Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Douillet au coin du feu 1 (12 février 2016)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Champion du monde de billes à Saint-Ouen -D'un CAP d'ajusteur à Canal+
Par Albert Mathieu - Préface d’Hervé Chabelier - Editions du Cherche Midi
382 pages - 18,50 euros - ISBN 978-2-7491-4370-5
 
Une scolarité désinvolte m’a conduit à passer un CAP d’ajusteur et, dans la foulée, je fus convié dans les djebels de la guerre d’Algérie. Ces années-là, j’ai compris que chaque être humain est riche, dépositaire sans trop le savoir de dons à l’état embryonnaire. Percevoir l’autre est important, vital, et savoir cueillir les nourritures offertes nous apprend à grandir. Ainsi et contre toute prévision, je suis devenu un homme de médias.
 
De Radio Monte-Carlo à Canal + ou ailleurs, des rencontres ont constitué mes chances. Elles m’ont permis de marcher en goûtant la joie de bien faire, d’évoluer. Georges Brassens, Coluche, Lino Ventura, Michel Rocard, André Rousselet, Pierre Lescure et tant d’autres… phares de moments rares, guides pour réaliser mes rêves, vous m’avez enseigné à regarder la vie avec de bonnes lunettes. Et elle est toujours en couleurs, cette vie !
 
 
Celle que vous croyez
Par Camille Laurens - Editions Gallimard
192 pages - 17,50 euros - ISBN 978-2-07-013487-0
 
Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook : vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n’est pas la vôtre, hélas. C’est pourtant de ce double fictif que Christophe – pseudo KissChris – va tomber amoureux.
En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d’une femme qui ne veut pas renoncer au désir.
 
Camille Laurens, de son vrai nom Laurence Ruel-Mézières, est une romancière française.
Agrégée de lettres, elle a enseigné à Rouen, en Normandie, puis, à partir de 1984, au Maroc, où elle a passé douze ans.
Elle a été nommée officier dans l'ordre des Arts et des Lettres en 2006.
Son premier livre, "Index" est publié en 1991 aux éditions POL. Il ouvre une tétralogie, dont les autres parties sont : "Romance" (1992), "Les Travaux d'Hercule" (1994) et "L'Avenir" (1998).
Entre le troisième et le quatrième volet, survient le drame personnel qu'elle a vécu en 1995, avec la mort de son nouvel enfant. Cette douleur sera à l'origine de "Philippe" (1996).
En 2000, avec "Dans ces bras-là", elle obtient le prix Femina.
 
 
Et chez le même éditeur
 
Terreur dans l’Hexagone ; Genèse du djihad français
Par Gilles Kepel avec Antoine Jardin -
340 pages - 21 euros - ISBN 978-2-07-0105625-5
 
Pendant les dix ans qui séparent les émeutes de l’automne 2005 des attentats de 2015 contre Charlie Hebdo puis le Bataclan, la France voit se creuser de nouvelles lignes de faille. La jeunesse issue de l’immigration postcoloniale en constitue le principal enjeu symbolique.
Celle-ci contribue à la victoire de François Hollande aux élections de 2012. Mais la marginalisation économique, sociale et politique, entre autres facteurs, pousse certains à rechercher un modèle d’«islam intégral» inspiré du salafisme et à se projeter dans une «djihadoshère» qui veut détruire l’Occident «mécréant».
Le changement de génération de l’islam de France et les transformations de l’idéologie du djihadisme sous l’influence des réseaux sociaux produisent le creuset d’où sortiront les Français exaltés par le champ de bataille syro-irakien. En 2015, plus de huit cents d’entre eux le rejoignent et plus de cent trente y trouvent la mort, sans compter ceux qui perpètrent leurs attentats en France.
Dans le même temps, la montée en puissance de l’extrême droite et les succès électoraux du Front national renforcent la polarisation de la société, dont les fondements sont aujourd’hui menacés de manière inédite par ceux qui veulent déclencher, dans la terreur et la désolation, la guerre civile.
C’est à dénouer les fils de ce drame qu’est consacré ce livre.
 
Gilles Kepel est un politologue français, spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain. Il est professeur des universités
Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po.
 
 
Une vie pour l’impossible
Par Christine Jordis - Editions Folio
448 pages - ISBN 978-2-07-046357-2
 
Il s'agit d'une histoire vraie. Celle d'un homme qui, dans les années vingt, commença sa vie d'aventurier en Syrie, dans le désert du Djebel Druze, pour manquer de la finir, quelque cinquante ans plus tard, dans un autre désert, de glace celui-là, au pôle Nord, sur la banquise.
Entre-temps il exerça le métier de banquier, de journaliste, d'industriel, de commerçant – autant de rôles qui ne le contentaient pas.
Que cherchait-il vraiment? Une vie plus intense? Un horizon plus vaste? Trouver la liberté?
Il fut un guerrier, héros de la bataille du mont Cassin, à la tête de la seule unité qui cassa la position allemande. Un voyageur qui toujours prit le large pour mieux entendre la voix qu'il portait en lui. Mais aussi un homme d'affaires avisé qui sut compter et calculer. Puis un saint qui, à soixante ans passés, ayant tout donné de ses biens, s'en alla vivre au Pôle parmi les Eskimos inuits.
Son étrange destin lui réservait d'autres aventures, d'autres amours encore...
En puisant dans lettres, articles, carnets et documents personnels, ce livre raconte une vie à hauts risques : celle d'un homme qui voulut s'évader de la société et de ses pièges pour mieux se rendre libre.
 
Christine Jordis est un écrivain, journaliste et éditrice française, spécialiste de ... 2014 (Prix SGDL de l'essai)
 
 
Modernités juives et laïcités
Par Simon Wuhl - Editions Le Bord de l’Eau
238 pages - 21 euros - ISBN 978-2-356-87415-3
 
Depuis les années 2000, les Juifs en France sont soumis à un double défi existentiel : d’ordre physique, comme cibles désignées d’un terrorisme « islamique » de plus en plus meurtrier, et d’ordre moral, avec un sentiment de solitude dans l’épreuve au sein du monde social de ce pays.
L’engagement indéniable des autorités de l’Etat dans la lutte contre tous les racismes est-il suffisant pour contrecarrer le malaise, et même le désarroi qui grandit au sein du monde juif dans toutes ses composantes ?
La modernité juive a généré deux grandes traditions politiques sur les rapports entre diasporas juives et Etats-nation de résidence : la première, sous l’impulsion de Moses Mendelssohn au XVIIIe siècle, se développait autour de l’idée de séparation de l’espace religieux et de l’espace civique ; la seconde, popularisée à la fin du XIXe siècle en Europe orientale par l’historien et penseur politique Simon Doubnov, militait en faveur d’une émancipation des Juifs sur deux plans solidairement, de l’égalité socio-politique et de la préservation de l’identité culturelle. Simon Wuhl met au jour l’influence de ces traditions comme références pour les principales diasporas juives occidentales dans leur rapport à l’intégration au sein des Etats-nation.
Le livre s’articule autour d’une double démarche : l’analyse des conceptions politiques de chacune des traditions de la modernité juive, d’une part ; l’histoire comparée des relations d’intégration des diasporas juives en France et aux Etats-Unis, d’autre part. L’auteur en déduit des réflexions stimulantes concernant la question laïque qui vont bien au-delà de la France contemporaine.
Simon Wuhl est un sociologue français. Après des études approfondies en sciences physiques, il s’est orienté vers les sciences sociales, en obtenant une habilitation à diriger des recherches universitaires en 1994

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -