Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Douillet au coin du feu 3 (12 février 2016)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Par Georges Brandstatter - Préface de Jacques Fijalkow - Editions Ouest-France
350 pages - ISBN 978-2-7373-6763-2
 
Cet ouvrage regroupe les témoignages, classés par pays, de combattants (hommes et femmes) Juifs lors de la Seconde Guerre mondiale.Ils expliquent les raisons de leur engagement et témoignent de ce qu’ils ont vécu pendant la guerre. Les juifs d’Europe ont dû faire face à une véritable tragédie sans précédent dans l’histoire de l’humanité pendant les années 1940-45, c'est-à-dire, voués à l’anéantissement, à la  disparition.Il est important de sauvegarder la mémoire, par les témoignages individuels qui deviennent une mémoire collective, d’un  aspect moins connu de la Shoah, celui de l’engagement de juifs de toutes tendances politiques ou philosophiques, dans le combat pour leur survie. Georges Brandstatter a patiemment recueilli, de 1998 à 2004, les témoignages oraux de 50 personnes francophones vivant en France, en Belgique et en Israël. 
 
Georges Brandstatter a été caché pendant la guerre dans une famille chrétienne dans le village d'Andoins, où il fut enfant de cœur dans la chorale de l'Eglise du village. Vers l’âge de 12 ans, il découvre les récits que se racontent  les rescapés de la Shoah, et lit également des ouvrages s’y référents. Ayant pris conscience que leurs parcours risquaient de tomber dans l’oubli car la plupart des témoins n’écrivaient pas leurs mémoires,  il décide alors de recueillir leurs Témoignages. On lui doit un premier recueil de témoignages sur la Résistance juive en Europe. 
 
 
Marie Curie prend un amant
Par Irène Frain - Editions du Seuil
368 pages - 21 euros - ISBN 978-2-02-118306-1
 
Le 4 novembre 1911, un journal à grand tirage annonce une nouvelle extravagante : Marie Curie a un amant. La presse et l’opinion s’enflamment. Procès, duels, publication de lettres volées, l’ouragan médiatique est énorme. Marie manque d’y laisser la vie.
C’est vrai, elle a une liaison. Veuve depuis cinq ans de Pierre Curie — le chercheur avec qui elle avait découvert le radium et reçu son premier prix Nobel —, elle s’est éprise d’un homme marié, Paul Langevin, ami d’Einstein, et lui aussi savant d’exception. Mais surtout elle dérange. Icône de la science mondiale, elle s’apprête à recevoir un second Nobel. Veuve, génie et amoureuse, c’en est trop. Comme le capitaine Dreyfus vingt ans plus tôt, on l’abrutit de calomnies. On va jusqu’à lapider sa maison.
Au plus fort de la tourmente, elle reste fidèle à ses deux passions : Paul, l’amant, et Pierre, son mari tragiquement disparu.
Quel secret les unissait ? Pour le comprendre, Irène Frain a interrogé des archives négligées, des photos méconnues, des lieux inexplorés. Et ressuscité, par-delà le thriller médiatique d’une modernité souvent glaçante, une femme-courage prête à tout risquer pour ceux qu’elle aime.

Irène Frain est écrivain. Parmi ses romans les plus connus : Le Nabab (Lattès, 1982), Secret de famille (Fayard, 1989), Devi (Fayard, 1993), L'Homme fatal (Fayard, 1995), Les Naufragés de l'île Tromelin (Michel Lafon, 2009). Le Seuil a publié d'elle, en 2013, un récit très personnel : Sorti de rien.
 
Et chez le même éditeur
 
Ca, c’est   moi quand j’étais jeune (lettre ouverte à ma femme)
Par Wolinski -
190 pages - 16 euros - ISBN 978-021-29775-1
 
Dessinateur de génie, séducteur impénitent, Georges Wolinski, assassiné le 7 janvier 2015, était aussi un fin prosateur. Lettre ouverte à ma femme, initialement paru en 1978 chez Albin Michel, montre que derrière le phallocrate provocateur se cache un homme sensible, à l'écoute des autres, et des femmes en particulier, comme le confirme Maryse Wolinski dans la préface qu'elle livre à l'occasion de cette nouvelle édition.
Ça, c'est moi quand j'étais jeune : quarante ans après, la force du trait et des mots de Wolinski demeure, pour notre plus grand bonheur.
 
Dessinateur de renom, assassiné lors de l'attentat de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, Wolinski a publié de nombreux albums dont Vive la France! (Seuil, 2013) et un roman graphique : Le Village des femmes (Seuil, 2014). Cette réédition vient en contrepoint du récit que publie Maryse Wolinski à la même date : Chérie, je vais à Charlie.
 
 
Les petites âneries du permis de conduire
Par Karine Vidone, Franck Perriard et Didiet Augheben - Editions François Bourin
128 pages - 12,90 euros - ISBN 979-1-0520166-8
 
«  Est-ce que les limitations de vitesse sont valables aussi pour les marches arrière ? »  
« Pour freiner, je suis obligé d’arrêter d’accélérer ? » 
« On m’a dit qu’à un stop il faut que les quatre roues soient arrêtées et qu’à un cédez-le-passage deux seulement. »
« Je me dis que, comme je n’arrive pas à apprendre à conduire, je devrais devenir moniteur. Peut-être que ça m’aiderait. »
Des perles comme celles-là, nos moniteurs en entendent tous les jours. Dans ce petit livre illustré, tendre et drôle, les auteurs, tous trois moniteurs d’auto-école, n’ont gardé que le meilleur du meilleur. Avec Les Petites âneries du permis de conduire nous pénétrons dans l’univers des moniteurs d’auto-école et de leurs étonnants élèves.
Occasion pour chacun de revivre avec nostalgie et humour ce moment si important : le passage de son permis de conduire.
 
 
Fatima moins bien notée que Marianne
Par François Durpaire et Béatrice Mabilon-Bonfils - Editions de l’Aube
144 pages - 16,80 euros - ISBN 978-2-815-91361-4
 
Fatima moins bien notée que Marianne pour un devoir équivalent, Issam et Kader plus punis que Mathieu pour un même comportement, des écoles publiques qui concentrent 90 % ­d’enfants musulmans quand d’autres n’en comptent aucun, des manuels scolaires qui réduisent l’islam à l’islamisme… Il ne s’agit pas là d’impressions jetées en pâture au débat polémique, mais du résultat d’années d’enquêtes et de recherches ­scientifiques.
Cette réalité a des conséquences. En janvier 2015, les ­réactions de certains élèves lors de la minute de silence en hommage aux victimes des attentats contre Charlie Hebdo questionnent sur le degré d’adhésion à notre République. Les attaques du 13 ­novembre 2015 interrogent sur le ressentiment de jeunes radicalisés qui ont fait leur scolarité au sein du système éducatif français.
François Durpaire et Béatrice ­Mabilon-Bonfils n’en sont pas ­restés au simple constat. Ils ­proposent une «laïcité d’inclusion» en mesure de faire de l’école une arme puissante ­d’intégration, meilleur rempart contre les haines.
 
Béatrice Mabilon-Bonfils est sociologue, ­directrice du laboratoire EMA (École, mutations, ­apprentissages) à l’université de Cergy-Pontoise.
 
François Durpaire est historien. Il a ­récemment publié la bande dessinée La Présidente (Les Arènes).
 
Et chez le même éditeur
 
L’an prochain à Jérusalem. Les Juifs de France face à l’antisémitisme
Par Jérôme Fourquet et Sylvain Manternach -Préface de Michel Wieviorka
238 pages - 20 euros - ISBN 978-2-815-91364-5
 
En 2014, soit avant les attentats de janvier, près de 7000 juifs français ont émigré en Israël. Jamais une telle vague d'alya n'avait été enregistrée depuis la France. Phénomène passager, fièvre conjoncturelle ? Les données dont on dispose semblent invalider ce diagnostic optimiste. La tuerie de la porte de Vincennes est venue renforcer un climat d'insécurité préexistant. En parallèle, on constate une nette droitisation de cet électorat. Ces bouleversements ne peuvent se comprendre sans prendre en compte la montée de la violence antisémite qui s'est produite ces dernières années. Une enquête passionnante et troublante.
 
Comme
 
Ils ont vécu le siècle. De la Shoah à la Syrie ; soixante-deux témoins racontent
Par Mélanie Loisel
384 pages - 24 euros - ISBN 978-2-815-9120-1
 
«Qui est donc cette jeune femme prête à faire des kilomètres pour connaître mon histoire? » Cette question formulée par Phan Thi. Kim Phúc, la tristement célèbre « petite fille de la ­photo», brûlée au napalm en 1972 au Viêt-Nam, ils sont soixante-deux à se l’être posée.
Mélanie Loisel a réalisé le pari fou de parcourir le globe à la ­rencontre de celles et ceux, (re)connus ou anonymes, qui ont vécu les grands moments du siècle. De ces échanges, elle a tiré un livre unique, profondément sensible, qui raconte notre époque: de la Shoah à la guerre de Yougoslavie, de la ­révolution cubaine au conflit armé du Guatemala, du discours de Martin ­Luther King aux attentats à New York en 2001 ou à Paris en 2015, de la création de l’État d’Israël à la «crise des migrants»… ­
Ni manuel d’histoire, ni document journalistique, ce livre de témoignage est à mettre entre toutes les mains pour donner corps à notre mémoire collective – en garantie d’authenticité.
 
Mélanie Loisel  est journaliste et spécialiste en relations internationales. Installée à Montréal, elle a réalisé de nombreux reportages au Canada et à l’étranger pour plusieurs médias
 
Monsieur Chocolat. Le premier clown noir
Par Bénédicte Rivière et Bruno Pilorget - Editons Rue du Monde
48 pages - 17,50 euros - ISBN 978-2-355-04405-2
 
Chocolat est un clown qui a amusé le Tout-Paris des années 1900. Il fut le premier artiste noir de la scène française, inventant avec son acolyte Footit un duo de clowns blanc et noir. Fils d'esclaves, son itinéraire passe par Cuba et Bilbao, où il est repéré dans la rue pour sa force physique et son sens du spectacle. Paris lui offrira vingt ans de succès, où les spectateurs de Montmartre et des Folies Bergère se délecteront des péripéties de cet Auguste noir dominé par le clown blanc. Il inspirera même Toulouse-Lautrec et les frères Lumière. Il se révélera précurseur pour sa participation à des réclames ou ses interventions auprès d'enfants hospitalisés. Mais ce parcours ne le mettra pas à l'abri de la misère. Il achèvera sa courte vie dans la solitude à Bordeaux, en 1917. Dès 8 ans.
 
La buena reputación
Par Ignacion Martinez de Pisón - Editions Seix Barral
640 pages - 21,90 euros - ISBN 978-8-432-22653-5
 
Samuel y Mercedes contemplan con preocupación el futuro de sus dos hijas ante la inminente descolonización de Marruecos y el regreso de los españoles del Protectorado a la Península. Estamos en Melilla, son los años cincuenta y, en ese contexto de cambio e incertidumbre, el matrimonio decide viajar a Málaga para establecers e en una España que comienza a abrirselentamente a la modernidad. De la mano de cinco miembros de una misma familia, esta saga recorre treinta años de nuestra historia y transita por ciudades como Melilla, Tetuán, Málaga, Zaragoza o Barcelona. Los deseos e ilusiones de Samuel y Mercedes, de sus hijas y de sus nietos se verán condicionados por secretos inconfesables en una vida que transcurre fugaz e inesperada.La buena reputación es una novela sobre la herencia que recibimos del pasado y sobre el sentimiento de pertenencia, la necesidad de encontrar nuestro lugar en el mundo. Autor imprescindible de las letras españolas, Ignacio Martínez de Pisón da vida en estas páginas a unos personajes inolvidables, en un retrato nítido y veraz de la vida cotidiana y el devenir de una familia. Una lecturamaravillosa a la que uno desea volver porque en ella vemos reflejadas nuestras propias vivencias y la nostalgia de aquellos momentos que se pierden en el recuerdo.
 
Igniacio Martínez de Pisón nació en Zaragoza en 1960 y reside en Barcelona desde 1982. Es autor de una docena de libros, entre los que destacan la colección de cuentos El fin de los buenos tiempos (1994), las novelas Carreteras secundarias (1996), María bonita(2001) y El tiempo de las mujeres (2003), y el ensayo Enterrar a los muertos (Seix Barral, 2005), que obtuvo los premios Rodolfo Walsh y Dulce Chacón y fue unánimemente elogiado por la crítica en varios países europeos.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -