Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Lettre ouverte au Président du PS belge, Elio Di Rupo, 02 septembre 2006

    MENU    

 

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Bruxelles, le 2 septembre 2006

Lettre ouverte à Monsieur Elio Di Rupo, président du PS

Monsieur le Président,

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Votre discours, lors de la convention du PS, l’est. Vous semblez, en ce qui concerne la situation internationale, animé d’excellentes intentions.

Nous lisons, dans votre «analyse» de la situation internationale, votre diatribe contre Israël. Certes, vous ne remettez pas en cause sa légitimité ou son existence, mais le coupable, pour vous, est Israël, encore Israël, rien qu’Israël.

Nous comprenons qu’en Belgique les voix issues de l’immigration soient importantes (le souhait de votre parti de minimiser, voire de nier le génocide des Arméniens en est une preuve). Mais est-ce une raison suffisante de travestir la vérité, de bafouer son honneur, d’ignorer la raison?

Vous affirmez - peut-être même est-ce pour mieux vous convaincre que vous avez répété la même phrase quatre ou cinq fois: «Ceux qui ont cassé doivent payer, sinon c’est trop facile». Faisiez-vous allusion à Al Qaida et aux tours du World Trade Center? Au Hezbollah qui a lancé trois mille sept cents missiles contre Israël?
Non bien sûr. C’est Israël qui choisit un prétexte, l’enlèvement de ses soldats, l’assassinat d’autres pour avoir l’occasion d’en découdre avec le Hamas et le Hezbollah.
Un pays contre lequel la guerre a été déclarée et qui répond à la violence, commet un «acte disproportionné», dites-vous. L’assassinat de soldats, l’enlèvement de militaires, les tirs de milliers de missiles et de roquettes Qassam dirigés contre des civils par des terroristes qui se servent de femmes et d’enfants palestiniens et libanais comme boucliers humains serait donc, pour vous « proportionnés» ?
Mais avez-vous qualifié les bombardements de l’Otan au Kosovo d’actes disproportionnés? La destruction de la force aérienne ivoirienne par la France, d’acte disproportionné? Non, bien sûr. C’est normal, il n’y a pas de votants d’origine kosovare ou ivoirienne en Belgique et le terme «disproportionné» est tellement à la mode!

Nous aimerions bien savoir quelle fut votre réaction lors des événements de Kolwezi lorsque les troupes franco-belges ont été envoyées pour sauver des hommes, des femmes et des enfants, pris en otage par les rebelles. Ils n’ont pas «fait dans la dentelle», si vous nous permettez cette expression triviale.

Vous demandez la garantie qu’Israël renonce à un deuxième round afin que la Belgique participe à une Finul élargie (qui a fait preuve, jusqu’à présent, de son inefficacité pour ne pas dire de son incapacité, sans parler de la complicité de certains Casques bleus avec les terroristes du Hezbollah).

Mais que demandez-vous au Hezbollah ou au Hamas ? Nous ne lisons pas, dans votre discours, un mot de vos exigences envers les islamistes? Peut-être ignorez-vous que le Hezbollah a déclaré, officiellement, se préparer à un «second round» ?

Vous déplorez la situation absurde en Palestine où des parlementaires et des ministres sont détenus par Israël. Mentionnez quand même qu’ils font partie du Hamas qui est, sauf votre respect, un mouvement terroriste, qualifié de tel tant par la Belgique que par l’Union européenne, responsable d’attentats contre des civils israéliens. Le Hamas a une charte qui n’a jamais été abolie ni même déclarée caduque selon les termes de Yasser Arafat que vous avez invité à vos congrès. De nombreux articles demandent la destruction de l’Etat d’Israël, d’autres citent les «Protocoles des Sages de Sion» comme l’exemple du «complot juif». Israël doit-il traiter avec quelqu’un qui refuse de le reconnaître, de le combattre?
Les manuels palestiniens aujourd’hui encore prônent toujours la destruction d’Israël.
Le Hezbollah est pour la disparition de l’Etat d’Israël.
Le code de l’armée libanaise, dans son article premier, mentionne Israël comme étant l’ennemi du Liban et le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, n’a-t-il pas déclaré, le 30 août 2006: «Le Liban sera le dernier pays à faire la paix avec Israël»

Vous même, Monsieur di Rupo, accepteriez-vous de discuter avec quelqu’un qui, non seulement ne vous reconnaît pas, mais exige votre destruction non pour ce que vous faites mais pour ce que vous êtes ?

Permettez-nous de vous citer la phrase que Winston Churchill, en 1938, avait dite à Chamberlain après les accords de Munich: « vous vouliez la paix dans l’honneur, vous aurez la guerre dans le déshonneur ».

En qualifiant Israël d’Etat hébreu, comme certains l’appellent, vous oubliez le million d’Arabes, chrétiens et musulmans, citoyens israéliens jouissant, comme leurs compatriotes juifs, des mêmes droits. Pourriez-vous nous indiquer un exemple similaire dans un pays arabe, en Egypte, par exemple? Ou assimilez-vous les millions de Juifs non israéliens, citoyens respectueux d’autres pays, dont cette belle Belgique, aux Israéliens. Pensez-vous donc qu’un Juif belge, français ou italien est d’abord un Juif {pour ne pas dire Israélien} et accessoirement belge, français ou italien?
Il est évident qu’il est difficile de lutter contre le terrorisme international. Nous en voulons pour preuve que la Belgique, pays ouvert et tolérant s’il en est, digne de tous les éloges, est devenue, hélas, une plaque tournante du terrorisme islamique. Les assassins du commandant Massoud étaient des citoyens munis de passeports belges; un des auteurs présumés des attentats d’Istanbul est le fils d’un belge de souche, dirigeant d’un parti islamique.
Vous avez aussi une vue assez sélective, sinon partiale de la situation internationale: nous ne notons nulle part un mot sur le Darfour (des centaines de milliers de morts), sur le Congo (des millions de morts). Ne méritent-ils pas, eux aussi votre compassion? Mais peut-être n’y a-t-il pas tellement d’électeurs belges originaires du Darfour, en Belgique. Et ce silence quant à ce qui se passe en Somalie, ou concernant les presque cent morts quotidiens en Irak (mais c’est vrai, pour la gauche, c’est la faute des Etats-Unis), ou ceux de l’Afghanistan (c’est aussi la faute des USA, sans doute), ou au sujet de l’esclavage des millions de personnes dans le monde, aux enfants qui meurent de faim, aux violations des droits de l’homme dans les pays arabo-musulmans et en Iran, comme les Berbérophones, trente millions, dépossédés de leurs droits élémentaires - comme celui donner un nom amazigh à leurs enfants. Et que dire alors des quarante millions de kurdes, des neuf millions d'Assyriens, des douze millions de Coptes, eux aussi tous privés de leurs droits ? Et de la Russie, de la Chine? Quelle réaction à la lapidation des femmes, à la décapitation de ceux coupables d’adultère, aux châtiments corporels: coups de fouet, amputation des membres, aux crimes «d’honneur», aux persécutions des minorités chrétiennes, bahaïs, homosexuelles… Cette indifférence à l’égard de ces millions de personnes qui souffrent et, ou, qui meurent ne s’apparente-t-elle pas à une non-assistance à personnes en danger?

Nous avions un faible pour la gauche. Nous nous en sentions proche. La gauche des Léon Blum, des Emile Vandevelde, des Pierre Mendes-France. La gauche des gens de coeur. Pas la gauche décrite par Alexis Lacroix dans «Le socialisme des imbéciles. Quand l'antisémitisme redevient de gauche» qui reprend ce que le social démocrate August Bebel, (1840-1913), déclarait déjà il y a plus d’un siècle: «l'antisémitisme est le socialisme des imbéciles». Martin Luther King ajoutait que « l'antisionisme est la forme ultime de l'antisémitisme».

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre profonde tristesse.

Igal Emmanuel Azuelos, directeur de sociétés, Sam Berger, Adi Boruchowitch, retraité, Georges Brandstatter, artiste-peintre, Serge Cattan, pharmacien d’industrie re., André Ceulemans, enseignant retraité, Micheline Charlier, retraitée, Eddie Cohen, docteur en médecine, Rivka Cohen, écrivain, Stéphane Corbesiers, consultant en informatique Franck Courbet, indépendant, Claude De Meulemeester, retraitée, Valérie Desmet, fonctionnaire, Doat Christian,Consultant d'entreprise indépendant, .Eligoulachvili Micheline, pensionnée, Genovefa Etienne, auteure, Marianne Fierens, Secrétaire, Philippe Fievet, indépendant., Chaskel Frajlick, écrivain, Hadassa Galanter, présidente d’association, Gérard Grosjean, journaliste, Robert Grosman, vice-président d’association, Raphaël Grynpas, écrivain, physicien, Marcel Guissart, retraité, Paula Guissart, retraitée, Paula Hauser, employée, Eric Jacot, employé, Eric Kerkoven, employé, Néville Lachowsky, architecte, Jean-Roger Ladriere, électricien., Léa Langman, présidente d’association, Dinah Longe, infirmière scolaire, Eric Mark, ancien haut fonctionnaire de la Commission européenne, Miriam Mark-Majerfeld, historienne, Michel Lubelski, ingénieur civil, Menahem Macina, ancien maître de conférence des universités, écrivain, Mathy Mergian, employée, Henriette Meurrens, pensionnée, François Micciche, chauffagiste, Albert Mitelsbach, retraité, Claude Moniquet, consultant en sécurité, écrivain, Amastan Nidelsen, ingénier civil génie nucléaire, Dr Mathias Nizyonzima, avocat et professeur de droit, Rosita Moreels, Marc Penninck, indépendant, William Penninck, étudiant en Sciences-Po, Lazard Perez, ingénieur, José Przedborski, diamantaire, Moïse Rahmani, écrivain, Rudi Roth, consultant, Eric Rozenberg, indépendant, Marc Sarfaty, retraité, Mireille Sarfaty, retraitée, Dunia Sendwe, réalisatrice en audiovisuel et infographiste, candidate aux élections communales de la Ville de Liège, David Singer, fonctionnaire, Amandine Sobieski, étudiante, Jacques Sobieski, fonctionnaire, Gilbert S. Tihon, retraité, Karin Van Leeuw, fonctionnaire, Emmanuelle Van Noppen-Macina, dessinatrice scientifique, Réginald Ulrix, employé, Eric Vansteenkiste, administrateur délégué, Danielle Wajs, Emmanuel Wolf, administrateur de sociétés, Marcel Zalc, Administrateur de sociétés, Colette Zaoui-Grosjean, fonctionnaire européen.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -