réunit des auteurs enseignants et chercheurs représentants des universités et des institutions scientifiques et culturelles de dix pays différents. Du génocide des Arméniens à la Shoah apporte une contribution significative au soixante-dixième anniversaire de la libération d’Auschwitz et autres camps nazis, et au centième anniversaire du génocide des Arméniens.
 
TEMOIGNER
Entre histoire et mémoire
Revue internationale de la fondation Auschwitz
Editions Kimé
ISBN : 978-2-8417-4725-2- 219 pages – 18 euros
 
La Fondation Auschwitz et la Mémoire d'Auschwitz ASBL publient trois fois par an leur revue (qui existe depuis 25 ans). Celle-ci diffuse ainsi l’actualité de la recherche pluridisciplinaire sur les camps nazis et le génocide des Juifs et des Tsiganes. Elle a su s’ouvrir aux débats les plus actuels concernant les enjeux de mémoire et d’histoire.
 
Devant l’intérêt grandissant pour les questions mémorielles, au croisement de nombreuses disciplines, de l’histoire à la littérature et aux arts, de la sociologie aux sciences politiques, et devant la demande tout aussi grandissante venant du public, nous avons décidé lors de la parution du numéro 100 de donner à notre revue un nouveau départ. Par là même elle entend pallier l’absence d’une publication qui traite autant des questions de mémoire que des questions d’histoire sans les dresser l’une contre l’autre.
Sans abandonner leurs missions premières et fortes de leur expérience comme du savoir acquis, la Fondation Auschwitz et la Mémoire d'Auschwitz ASBL se donnent aujourd’hui pour tâche d’ouvrir leur champ de recherche aux problématiques des violences de masses dans le long terme historique.
Se gardant de tout anachronisme, elles se proposent de revisiter de façon critique à la fois le passé et le présent de notre modernité et d’un siècle durant lequel se sont accomplis des guerres, des violences politiques à grande échelle et des massacres de masses – des génocides aux purifications ethniques – dans lesquels la responsabilité des États est impliquée directement ou indirectement.
Avec Témoigner entre histoire et mémoire, elles tiennent à impulser le mouvement d’une relecture critique de ces problématiques sur les plans à la fois historiographique et mémoriel. C’est un nouvel éclairage de notre histoire contemporaine qu’elles proposent.
Le nouveau format de notre revue Témoigner entre histoire et mémoire a débuté avec le numéro 117. Il s'agit d'un format comportant pour moitié une section académique (dossier thématique et varia) et pour moitié une section culturelle traitant de l'actualité culturelle de la mémoire et du témoignage. Celle-ci est composée de chroniques, de rubriques, d'un agenda et d'un portfolio.
Numero 121 : Les violences extrêmes se montrent. Elles crèvent les écrans. Elles surfent d’un style et d’un support à l’autre : reportages d’actualité, documentaires, fictions, arts en tous genres. Pourtant le théâtre se distingue de cette curée, tout en revenant sans cesse sur le sujet. Autrement. Lié, dès ses origines, à la représentation de la cruauté et ayant « miraculeusement » échappé aux polémiques souvent stériles sur l’interdit ou non... de la représentation de la Shoah, c’est toujours avec la même jeunesse qu’il s’intéresse aux violences extrêmes et y entretient sans relâche l’articulation de l’éthique et de l’esthétique.
 
Benjamin FONDANE. Entre philosophie et littérature
Textes réunis par Monique Jutrin
Editions Parole et Silence
ISBN : 978-2-8891-8556-6- 245 pages – 22 euros
 
Benjamin Fondane avait songé à réunir ses articles en volume, ainsi qu’il le rappelle dans son testament littéraire de Drancy. Aussi, en rassemblant ces textes épars, auxquels sont joints des inédits, nous avons la sensation de réaliser un vœu de l’auteur.
Si ces écrits des années vingt et trente peuvent intéresser le lecteur d’aujourd’hui, c’est que Fondane y a pris position dans les grands débats de son époque, tant littéraires et philosophiques qu’idéologiques : à propos de Dada et du surréalisme, du marxisme, de la psychanalyse, des liens entre poésie et métaphysique, de la lecture de Rimbaud ou de Lautréamont, pour ne citer que quelques sujets.
Un grand nombre d’articles qui se présentent comme des comptes rendus sont en réalité des textes polémiques où Fondane se mesure à un auteur ou à une idée. Dès l’abord, nous sentons qu’il traque quelque chose, qu’il est à l’affût, et son diagnostic est souvent implacable. Il en veut à ceux qui désirent conclure à tout prix et prétendent résoudre les contradictions, et pourfend ceux qui tentent de mesurer l’art à l’aide de schémas grossiers, le soupesant à l’aide de systèmes établis. Il s’agit toujours d’une lecture profondément engagée, souvent aimantée souterrainement par la pensée de Léon Chestov.
Fondane suit les consignes de Nietzsche, pour qui l’art de la lecture réside dans la faculté de ruminer : transformer, pour s’en nourrir, le texte d’autrui et en faire son propre matériau. En refermant ce livre, le lecteur reste impressionné par le vaste champ de connaissances de l’auteur dans des domaines aussi divers. Mais avant tout s’inscrivent en lui la voix de ce lecteur singulier, à qui rien n’est indifférent, le regard incisif de celui à qui rien n’échappe.
 
Benjamin Fondane, né le 14 novembre 1898 à Iași en Roumanie et mort le 2 ou le 3 octobre 1944 dans une chambre à gaz du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, est un philosophe, poète, dramaturge, essayiste, critique littéraire, réalisateur de cinéma et traducteur juif roumain, naturalisé français en 1938, principalement d'expression française.
 
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -