Pour plus de détails, cliquez sur l'image - Do you want to see more details? Just click on the picture!

Avant-propos

Juifs du Congo

La confiance et l’espoir

 

 

En 2002, je publiais  Shalom Bwana, la saga des Juifs du Congo  (éditions Romillat, Paris).  Je contais l’épopée extraordinaire d’une poignée de jeunes Juifs, venus principalement de Rhodes, cette île merveilleuse, baignant dans la mer Egée. Ils avaient tenté l’aventure africaine et découvert une nouvelle « terre promise » qu’ils avaient faite leur.

 

Je les avais suivis de leur terre natale au Katanga. Certes, tous n’étaient pas du Dodécanèse, certains arrivaient d’Egypte, de Turquie, de Palestine et d’Europe et les premiers Juifs à fouler le sol katangais étaient des Ashkénazes, débarqués à la fin du XIXe siècle, d’Afrique du Sud, mais la grande majorité de ceux qui ancrèrent cette communauté venaient de l’Ile des Roses.

 

En quelques décennies, rejoints par un frère, un cousin, un parent proche ou éloigné, ils avaient implanté une communauté vivante, active, dynamique. A sa tête le Grand rabbin Moïse M. Levy.

Ils avaient participé à l’essor économique de la colonie belge, contribuant à en faire le fleuron, non seulement de la Belgique, mais  de tout le continent africain. Début des années 1950, le livre           Le Congo Belge et ses coloniaux  (éditions Stanley, Léopoldville, 1953), leur rendait hommage puisque sur deux mille cinq cents noms recensés, moins de deux pour cent des cent trente mille habitants européens, figuraient cent quatre-vingts Juifs, près de dix pour cent de la communauté israélite (rappelons qu’elle ne constituait que moins d’un pour cent et demi de la population non africaine).

Mon père  avait contribué à cet essor entre 1929 et 1934. Puis il était rentré en Egypte. La vengeance du gouvernement égyptien après ses défaites contre Israël s’étant tournée contre les Juifs de ce pays, en 1956, voici cinquante ans, je débarquais à Elisabethville. Je me souviens, aujourd’hui encore, de l’escale à Stanleyville et de l’annonce du pilote, plus tard, nous informant que nous avions le lac Moero à la gauche du DC6. Le lac Moero ! Rien que le nom faisait rêver…

 

La décolonisation ne s'est pas faite sans douleur. Impréparation ? Sans doute. Lutte d'influence entre les deux grands blocs idéologiques : l'occident capitaliste et le monde communiste ? Certainement. Appétit des grandes puissances désireuses de mettre la main sur les richesses de ce pays ? Incontestablement. Comme l’a dit un prospecteur belge à la fin du XIXe siècle, le Congo est un scandale géologique et a de quoi exciter la convoitise de certains pays et non des moindres.

 

Après la naissance de notre bohora, de notre aînée, Inès-Daniela, nous avons quitté cette terre africaine en octobre 1969. J’avais arrêté cette saga aux années 1960 et mon livre se terminait sur une note triste car, après les tragiques événements et les pillages des années 1990 qui eurent pour conséquence la disparition de pratiquement toute présence étrangère, je pensais la vie juive au Congo presque éteinte.

 

Mon livre, entamé en 2000, s’achevait dans la désespérance. Durant les quarante ans qui nous séparaient de l’indépendance du pays, le 30 juin 1960, bien des tragédies s’étaient passées et  d’abord pour le peuple congolais, première et malheureuse victime.

Les troubles de 1960, les diverses sécessions, les rébellions, les mutineries, les attaques avaient balayé le labeur des hommes qui s’étaient accrochés à cette terre africaine. Beaucoup étaient partis. D’autres, demeurés sur place, avaient reconstruit, mais la zaïrisation les avait spoliés. Quelques années après, devant la situation économique désastreuse, le gouvernement  décidait de faire marche arrière et restituait les biens. Mais,  à l’exception des immeubles, les affaires commerciales et industrielles n’étaient plus que coquilles vides. Pourtant, certains reconstruisaient à nouveau.  Les pillages de 1991 et de 1993, la guerre de Laurent-Désiré Kabila contre Mobutu, l’exil de ce dernier, l’assassinat de Kabila, le Mzee, le vieux, les diverses rébellions  qui suivirent, eurent raison des plus audacieux.

 

Lors de l’écriture de Shalom Bwana, la saga des Juifs du Congo, la population juive du pays oscillait entre trente et cinquante personnes, faisant des allers retours avec l’Europe. Elle se composait d’acheteurs de diamants et d’enfants ou de petits-enfants des pionniers.

 

La plupart de mes amis étaient rentrés en Europe, ceux qui tentaient de renouer avec le pays, de redémarrer une activité commerciale, désespéraient, la situation économique étant extrêmement difficile.

 

J’avais écrit ce livre pensant que la communauté ne se redresserait pas, mais disparaîtrait, à l’exemple de celle de Lubumbashi où seuls quatre Juifs résident encore.

 

Je ne pensais plus revoir cette terre qui nous était si chère, tant à Manuela, mon épouse, qu’à moi. Je ne pensais plus revoir l’endroit où reposait ma mère ; mon livre s’achevait par ces lignes :  Les morts, nos morts, Maman, sont désespérément tout seuls désormais… 

 

Et puis, en 2004, je rencontrais Aslan Piha. Et Aslan me parlait avec fougue et  passion de cette communauté qui se réveillait d’un long sommeil, qui sortait de sa léthargie. Et Aslan m’a fait part de ses projets, de ses ambitions, de ses désirs, de ses rêves. Et Aslan m’invitait à Kinshasa pour donner une conférence. Je croyais rêver : bibliothèque, revues, conférences…

 

Et j’y suis allé. Et j’ai vu. Et j’ai constaté. Et surtout, j’ai aimé.

 

Lorsque j’habitais Kinshasa, jusqu’en 1969, à l’exception d’une vie religieuse se limitant au service du vendredi soir, vie religieuse due en grande partie aux efforts d’un groupe de syro-libanais, dont mon cher ami Élie K., il y avait peu de vie communautaire.

 

Certes, Maurice Alhadeff, un homme d’affaires installé depuis des lustres à Kinshasa, réunissait les quelques Juifs lors de la visite d’un envoyé d’Israël en quête de fonds. Chez lui, j’ai eu le privilège de croiser André Chouraqui, maire-adjoint de Jérusalem, un de mes maîtres. Pour les fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour les Juifs se réunissaient chez Jacob Mayo.

 

Quelques fêtes enfantines étaient organisées par la Wizo à Pourim, à Hanoukka. Mais à part les maisons des uns et des autres, il n’y avait pas d’endroit où se réunir, il n’y avait pas de local à la disposition de tous, il n’existait  pas de synagogue.

Et j’ai su qu’un homme, animé d’une volonté farouche de créer, ex nihilo, avec l’aide d’un comité dévoué et efficace, une vie communautaire, avait réussi la gageure, l’exploit, de fonder une communauté là où il n’y avait pas de structures. Tous m’ont confirmé que sans cet homme, sans Clément Israël, jamais il n’y aurait eu de vie juive organisée, ni de rabbin, ni de  synagogue à Kinshasa. Je l’avais déjà vu à l’oeuvre, en 1967, à la création du premier cercle juif de Kinshasa.

 

Après mon bref séjour, j’ai voulu rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui, des années durant, entre 1960 et aujourd’hui, ont perpétué  cette mémoire juive, ont continué cette saga, ont œuvré afin que cette communauté, née dans les années 1900, atteigne et dépasse son centenaire. S’il y a encore, aujourd’hui, une vie juive au Congo, si dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ou dans cent ans il subsiste, je le souhaite et l’espère, une vie juive dans ce pays, c’est à Clément Israël et à son comité que nous la devrons. Quelle meilleure preuve d’admiration et de respect sinon de raconter leur histoire et, à travers elle, la pérennité de cette présence juive dans ce qui fut pour nos grands-parents, nos parents et pour nous-mêmes une nouvelle terre promise, cette seconde patrie, le Congo, notre Congo.

 

En relatant l’histoire de quelques-uns c’est celle de tous que je veux raconter et  j’entends, avec ce témoignage, leur rendre justice et leur faire honneur.  

 

Moïse Rahmani