Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Présentation perverse des faits. Lettre au Vif l'Express du 29/12/06 au 04/01/07

    MENU    

 

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Messieurs,

Dans votre hebdomadaire du 29 déembre au 4 janvier (numéro "les meilleurs photos de l'année 2006", je déouvre, en page 12, la jubilation de J.G. dans sa présentation partiale des faits :

Israël, Palestine et désespoir : Je lis : "l'année 2006 s'achève donc à l'image des précédentes : reconquête militaires de la banque de Gaza vidée de ses colonies juives en 2005, victimes palestiniennes par centaines, pluies de roquette de Quassam".

L'impartialité qui doit caractériser un journaliste digne de ce nom aurait été de mentionner le kidnapping, en zone israélienne, d'un soldat de 19 ans, le caporal Shalit et que les tirs de Qassam ont précédé la « reconquête ?" de la bande de Gaza.

Un journaliste digne de ce nom aurait parlé aussi de cette lutte fratricide entre Palestiniens, entre Hamas et Fatah. Non, pas J.G.qui préfère arranger les faits a sa manière, comme d'habitude, pourrais-je ajouter.

Toujours en page 6, je perçois la jubilation de J.G. "Bush prend la claque". Seul point exact : la dernière ligne: "Seule certitude, le président finissant laissera son successeur face à un monde plus dangereux que celui qu'il a lui-même découvert en 2000." Oui le monde est dangereux mais pas par la faute de Bush. Par celle des islamistes, d'Al Qaida, du fascisme vert. Mais JG ne pousse pas l'incorrection politique.

En ce qui concerne le Liban foudroyé, J.G. pousse sa complainte : "Cet été, la capture de deux soldats israéliens par la milice chiite du Hezbolah est la goutte qui fait déborder le vase". {J.G.se garde bien de signaler pas que ce kidnapping a eu lien en Israël !}
Et J.G .affuble cette organisation terroriste (et reconnue comme telle) d'un diminutif d'une affecteuse admiration "Le Hezb". Que c'est gentil...

Or il me semble que le secteur était "calme" jusqu'à ce que le "Hezb" se livre à une attaque contre Tsahal.

J.G. passe évidement sous silence l'approbation des Libanais eux-mêmes (chrétiens pour la plupart, sunnites pour les autres) pour l"action israélienne.

Et, bien entendu, pas un mot sur les assassinats des opposants au Hezbolah et la Syrie, dont Pierre Gemayel !

En page 7, J.G. jubile encore :Sharon, la force qui flanche : "Le monde ne gardera pas un souvenir lumineux de cet homme qui ne pouvait concevoir son pays que comme une forteresse constamment assiegée." Mais oui, Monsieur J.G. Israël est constamment assiégé depuis 1948, sans doute ne le saviez-vous pas ! Sans doute ne voulez-vous pas le savoir !

Mais le Darfour et ses centaines de milliers de victimes, Ahmadinejad et ses menaces, n'émeuvent pas JG. il n'en a cure. Au Darfour, ce sont des milices arabes qui massacrent les Noirs. Politiquement incorrect de le dénoncer pour J.G.et Ahmadinejd, tant qu'il menace Israël, ne peut, semble-t-il éveiller que de la sympathie chez le "journaliste".

Moise Rahmani
Ecrivain

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -